Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHARIVARI LE (1832-1937)

L'existence du Charivari, quotidien de caractère polémique, ne peut être dissociée de celle d'un autre journal, La Caricature, dont la durée fut éphémère mais qui joua un rôle déterminant dans la naissance de la grande caricature française. Ce fut, en effet, dans La Caricature que fut publié le fameux portrait de Louis-Philippe en forme de poire. L'auteur de cette œuvre n'était autre que Philipon, le directeur du journal, qui, très entreprenant, devait lancer également Le Charivari. La Caricature ne tarda pas à succomber sous les coups d'une censure que le gouvernement, issu de la révolution de 1830, avait promis de supprimer définitivement.

La Caricature disparue, Philipon concentre tout son esprit critique dans Le Charivari. La feuille, à sa naissance, se compose de quatre pages dont une seule comporte une estampe qui n'est pas toujours, tant s'en faut, une caricature. Philipon a l'intelligence de comprendre l'importance, pour la presse, de l'invention de l'Allemand Senefelder : la lithographie. Cette technique, surtout utilisée pour la reproduction des œuvres d'art, concurrence l'emploi de la gravure sur bois. Cette dernière est cependant plus économique dans la mesure où elle peut être tirée en même temps que les caractères typographiques, alors que la lithographie exige un tirage séparé. Mais dès le numéro 232 (21 août 1834), Philipon annonce que désormais même les caricatures feront l'objet d'un « tirage soigné » et, dès le lendemain, Traviès donne un dessin qui, par son ampleur, la richesse de sa matière, rompt avec tout ce qui avait été publié jusqu'alors. Cette utilisation de la lithographie a une influence décisive sur l'évolution de Daumier qui tirera le meilleur parti de la nouvelle technique.

Bien que Le Charivari ait laissé le souvenir d'un journal ayant « lancé » Daumier, Gavarni, Traviès, Henri Monnier, sa prose n'est pas négligeable. L'équipe rédactionnelle lance de vigoureuses attaques contre le régime et, en particulier, à propos de la censure. Le ministère de l'Intérieur est tenu par Thiers qui, déjà, mène une bataille acharnée contre la presse et les auteurs dramatiques. À partir de 1834, le titre du journal est précédé d'un bandeau orné du mot « Liberté » dont les lettres, montées sur des jambes, s'enfuient devant une charge de fantassins et de cavaliers représentant la saisie. La poire qui avait fait les beaux et les mauvais jours de La Caricature réapparaît. Au cours d'une même année on la voit avec des abeilles à la place des yeux et de la bouche, accompagnée de cette légende : « La poire commence à mûrir » ; un peu plus tard elle surmonte la « machine législatifère de la monarchie représentative » ; quelques semaines après, elle figure dans un rébus ; enfin, on la voit portée sur un plateau par un garçon de café. Ces provocations amènent la censure à s'interroger sur l'utilisation des formes en apparence les plus anodines, ce qui conduit la rédaction à écrire : « Aujourd'hui, nous voulions publier une suite de petits sujets étrangers à la politique, mais dans le nombre des dessins s'est trouvé un jeune homme devant une table sur laquelle est posée une énorme brioche, et la censure a mis son veto. Comme on le voit, le cercle des formes permises se rétrécit tous les jours davantage ; il en est de même de l'intelligence des censeurs. »

Sous le second Empire, les attaques du Charivari contre le pouvoir se font moins violentes, dans la mesure où la direction du journal, libérale, ne voit pas d'un œil favorable se développer l'activité de Blanqui et des républicains de tendance socialiste. Cham prend alors une importance grandissante au sein de l'équipe des dessinateurs. Philipon, qui a cédé la direction du journal à[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CARICATURE

    • Écrit par Marc THIVOLET
    • 8 333 mots
    • 8 médias
    La grande période de la caricature française commença sous Louis-Philippe avec la célèbre série de portraits dessinés par Philipon pour Le Charivari (1831). Le visage du roi y faisait l'objet de comparaisons avec la forme de la poire. L'idée n'était pas nouvelle mais, exploitée sur le plan politique,...
  • CHAM AMÉDÉE DE NOÉ dit (1819-1879)

    • Écrit par Bernard PUIG CASTAING
    • 475 mots

    Tout semblait devoir contrarier la carrière à succès qui fut celle du satiriste Amédée de Noé, dit Cham : son père, le comte Louis de Noé, était pair de France, et Amédée avait des dispositions pour les mathématiques qui permettaient tous les espoirs. Le destin voulut qu'il échouât au concours d'entrée...

  • DAUMIER HONORÉ (1808-1879)

    • Écrit par Robert FOHR
    • 2 952 mots
    • 3 médias
    ...contre la liberté de la presse ayant entraîné la suppression de La Caricature, l'artiste s'oriente dès lors, à travers un autre journal, Le Charivari, fondé par Philipon en décembre 1832, vers la satire des mœurs de son temps. Son œuvre gravé, qui regroupe quelque 4 000 lithographies auxquelles...
  • DAUMIER, L'ÉCRITURE DU LITHOGRAPHE (exposition)

    • Écrit par Nelly FEUERHAHN
    • 1 108 mots

    L'œuvre d'Honoré Daumier (1808-1879), trop longtemps ignorée dans sa diversité, a été redécouverte lors de la grande rétrospective qui s'est tenue au Galeries nationales du Grand Palais à Paris en 2000. Le bicentenaire de la naissance de l'artiste a permis d'approfondir la connaissance que...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi