CHAM AMÉDÉE DE NOÉ dit (1819-1879)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout semblait devoir contrarier la carrière à succès qui fut celle du satiriste Amédée de Noé, dit Cham : son père, le comte Louis de Noé, était pair de France, et Amédée avait des dispositions pour les mathématiques qui permettaient tous les espoirs. Le destin voulut qu'il échouât au concours d'entrée à Polytechnique, pour avoir, disait-il, laissé circuler une caricature de son examinateur. Après une vaine tentative de discipline au service du ministère des Finances, il s'inscrivit à l'atelier de Charlet puis à celui de Delaroche. En 1839, sort sa première publication, Monsieur Lajaunisse, album caricatural, sans but et sans raison. Bêtises amusantes. Dépourvue de signature et plus remarquable par l'esprit que par le dessin, encore sec et emprunté, elle devait pourtant sa parution à l'initiative de Charles Philipon, créateur du célèbre journal satirique de l'époque, Le Charivari, auquel Cham allait collaborer à partir de 1843, lui donnant, trente-six ans durant, l'essentiel de sa production. C'est en 1840, avec sa première œuvre signée, Histoire de M. Jobard, qu'il use de son pseudonyme ; à cette date aussi, son style graphique commence à s'étoffer, gagne de la force en se simplifiant, peut-être sous l'influence de Daumier. Un très vif succès accueille bientôt la parodie, qu'il donne à l'hebdomadaire Le Musée Philipon, du populaire roman d'Eugène Sue, Les Mystères de Paris, sorti en 1842. Il récidivera, par la suite, sur le thème du Juif errant. Mais la IIe République lui donnera, en 1847-1848, ses meilleurs sujets, les caricatures des grandes figures politiques du moment, croquées à l'Assemblée nationale et dans les clubs. L'écho fut retentissant ; édités en albums, des titres tels que Études socialistes, Proudhon en voyage, Croquis politiques, et surtout L'Assemblée nationale comique purent à peine répondre à la demande. Pendant la Révolution de 1848, une édition parisienne de Punch (hebdomadaire satirique anglais), éditée par Le Charivari, fut entièrement illustrée par Cham. Car cet esprit éminemment parisien fut reconnu par l'Angleterre de Dickens et de Thackeray, et Illustrated London News comme Punch publièrent ses dessins. Et, si sa santé fragile (il souffrait de phtisie et en mourut) le porta à mener une vie plutôt sédentaire, aux limites de Paris, son esprit débordant de fantaisie lui fit également entreprendre, à partir de 1855, une carrière d'auteur dramatique vaudevillesque apprécié de ses contemporains (Le Serpent à plumes, opéra-bouffe, musique de Léo Delibes, 1864 ; Le Myosotis, aliénation mentale et musicale, musique de Charles Lecocq, 1866).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHAM AMÉDÉE DE NOÉ dit (1819-1879)  » est également traité dans :

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 338 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « En France »  : […] La caricature anglaise qui se développa à la faveur des événements politiques permit aux artistes français d'atteindre plus vite et plus efficacement les buts qu'ils se proposaient. Dès le début du xix e  siècle, ils adoptèrent la technique de la lithographie, qui donna à leur œuvre une qualité nouvelle. L'agitation politique qui régna au xix e  siècle, l'instabilité des institutions fournirent au […] Lire la suite

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 166 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La presse illustrée »  : […] Si, dans le livre, les genres illustratifs qui se sont dégagés dans les années 1840 se confirment, le journal suscite le croquis de presse et l'histoire en images. Vignette satirique légendée en une ligne, dans laquelle se spécialisent Cham , Nadar ou Hadol, le croquis de presse décoche d'un trait sa flèche et fait sourire le lecteur ; il réussit au mieux lorsqu'il est présenté en série pour la « […] Lire la suite

Les derniers événements

20 octobre 2021 Syrie. Attentat meurtrier à Damas.

Cette région, qui est sous la coupe du Hayat Tahrir al-Cham, ancienne branche syrienne d’Al-Qaida, est l’un des derniers territoires échappant au contrôle de Damas. Un cessez-le-feu y a été décrété en mars 2020 sous la pression de Moscou et Ankara. […] Lire la suite

3-29 février 2020 Syrie – Turquie. Escalade militaire dans la province d'Idlib.

Le 27, les combattants islamistes de Hayat Tahrir al-Cham et les rebelles aidés par Ankara reconquièrent la ville de Saraqeb. Le 27 également, alors que les pourparlers entre Ankara et Moscou en vue de l’établissement d’un cessez-le-feu s’achèvent sans résultat, une frappe aérienne provoque la mort d’au moins trente-trois soldats turcs dans la province d’Idlib. […] Lire la suite

28 janvier 2020 Syrie. Poursuite de la reconquête de la province d'Idlib.

Après s’être emparée de Khan Cheikhoun en août 2019, l’armée soutenue par l’aviation russe reconquiert Maarat al-Nouman, la deuxième ville la plus peuplée de la province d’Idlib que contrôle le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham. La lente reconquête, engagée en avril 2019, de la dernière enclave encore contrôlée par des forces hostiles au régime de Damas, a entraîné le déplacement de quelque six cent cinquante mille civils. […] Lire la suite

19-20 août 2019 Syrie. Avancées de l'armée dans la province d'Idlib.

Le 20, les membres du groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham annoncent leur retrait de la ville de Khan Cheikhoun, dans l’enclave d’Idlib. Les jours suivants, l’armée syrienne progresse dans le sud de la province et dans le nord de celle d’Hama, qui la jouxte, où plusieurs postes d’observation turcs sont neutralisés. […] Lire la suite

6 mai 2019 Syrie. Offensive contre la province d'Idlib.

Contrôlée par le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham, la province d’Idlib, qui abrite quelque trois millions de personnes, est la dernière enclave occupée par les rebelles au régime de Damas, pour la plupart transférés des autres « zones de désescalade » de Homs, la Ghouta et Deraa lors de leurs démantèlements. Le bilan humain s’élève à la fin du mois à quelque trois cents civils et sept cents combattants tués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme ; le nombre des déplacés est estimé à trois cent mille. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard PUIG CASTAING, « CHAM AMÉDÉE DE NOÉ dit (1819-1879) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amedee-de-noe-dit-cham/