FINNO-OUGRIENNES LANGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Analogies

En dépit des influences subies, les langues finno-ougriennes, dont les différents groupes sont aujourd'hui étrangers les uns aux autres (pour un Finnois, l'intercompréhension s'établit facilement avec un Estonien, mais le hongrois est une langue étrangère comme les autres), sont reliées entre elles par des caractéristiques qui dénoncent leur origine commune. La morphologie est fondée sur le principe dit traditionnellement « agglutination » (juxtaposition de suffixes ou élargissements divers aux bases radicales), qui fournit des cas pour les noms et des formes conjuguées pour les verbes (la distinction des parties du discours apparaissant d'ailleurs comme relativement récente et imparfaite) ; on relève à peu près partout les traces d'un système d'« harmonisation vocalique », très développé dans des langues comme le hongrois et le finnois, et qui assure l'unité relative du timbre dans le cadre du mot suffixé, la tonalité vocalique du radical (sombre ou claire) commandant celle des élargissements qui s'y ajoutent ; il existe un verbe négatif (de négation ou d'interdiction) qui peut servir à bâtir les formes négatives du verbe, tenant la place d'une particule de négation ; il n'y a pas de distinctions de genre ; le phonétisme est peu varié et une allure monotone du débit assure un certain air de famille à deux langues aussi différentes que le finnois et le hongrois. Il faut ajouter que, derrière les divergences des états de langue observables dans les différents domaines finno-ougriens, l'analyse du linguiste rétablit souvent assez aisément des lignes de développement vraisemblables partant d'un état antérieur commun, et que la grammaire comparée du finno-ougrien, malgré les problèmes nombreux qui subsistent, a pu faire un travail considérable de reconstruction.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-XIII, président fondateur de l'Institut international Charles-Perrault

Classification


Autres références

«  FINNO-OUGRIENNES LANGUES  » est également traité dans :

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le monde finno-ougrien »  : […] L'inventaire des genres épiques dispersés dans l'immense diaspora finno-ougrienne – essentiellement localisée, à l'exception du hongrois, dans des contrées nordiques qui vont de la Norvège à la Sibérie occidentale – fait appel à quelques notions clés : parenté étroite entre prose et poésie épiques, absence de démarcation entre poésies épique et lyrique dans la tradition orale. Si l'existence d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_9867

LAPONS

  • Écrit par 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 3 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une origine controversée »  : […] La langue lapone – il vaudrait mieux dire les parlers lapons, tant l'écart est grand entre les différents dialectes – fait partie de la famille finno-ougrienne. Si la géographie, d'une part, de nombreuses ressemblances, surtout lexicales, de l'autre, suggèrent une parenté plus étroite avec les langues de la branche fennique (finnois, estonien, etc.), rien dans l'état actuel des connaissances ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lapons/#i_9867

MARI, ethnie

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 878 mots

Connus dans le passé sous le nom de Tchérémisse (ce nom apparaît dans les manuscrits du x e  siècle), les Mari se nomment eux-mêmes mar , mari , marii , mar signifiant homme. Ils vivent essentiellement dans les régions centrales de la Volga. Environ 345 000 d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mari-ethnie/#i_9867

MORDVE

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 669 mots
  •  • 1 média

Nationalité de langue finno-ougrienne, les Mordve était au nombre de 1 073 000 lors du recensement de 1989 (0,7 p. 100 de la population soviétique totale). Le territoire des Mordve devint en 1930 une région autonome, et en 1934 république socialiste soviétique autonome des Mordve. En janvier 1991, elle proclame sa souveraineté sous le nom de république de Mordovie. La capitale, Saransk, comptait 3 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mordve/#i_9867

SAMOYÈDES

  • Écrit par 
  • Anca STAHL
  •  • 107 mots

On désigne par le nom de Samoyèdes plusieurs groupes ethniques (Nenets, Enets, Nganassan, Selkoup) répartis sur un vaste territoire compris entre l'Oural et l'Ienisseï. Les Samoyèdes jouxtent au nord le littoral arctique. Les Ostiak, qui habitent le long de l'Ob et de l'Ienisseï, s'interposent entre les Samoyèdes du Nord et les Samoyèdes du Sud. Du point de vue linguistique, les Samoyèdes appartie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samoyedes/#i_9867

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean PERROT, « FINNO-OUGRIENNES LANGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-finno-ougriennes/