FINNO-OUGRIENNES LANGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Développements historiques

Tard venues au rang de langues nationales, les langues finno-ougriennes occidentales ont cependant des traditions littéraires écrites d'origine plus ou moins lointaine. Le hongrois, le plus anciennement attesté de la famille (textes vers 1200), a des productions littéraires appréciables à partir du xvie siècle, époque à laquelle apparaissent des textes en estonien et en finnois. Les premiers textes finnois de valeur sont des traductions de textes bibliques dues à l'évêque luthérien Michel Agricola, au milieu du xvie siècle. Quant au célèbre Kalevala, s'il repose sur de vieilles traditions populaires, il n'a été composé qu'au xixe siècle.

Les littératures européennes d'expression finno-ougrienne restent mal connues en raison de l'obstacle linguistique : le finnois et le hongrois, dont l'intérêt pratique est à peu près nul hors des frontières de la Finlande et de la Hongrie, et qui passent (non sans raison, mais avec quelque abus) pour particulièrement difficiles, sont fort peu pratiqués dans le monde. Si on commence à prendre conscience de la richesse de la littérature hongroise et à lui accorder une place de choix dans les littératures européennes, on n'a souvent à l'étranger, malgré les traductions, aucune connaissance de la littérature finnoise, le Kalevala mis à part.

Les milieux culturels dans lesquels les langues d'origine finno-ougrienne ont évolué les ont mises au contact de langues d'autre origine et de structure toute différente. C'est ainsi que les langues indo-européennes germaniques, ou slaves, parlées par les peuples au contact desquels et souvent sous la domination desquels ont vécu les populations parlant des langues finno-ougriennes, ont exercé une influence profonde sur ces langues. Il faut d'ailleurs tenir compte de l'action systématique des élites ; l'exemple du hongrois est particulièrement net : plusieurs fois dans l'histoire, les lettrés hongrois ont voulu hausser leur langue au niveau des langues de civilisation qu'ils pratiquaient et il en est résulté, suivant les époques, une [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-XIII, président fondateur de l'Institut international Charles-Perrault

Classification


Autres références

«  FINNO-OUGRIENNES LANGUES  » est également traité dans :

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le monde finno-ougrien »  : […] L'inventaire des genres épiques dispersés dans l'immense diaspora finno-ougrienne – essentiellement localisée, à l'exception du hongrois, dans des contrées nordiques qui vont de la Norvège à la Sibérie occidentale – fait appel à quelques notions clés : parenté étroite entre prose et poésie épiques, absence de démarcation entre poésies épique et lyrique dans la tradition orale. Si l'existence d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_9867

LAPONS

  • Écrit par 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 3 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une origine controversée »  : […] La langue lapone – il vaudrait mieux dire les parlers lapons, tant l'écart est grand entre les différents dialectes – fait partie de la famille finno-ougrienne. Si la géographie, d'une part, de nombreuses ressemblances, surtout lexicales, de l'autre, suggèrent une parenté plus étroite avec les langues de la branche fennique (finnois, estonien, etc.), rien dans l'état actuel des connaissances ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lapons/#i_9867

MARI, ethnie

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 878 mots

Connus dans le passé sous le nom de Tchérémisse (ce nom apparaît dans les manuscrits du x e  siècle), les Mari se nomment eux-mêmes mar , mari , marii , mar signifiant homme. Ils vivent essentiellement dans les régions centrales de la Volga. Environ 345 000 d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mari-ethnie/#i_9867

MORDVE

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 669 mots
  •  • 1 média

Nationalité de langue finno-ougrienne, les Mordve était au nombre de 1 073 000 lors du recensement de 1989 (0,7 p. 100 de la population soviétique totale). Le territoire des Mordve devint en 1930 une région autonome, et en 1934 république socialiste soviétique autonome des Mordve. En janvier 1991, elle proclame sa souveraineté sous le nom de république de Mordovie. La capitale, Saransk, comptait 3 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mordve/#i_9867

SAMOYÈDES

  • Écrit par 
  • Anca STAHL
  •  • 107 mots

On désigne par le nom de Samoyèdes plusieurs groupes ethniques (Nenets, Enets, Nganassan, Selkoup) répartis sur un vaste territoire compris entre l'Oural et l'Ienisseï. Les Samoyèdes jouxtent au nord le littoral arctique. Les Ostiak, qui habitent le long de l'Ob et de l'Ienisseï, s'interposent entre les Samoyèdes du Nord et les Samoyèdes du Sud. Du point de vue linguistique, les Samoyèdes appartie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samoyedes/#i_9867

Pour citer l’article

Jean PERROT, « FINNO-OUGRIENNES LANGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-finno-ougriennes/