LAKṢMĪ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Viśnu, comme tous les dieux du panthéon hindou, est accompagné d'une parèdre qui lui est associée dans toutes les manifestations de sa fonction cosmique (la préservation du monde créé par Brahmā). Le nom le plus communément donné à cette déesse est celui de Lakṣmī ; il signifie, semble-t-il, « celle qui possède une immense fortune ». Et, de fait, le rôle principal de l'épouse de Viśnu consiste à répandre les biens matériels : richesses, prospérité, bonheur, beauté.

À ce titre, elle est comparable à la Fortune des Romains : les hommes ne comprennent pas pourquoi celui-ci bénéficie de ses largesses et pas celui-là, pourquoi la chance échoit à l'un et le malheur à l'autre. Bien que l'iconographie hindoue ne la représente pas avec un bandeau sur les yeux, le thème mythologique est le même qu'à Rome. Souvent identifiée à la vache-abondance (correspondant à la corne d'abondance de l'Antiquité classique), elle apparaît toujours dans un décor somptueux fait de riches étoffes, de joyaux, d'instruments de musique, d'animaux familiers. Sa « monture » (son animal emblématique) est le paon, image de la beauté, mais on lui associe également le cygne, la vache, etc.

Elle a aussi, en tant que dispensatrice de nourriture, un rapport avec la terre. On dit, par exemple, que, lorsque Viśnu s'est incarné en Rāma pour préserver le monde mis en danger par les puissances du mal, Lakṣmī naquit d'un sillon (en sanskrit, sita) pour devenir son épouse ; de la même façon, lorsque Viśnu s'incarna en Kṛṣṇa, Lakṣmī devint Rādhā son amante. Ce lien avec la terre féconde, et donc avec les forces germinatives, est symbolisé par la fleur de lotus sur laquelle la déesse se tient debout ; on l'appelle alors Śrī (le mot śri signifie « splendeur », « beauté », « bonheur », « bénédiction », etc.). Sous cette forme, on l'invoque constamment avant d'entreprendre quoi que ce soit ; et, comme tout personnage important paraît jouir de la protection de la déesse, on fait précéder son nom de celui de śrī.

Ainsi qu'il est de règle pour les divinités féminines, le tantrisme considère que la fonction cosmique de Viśnu est, en fait, assurée par Lakṣmī (alors regardée comme l'« énergie créatrice » de celui-ci, sa shakti), cependant que le dieu sommeille, impassible, indifférent, non agissant, sur le serpent śeśa flottant à la surface de l'océan cosmique.

Le culte de Lakṣmī est répandu dans toute l'Inde, et les temples qui lui sont dédiés sont particulièrement nombreux et riches.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  LAKSMI  » est également traité dans :

DĪVĀLĪ ou FÊTE DES LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 465 mots
  •  • 1 média

La fête des lumières, Dīvalī (du sanskrit dīp a vali , « rangée de lumières »), est l’une des plus importantes dans la religion hindoue. Les jaïna et les sikhs l’ont aussi reprise à leur propre compte. La fête dure cinq jours, du treizième jour de la quinzaine sombre du mois d’ āśvina au deuxième jour de la q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divali-fete-des-lumieres/#i_8772

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophies des religions »  : […] Les grandes épopées, Mahābhārata et Rāmāyaṇa , montrent dans une affabulation épique la merveille des incarnations divines. Dans le Mahābhārata , ce sont des incarnations des dieux védiques dont les héros sont des fils et aussi l'incarnation directe en Kṛṣṇa de l'Être suprême, Viṣṇu. Dans le Rāmāyaṇa , c'est l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_8772

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « L'iconographie et l'iconométrie »  : […] Pour les bouddhistes, l'image de culte par excellence est, bien entendu, celle du Maître. Son iconographie classique se constitua au iv e  siècle ou un peu avant. On reconnaît le personnage à son nimbe, à son manteau monastique, à sa coiffure faite de petites boucles plates, à une protubérance crânienne et à une touffe de poils qu'il porte entre l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_8772

KRISHNA ou KṚṢṆA

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 2 449 mots

Dans le chapitre « L'achèvement de la mission divine »  : […] Kṛṣṇa dut encore triompher de nouveaux adversaires que lui suscita Kamsa, avant de l'exterminer lui-même, selon la prédiction, ainsi que son beau-frère, le roi Jarāsandha du Maghada, devenant ainsi le maître du royaume. Toutefois, il s'en éloigna au bout de peu de temps, peut-être dans la crainte d'une attaque des Yavana, « les Grecs », et s'en alla fonder, aux bouches de l'Indus, la ville mythiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/krishna-krsna/#i_8772

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La déesse »  : […] Très tôt, on adjoindra à Viṣṇu une divinité féminine, Śrī, dite aussi Lakṣmī, elle aussi personnage complexe. En fait, Śrī et Lakṣmī ont une origine différente, mais on les a assimilées l'une à l'autre dès l'époque védique. Śrī, la Prospérité, est parfois identifiée à la Terre. On l'unit non seulement à Viṣṇu, mais au Puruṣa cosmique, si proche de Prajāpati, le premier procréateur. Ce n'est d'ail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/visnu-vishnu-et-vichnouisme/#i_8772

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « LAKṢMĪ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laksmi/