LA GRANDE VADROUILLE, film de Gérard Oury

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élève du cours Simon, Gérard Oury (1919-2006), né à Paris, intègre le Conservatoire en 1938, puis il devient pensionnaire à la Comédie-Française où Édouard Bourdet lui confie le rôle de Britannicus. L'occupation allemande le contraint à poursuivre sa carrière de comédien à Genève. Il revient en France en 1945 et s'intéresse au cinéma où il interprète de petits rôles dans Antoine et Antoinette (1947) de Jacques Becker ou Le Passe-Muraille (1950) de Jean Boyer, avec Bourvil dans le rôle principal. Il signe en 1957 avec André Cayatte un premier scénario Le Miroir à deux faces, puis Babette s'en va-t-en guerre réalisé par Christian-Jaque en 1959, une comédie burlesque sur fond de Seconde Guerre mondiale qui anticipe La Grande Vadrouille. Son passage derrière la caméra date de 1959 avec la comédie policière La Main chaude, puis il tourne La Menace, en 1960, et Le crime ne paie pas en 1961. Mais c'est Le Corniaud (1965), avec la paire formée par Bourvil et Louis de Funès, qui le consacre en tant que réalisateur populaire, avant La Grande Vadrouille qui exploitera nombre des recettes déjà expérimentées.

Odyssée-guignol

En 1942, en pleine Occupation, un chef d'orchestre (de Funès) et un peintre en bâtiment (Bourvil) s'affairent entre Paris et la ligne de démarcation pour essayer de faire passer en zone libre trois aviateurs anglais dont l'appareil a été abattu au-dessus de la capitale, alors qu'ils étaient de retour de mission en Allemagne. Ces derniers atterrissent respectivement au zoo de Vincennes, à l'Opéra de Paris et au siège de la Kommandantur. Ils se cachent avec la complicité d'une Française (Marie Dubois). Courses-poursuites avec l'occupant, chassés-croisés de faux et de vraisemblable, de guignoleries et de bouffonneries, déguisements, quiproquos, gags à répétition. Les Allemands et les fugitifs descendent dans le même hôtel de province et intervertissent leurs numéros de chambre (6 et 9), obligeant les uns à aller dans le lit des autres... Gérard Oury surcharge tous les effets : scène de hamm [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences, sociologue à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Kristian FEIGELSON, « LA GRANDE VADROUILLE, film de Gérard Oury », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-grande-vadrouille/