LA GRANDE DÉSILLUSION, Joseph StiglitzFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mondialisation a placé la diffusion du progrès technique et le commerce extérieur au cœur de la croissance et du développement. Pourtant, rarement un phénomène économique aura été aussi décrié. Dans son ouvrage La Grande Désillusion (Fayard, 2002) – traduction française de Globalization and its Discontents (W. W. Norton, 2002) –, Joseph Stiglitz revient sur les failles du système. Certes, la mondialisation s'est révélée être un formidable instrument de développement. Le miracle asiatique en est la plus parfaite illustration. Mais elle a contribué dans le même temps à accroître les interdépendances des économies et, ce faisant, leur sensibilité à des chocs extérieurs, ainsi que les inégalités dans le monde. Toutefois, selon Stiglitz, plus que la mondialisation en elle-même, c'est la manière dont elle a été gérée qui est condamnable. Si les défaillances des marchés, dont la mondialisation est porteuse, justifient l'intervention des États et des organisations supranationales, seules susceptibles, selon la logique keynésienne, de garantir la stabilité économique et la justice sociale, force est de constater, à la lumière des crises internationales observées depuis le début des années 1990, que les politiques économiques qui ont été menées ont manqué ces objectifs.

Les affres du consensus de Washington

Au centre de la critique de Joseph Stiglitz figurent les politiques conduites depuis les années 1980 par les institutions internationales. S'éloignant peu à peu des principes qui avaient présidé à leur création, ces dernières, parmi lesquelles le Fonds monétaire international, l'Organisation mondiale du commerce et, dans une moindre mesure, la Banque mondiale, dont Stiglitz fut un temps le vice-président, auraient cédé à un certain dogmatisme, fondé sur le culte du marché, se faisant par là même les instruments d'intérêts privés, au détriment du bien-être collectif. L'environnement, la justice économique et sociale auraient ainsi été sacrifiés sur l'autel de la finance internationale, et la sphère réelle, assujettie à la sphère financière.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne DEMARTINI, « LA GRANDE DÉSILLUSION, Joseph Stiglitz - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-grande-desillusion/