L'ATALANTE, film de Jean Vigo

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un cinéma lyrique

Le scénario initial est celui d'un roman populiste bien conventionnel. Le style de Vigo le transfigure complètement. La musique de Maurice Jaubert joue un rôle prépondérant. Le montage du film épouse le rythme de la partition et de ses grands thèmes. Les dialogues, nombreux et elliptiques, sont traités musicalement pour leur sonorité et non pour leur sens. C'est donc la bande sonore et le montage qui déterminent l'originalité du style du cinéaste.

Vigo est fidèle à l'héritage du grand cinéma muet des années 1920, celui de l'avant-garde soviétique pour le cadrage et le montage, celui du réalisme allemand pour la lumière et le jeu des acteurs.

Il invente une forme de lyrisme cinématographique totalement nouveau, influencé par la thématique de l'onirisme surréaliste. Par-dessus tout, il donne une extraordinaire présence physique à ses protagonistes et charge d'intensité sensuelle leurs rapports respectifs. Le désir physique, qui relie les deux époux, est représenté avec une rare authenticité, de même que les rapports troubles entre le père Jules et la jeune mariée. Le père Jules, c'est Michel Simon, déjà célèbre à l'époque, qui a collaboré avec Renoir pour La Chienne (1931) et Boudu sauvé des eaux (1932), mais dont la rencontre avec Jean Vigo se révèle providentielle. Il compose en effet un vieux matelot bougon, truculent et mythomane qui fascine Juliette et va métamorphoser les rapports du couple, au départ plutôt conventionnel. On peut interpréter les rencontres entre Juliette et Jules comme des étapes d'un rite initiatique sous le signe de l'étrange, du bizarre et de l'érotisme. Le vieux marin danse en jupette, mime le toréador, exhibe ses tatouages, fume avec son nombril sous le regard fasciné de Juliette. Mais le père Jules est aussi le médiateur qui stimule les rapports émotionnels entre Jean et Juliette, magistralement représentés lors de leur séparation. Le montage alterné, nous menant de l'un à l'autre, symbolise alors leur frustration.

Le cadre exigu d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  L'ATALANTE, Jean Vigo  » est également traité dans :

L'ATALANTE (J. Vigo), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 232 mots

D'abord remonté par les producteurs et affublé d'une rengaine à la mode, « Le Chaland qui passe », qui lui donne provisoirement son titre, L'Atalante de Jean Vigo (1905-1934) n'est pas seulement le sommet de l'œuvre trop rare et trop fugace du « Rimbaud du cinéma », comme on l'a surnommé. Le film marque sinon la naissance d'un cinéma d' […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vague des réalismes »  : […] Deux lignes de crête s'imposent au-dessus de ce tout-venant. La première est née du mariage réputé impur du cinéma et du théâtre, qu'ont réussi parallèlement Sacha Guitry (1885-1957) et Marcel Pagnol (1895-1974). Le premier a construit ses films ( Le Roman d'un tricheur en 1936, Les Perles de la couronne en 1937) sur une parole brillante (sa voix) qui structure la chaîne des images. Le second, pl […] Lire la suite

VIGO JEAN (1905-1934)

  • Écrit par 
  • Barthélémy AMENGUAL
  •  • 1 119 mots

Dans le chapitre « Un cinéma surréaliste »  : […] Vigo tourne sans producteur son premier film, À propos de Nice (1930), dans le sillage de la « deuxième avant-garde » que caractérisent ses préoccupations sociales et ses liens avec le surréalisme. S'inspirant des théories du ciné-œil défendues par Dziga Vertov, Vigo propose un documentaire social propre à « nous dessiller les yeux ». Le réel saisi à l'improviste fournit les matériaux que le ciné […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Somalie. Recrudescence des actes de piraterie. 4 avril - 3 mai 2009

européenne antipiraterie Atalante, créée en décembre 2008, capture onze pirates au large des côtes kenyanes. Le 17, les trois pirates somaliens arrêtés lors de l'opération de libération du Tanit sont mis en examen à Rennes pour détournement de navire, séquestration et détention […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel MARIE, « L'ATALANTE, film de Jean Vigo », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-atalante-jean-vigo/