L'ASSOMMOIR, Émile ZolaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tragédie du peuple

L'Assommoir tient beaucoup de la tragédie : par son architecture signifiante, qui rappelle la fragilité du bonheur humain – ici ouvrier –, toujours plus ou moins coupable de démesure et menacé d'un châtiment suprême ; par le retour lancinant des signes du destin, comme l'inquiétante figure du croque-mort Bazouge, qui enterrera Gervaise ; par le huis clos d'un décor oppressant – le quartier, l'immeuble, ou encore le cabaret du père Colombe, « l'Assommoir », avec son alambic monstrueux, machine maudite et destructrice à l'image du puits du Voreux de Germinal ou de la locomotive de La Bête humaine. Mais l'« assommoir » c'est aussi l'alcool, ce poison qui détruit le peuple, et, au-delà, la misère d'un prolétariat urbain dont Gervaise est la figure emblématique : « Son rêve était de vivre dans une société honnête, parce que la mauvaise société, disait-elle, c'était comme un coup d'assommoir, ça vous cassait le crâne, ça vous aplatissait une femme en moins de rien. » Comme dans la tragédie, les personnages de L'Assommoir se débattent sans espoir contre la fatalité, qui prend ici la forme du déterminisme social, dont l'alcoolisme, transmis héréditairement, est la manifestation la plus spectaculaire.

Au reste, si le roman nous fascine encore tant aujourd'hui, c'est sans doute moins comme illustration des thèses pseudo-scientifiques de son auteur sur l'hérédité sociale, ou encore comme fresque naturaliste du monde ouvrier au xixe siècle, que par le génie du style qui s'y révèle. Car Zola ne s'est pas contenté de montrer sans concessions le peuple tel qu'il est : il a su, notamment par un usage savant du style indirect libre, nous restituer sa langue, nous faire entendre sa voix, non certes directement et sans ambages, mais, comme il le dit lui-même, « coulée dans un moule très travaillé » : « Ah ! nom de Dieu ! oui, on s'en flanqua une bosse ! Quand on y est, on y est, n'est-ce pas ? et si l'on ne se paie qu'un gueuleton par-ci pa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  L'ASSOMMOIR, Émile Zola  » est également traité dans :

ARGOT

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAUD
  •  • 4 119 mots

Dans le chapitre « Le bas-langage »  : […] Le bas-langage, forme dégradée de la langue populaire, est dans son origine distinct de l'argot, langue spéciale et plus ou moins secrète du crime et de la gueuserie. En fait, à partir du xix e  siècle, la disparition des grandes bandes organisées et la vulgarisation de leur jargon entraînent une étroite compénétration du bas-langage et des argots qui, tout en conservant un certain nombre de trait […] Lire la suite

ZOLA ÉMILE

  • Écrit par 
  • Henri MITTERAND
  •  • 3 092 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Survol biographique »  : […] Son premier roman, La Confession de Claude , inspiré d'une ancienne et malheureuse expérience passionnelle, paraît en 1865. Vivant désormais de sa plume, Zola publie successivement Le Vœu d'une morte (1866), Thérèse Raquin , coup d'envoi de l'esthétique naturaliste (1867), Les Mystères de Marseille (1867), et Madeleine Férat (1868). Son éloge des Goncourt, de Taine et de Courbet, dans Mes Hain […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « L'ASSOMMOIR, Émile Zola - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-assommoir/