GOLDSTEIN KURT (1878-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Représentant une heureuse synthèse entre la neurologie, la neuropsychiatrie et la psychologie, l'œuvre de Kurt Goldstein, d'une importance capitale dans l'évolution de la psychologie clinique, constitue pour cette raison une véritable biologie du sujet humain et fournit le modèle d'une psychologie physiologique débarrassée des influences mécanistes, qui ont engagé les premiers psychophysiciens et les expérimentalistes associationnistes sur la voie d'une négation et, ultérieurement, d'une récupération a posteriori de la subjectivité. Élève de Wernicke et d'Edinger, il retira de leurs enseignements la conviction que la difficulté de la thérapeutique psychiatrique tenait essentiellement au fait que les fonctionnements nerveux se déroulent sans lien univoque avec les séquences des comportements. Directeur de l'institut de neurologie de l'université de Francfort-sur-le-Main à partir de 1919, Goldstein poursuit avec Gelb et Riese ses travaux sur l'aphasie et tente d'élaborer une thérapeutique clinique nouvelle synthétisant l'abord médical et l'abord psychologique des troubles de la parole. Les résultats de ces recherches effectuées sur des blessés du cerveau ont été publiés en 1919 sous le titre de Traitement, aide et évaluation de soldats atteints de blessure du cerveau (Die Behandlung, Fürsorge und Begutachtung hirnverletzter Soldaten). Contraint de quitter l'Allemagne en 1933 pour raisons politiques, Goldstein accepte une chaire à l'université d'Amsterdam et publie son œuvre majeure : La Structure de l'organisme (Aufbau der Organismus, 1934 ; traduction française de E. Burkhardt et J. Kunz, 1951). Il émigre aux États-Unis en 1936, où il poursuivra pendant trente ans, dans diverses universités, une œuvre d'une remarquable fécondité.

Les conceptions théoriques de Goldstein au sujet de l'organisme sont profondément enracinées dans l'observation neurologique concrète et ne se réclament au départ d'aucune école particulière. Aussi bien est-ce à partir de la pratique médico-psychologique [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Louvain, membre de l'Académie royale des sciences et de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, membre correspondant du Muséum national d'histoire naturelle de Paris

Classification


Autres références

«  GOLDSTEIN KURT (1878-1965)  » est également traité dans :

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les lois de la structuration perceptive »  : […] Le principe essentiel de la Gestalttheorie est celui de la structuration phénoménale, selon lequel tout champ perceptif se différencie en un fond et en une forme . L'analyse descriptive d'un champ structuré permet de dégager les lois suivantes : – La forme est nettement distincte du fond. – La forme est close et structurée. C'est à elle que le contour semble appartenir. – Son émergence dépend des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_31752

MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expérience de l'être-là et « sentir » »  : […] Un tel primat de l'inspiration phénoménologique dans l'œuvre de Merleau-Ponty ne veut point dire que celui-ci ne prenne vis-à-vis de Husserl aucune distance. Il s'en faut même de beaucoup puisqu'on ne trouve chez lui ni le moi transcendantal, auquel il reproche de rendre le philosophe et la philosophie oublieux de leurs origines, ni le célèbre « spectateur impartial », qui métamorphose indûment l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-merleau-ponty/#i_31752

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « La psychiatrie moderne »  : […] La période de la psychiatrie moderne commence de façon conventionnelle avec le congrès de Genève-Lausanne, en 1926, où Eugen Bleuler expose en français sa conception de la schizophrénie, pour s'achever à la mort d'Henri Ey (1900-1977). Elle est marquée par certaines influences importantes qui vont réorienter la psychiatrie, par un développement de son champ, par des innovations institutionnelles e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_31752

Pour citer l’article

Georges THINÈS, « GOLDSTEIN KURT - (1878-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-goldstein/