ADENAUER KONRAD (1876-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chancelier de la République fédérale

À quoi est due son extraordinaire ascension ? Pour une part, assurément, à la possession simultanée de deux atouts : l'âge qui inspire le respect et donne les présidences, l'équilibre et l'énergie qui permettent d'agir et de ne pas jouer le rôle de potiche. Sa piété solide, sa morale un peu rigide, son aptitude à la simplification ne lui ont pas donné le goût de la spéculation, de la nuance, de la mise en question. Sa plus grande qualité a été celle du véritable homme d'État : savoir distinguer l'essentiel de l'accessoire et ne pas se laisser écarter d'une orientation fondamentale par des considérations ou des événements d'importance passagère. On l'a traité tantôt de démagogue, tantôt de dictateur prenant ses décisions sans tenir compte de l'opinion. Il vaut mieux dire que sa conception de la démocratie évitait les extrêmes. Il n'imposait pas ses vues, sauf peut-être à ses ministres. Il ne faisait pas non plus participer le peuple ni même les représentants de celui-ci à l'élaboration de sa politique. Il déterminait ce qu'il jugeait nécessaire, et soumettait son action au jugement de l'électorat, après avoir cherché, avec le flair qui seul fait les véritables hommes politiques, grâce à quelles ruses on pourrait mettre l'opinion dans les dispositions les plus favorables.

Plus le temps a passé, moins la ruse a d'ailleurs été nécessaire : sa réussite a sans cesse accru son prestige et son prestige sa réussite, du moins jusque vers 1958. Les voix les plus diverses rendaient hommage au chancelier allemand. De l'Américain Foster Dulles, qui voyait en lui le pilier de la résistance au communisme en Europe, à l'Israélien Ben Gourion pour lequel il était l'initiateur du traité de réparation de 1952, du socialiste belge Paul-Henri Spaak, promoteur de l'intégration européenne, aux présidents du Conseil français successifs, qu'ils s'appelassent Pierre Mendès France ou Guy Mollet, qui comprenaient la sincérité de sa volonté de réconciliation franco-allemande, tous ont fait des vœux pour que la République fédérale demeurât le plus longtemps po [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  ADENAUER KONRAD (1876-1967)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Reconstitution d'un État allemand »  : […] L'opposition Ouest-Est se manifesta au niveau des Allemands. Tandis que les chefs politiques des zones occidentales célébraient la générosité américaine, le 23 juillet 1947, le Parti socialiste unifié repoussait le plan Marshall, demandant au contraire la « démocratisation de la vie économique dans toute l'Allemagne » et un plébiscite sur le problème de l'unité. Tout en agissant de part et d'autr […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La construction de l'Europe »  : […] Le paradoxe de la République fédérale était évidemment que cet État, qui coopérait peu avec la R.D.A., restait solidement ancré dans des ensembles non allemands, notamment dans l'Europe communautaire. Il se trouve que l'idée européenne a été immédiatement populaire en Allemagne. Il était naturel que la République fédérale fût plus « européenne » que la France, de son côté plus « européenne » que l […] Lire la suite

COLOGNE

  • Écrit par 
  • Hélène ROTH
  •  • 1 463 mots
  •  • 3 médias

Avec un million d’habitants en 2017, Cologne (Köln en allemand) est la plus grande ville du Land de Rhénanie-du-Nord–Westphalie . Nœud de communication à la croisée du Rhin et d’un axe ouest-est reliant façade atlantique et plaine germano-polonaise, Cologne s’est avant tout construite sur des activités commerciales et n’a jamais exercé de fonction politique d’envergure, hormis dans l’Antiquité. Vi […] Lire la suite

DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  • , Universalis
  •  • 6 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Europe d'après guerre »  : […] Le retour de la démocratie en Autriche, en Allemagne et en Italie, la libération du reste de l'Europe et l'action de nombreux chrétiens contre le nazisme vont donner de nouvelles perspectives au catholicisme politique, qui dans de nombreux pays est de surcroît conforté par l'introduction du suffrage féminin. Les tendances catholiques autoritaires sont privées de légitimité par l'issue du conflit. […] Lire la suite

ERHARD LUDWIG (1897-1977)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 707 mots

Né à Fürth, en Bavière, Ludwig Erhard fait des études commerciales ; il est incorporé en 1916 et grièvement blessé dans les Flandres à l'automne de 1918. Il entre ensuite à l'École supérieure de sciences sociales et économiques de Nuremberg et soutient en 1924, à Francfort-sur-le-Main, une thèse de doctorat d'économie, préparée sous la direction de Franz Oppenheimer, partisan d'un socialisme libér […] Lire la suite

HALLSTEIN WALTER (1901-1982)

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER
  •  • 296 mots

Professeur de droit, puis président de la commission de la république fédérale d'Allemagne pour l'U.N.E.S.C.O., Walter Hallstein est remarqué en 1950 par le chancelier Adenauer. Celui-ci en fait presque aussitôt un secrétaire d'État à la chancellerie, puis, en 1951, quand la République fédérale obtient le droit d'avoir un ministère des Affaires étrangères, son secrétaire d'État à la Koblenzerstras […] Lire la suite

Les derniers événements

22 janvier 2019 France – Allemagne. Signature d'un traité de coopération et d'intégration.

Konrad Adenauer. Le traité « sur la coopération et l’intégration franco-allemandes », proposé par le président Macron dans son discours de la Sorbonne en septembre 2017, prévoit un renforcement des liens entre les deux pays dans les principaux domaines de l’activité étatique, en fixant des objectifs très généraux. Le 11, Bernard Monot, député européen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alfred GROSSER, « ADENAUER KONRAD - (1876-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/konrad-adenauer/