GOTTWALD KLEMENT (1896-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de paysans moraves, Klement Gottwald adolescent part à Vienne où il travaille comme apprenti charpentier. C'est là qu'il adhère à seize ans aux Jeunesses socialistes. De 1915 à 1918, il est soldat dans l'armée austro-hongroise. Il rejoint ensuite la gauche marxiste du Parti social-démocrate tchécoslovaque, noyau du Parti communiste fondé en 1921. Dès 1922, il figure parmi les permanents du parti. En l'occurrence, il travaille en Slovaquie où il est notamment chargé de la direction des organes de presse du parti (Hlas Ludu, Pravda Chudoby).

En 1924-1925, une grave crise secoue le puissant Parti communiste tchécoslovaque. L'Internationale appuie la tendance « gauchiste » et la nouvelle génération des apparatchiki représentée par Gottwald et ses amis (Guttman, Slansky et Šverma). Dans son célèbre article « Bolchéviser le Parti communiste », Gottwald préconise la rupture totale avec le centrisme parlementariste. Il plaide pour une réorganisation du parti sur la base de cellules d'entreprises, contre le gradualisme et le maintien de l'État plurinational. Enfin, il est le premier à prôner un alignement total sur l'U.R.S.S., sur le Parti bolchevik et sur le stalinisme. À la demande de l'ultra-gauche slovaque, il entre en septembre 1925 au comité central et au bureau politique où il est chargé de l'agit-prop (agitation et propagande). Il place alors aux leviers de commande les jeunes cadres ouvriers issus de la région de Prague, des membres des Jeunesses socialistes et des organisations des minorités nationales.

En 1928, il fait partie de la délégation tchécoslovaque au VIe congrès de l'Internationale qui l'élit à son comité exécutif. Tout en pourfendant les sociaux-fascistes » et la « droite historique », il se sert des « gauchistes » comme d'un simple moyen. Il attaque soudainement leur « amateurisme intellectuel et sectaire » et, grâce à l'appui de l'Internationale, devient secrétaire général du parti en février 1929 (VIe congrès). Il ouvre ensuite la direction à la droite repentante et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, diplômé de l'École nationale des langues orientales, chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  GOTTWALD KLEMENT (1896-1953)  » est également traité dans :

PRAGUE COUP DE (1948)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 925 mots

La crise que connut la Tchécoslovaquie, du 13 au 25 février 1948, se déroula tant au niveau des institutions qu'au niveau de la rue. Les communistes, qui avaient obtenu 38 p. 100 des voix aux élections de mai 1946, contrôlaient directement des ministères clés tels l'Intérieur, l'Information, l'Agriculture, les Finances et, indirectement, la Défense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-de-prague/#i_42135

SLÁNSKY RUDOLF SALZMANN dit RUDOLF (1901-1952)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 1 064 mots

Membre du Parti communiste tchécoslovaque depuis sa fondation, dirigeant des Jeunesses communistes, journaliste puis secrétaire régional dans les fiefs communistes d'Ostrava et de Kladno (1925-1928), Rudolf Slánsky, de son vrai nom Rudolf Salzmann, s'oppose à la conception social-démocrate d'un parti ouvert représentée par Šmeral. En 1928, au VI e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/slansky-rudolf-salzmann-dit-rudolf/#i_42135

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 872 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le « coup de Prague » »  : […] L'originalité de la prise du pouvoir par le Parti communiste en février 1948 – ce que l'on a appelé le « coup de Prague » – tient essentiellement à l'utilisation par le P.C. des canaux institutionnels existants avec des moyens de pression extraparlementaires. À l'approche des élections prévues pour mai 1948, où l'on s'attend à une baisse d'influe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchecoslovaquie/#i_42135

Pour citer l’article

Vladimir Claude FISERA, « GOTTWALD KLEMENT - (1896-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/klement-gottwald/