PRAGUE COUP DE (1948)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La crise que connut la Tchécoslovaquie, du 13 au 25 février 1948, se déroula tant au niveau des institutions qu'au niveau de la rue. Les communistes, qui avaient obtenu 38 p. 100 des voix aux élections de mai 1946, contrôlaient directement des ministères clés tels l'Intérieur, l'Information, l'Agriculture, les Finances et, indirectement, la Défense, l'Industrie et les Affaires étrangères. Les sociaux-démocrates (13 p. 100 des voix) étaient divisés, les communistes sachant en faire des otages en leur offrant des postes dans le syndicat unique (R.O.H.), dans les collectivités locales et régionales et dans l'industrie nationalisée.

Le désintérêt de l'Ouest marqué à Yalta, et le veto soviétique de juillet 1947 barrant à la Tchécoslovaquie l'accès au plan Marshall, n'avaient changé en rien l'attitude des partis centristes de la coalition de Front national (Parti socialiste-national, Parti populaire et Parti démocrate slovaque) ; ceux-ci acceptaient de réduire leur conception de la démocratie parlementaire à un pluralisme d'états-majors limité aux instances de direction du pays. Seuls les communistes disposaient d'un véritable parti de masse et d'organisations populaires servant de courroies de transmission. Grâce au ministre de l'Intérieur, Nosek, ils étendaient leur contrôle sur toutes les forces armées, intimidant ainsi leurs partenaires (attentats contre des ministres, affaires d'espionnage en Slovaquie).

Le 13 février 1948, à la Chambre et au Conseil des ministres, tous les partis non communistes, ainsi que Ludvik Svoboda « personnalité non politique », somment Nosek de renoncer à remplacer par des communistes huit commissaires divisionnaires de Prague. Les socialistes-nationaux espèrent alors obtenir une victoire tactique sur le Parti communiste tchécoslovaque à la veille d'élections qui devaient, selon un sondage, amener un recul des communistes. Le comité central du Parti communiste tchécoslovaque réagit très violemment en accusant ses adversaires de complot et en convoquant un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, diplômé de l'École nationale des langues orientales, chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  PRAGUE COUP DE (1948)  » est également traité dans :

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le « coup de Prague » et le pacte atlantique »  : […] Un événement dramatique, au début de 1948, fait monter la tension à son comble. Encouragés par la chute de la popularité des communistes, qui partageaient le pouvoir avec eux depuis la Libération, les partis « bourgeois » tchécoslovaques essayent de desserrer le contrôle que l'extrême gauche exerce sur la police. Mais ils perdent la partie, et, le 25 février, le président Edvard Beneš se résigne à […] Lire la suite

MISE EN PLACE D'UN MONDE BIPOLAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 447 mots

1945 Conférence de Yalta (4-11 février). Capitulation allemande à Berlin (8 mai). Signature de la capitulation sans condition du Japon (2 septembre). 1946 Discours de Churchill à Fulton dénonçant le « rideau de fer » s'abattant sur le continent européen (5 mars). 1947 Discours de Truman définissant sa « doctrine » (12 mars). Marshall propose un plan d'aide à la reconstruction de l'Europe (5 jui […] Lire la suite

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 872 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le « coup de Prague » »  : […] L'originalité de la prise du pouvoir par le Parti communiste en février 1948 – ce que l'on a appelé le « coup de Prague » – tient essentiellement à l'utilisation par le P.C. des canaux institutionnels existants avec des moyens de pression extraparlementaires. À l'approche des élections prévues pour mai 1948, où l'on s'attend à une baisse d'influence communiste, la tension s'accroît pour finaleme […] Lire la suite

Les derniers événements

19-31 août 1991 • U.R.S.S. • Échec d'un coup d'État conservateur.

-Blanche ». Boris Eltsine, le président russe, s'y retranche après avoir appelé, du haut d'un char, les troupes à désobéir aux putschistes. Il dénonce ce « coup d'État réactionnaire », appelle à la grève générale et prend le contrôle des opérations sur le territoire russe, personnifiant ainsi [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Vladimir Claude FISERA, « PRAGUE COUP DE (1948) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-de-prague/