KLAIPÉDA, anc. MEMEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire de la ville et du territoire de Memel (Memelland, Memelgebiet) est étroitement liée à celle du flux et du reflux du germanisme dans les pays baltes. Fondée en 1252 par les chevaliers Porte-Glaive sous le nom de Neu-Dortmund, érigée en ville en 1254, Memel devient possession de l'évêque de Courlande ; en 1328, elle passe à l'ordre Teutonique. Devenue de ce fait prussienne, elle le restera jusqu'au 10 janvier 1920. Au cours des guerres du xviie et du xviiie siècle, occupée par les Suédois (1629-1635) et par les Russes (1757-1762), elle devient, après Iéna, refuge de la cour et de la famille royale de Prusse (1807-1808). Un des principaux ports d'exportation de mâts pour la marine britannique, active place de contrebande anglaise à l'époque du Blocus continental, elle n'atteignit jamais la taille d'une grande agglomération (moins de 50 000 habitants en 1939, dont 92 p. 100 d'Allemands) avant la Seconde Guerre mondiale.

Lituanie : carte administrative

Carte : Lituanie : carte administrative

Carte administrative de la Lituanie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le territoire de Memel (2 746,7 km2) est une création de l'article 99 du traité de Versailles qui obligeait l'Empire allemand à renoncer, au profit de l'Entente, à la partie nord-est de la province de Prusse orientale (celle située au-delà du Niemen), malgré l'opinion exprimée par la partie allemande de la population. Au recensement de 1920, 50,6 p. 100 de la population (71 150 habitants) se déclaraient de langue allemande, le reste (67 252) parlant lituanien ; l'imbrication des différents éléments de la population est très grande. Beaucoup de « Lituaniens » étaient bilingues et, de ce fait, seront plus tard « revendiqués » comme Allemands. Une statistique d'origine allemande, de 1925, compte 72,5 p. 100 d'Allemands et de Memelländische (c'est-à-dire de culture allemande). Un grand nombre de paysans lituaniens avaient, en effet, été installés par les chevaliers Teutoniques au xve et au début du xvie siècle, mais, surtout grâce à la politique de « colonisation » systématique pratiquée par les souverains prussiens du xviiie siècle, ils s'étaient, en partie, germanisés tout en conservant, fréquemment, la langue lituanienne et leur forme d'habitat originale (fermes isolées de l'intérieur s'opposant aux villages en ligne des pêcheurs du littoral).

Le 15 février 1920, le général français Odry prit en main l'administration de ce territoire ; le 1er mai 1921, les puissances alliées installèrent, à ses côtés, un haut-commissaire civil. Le 16 janvier 1923, profitant de la crise internationale provoquée par l'occupation de la Ruhr, des francs-tireurs lituaniens, commandés par Budrys, pénétrèrent dans le territoire que les troupes françaises leur abandonnèrent sans combat. En février 1923, la conférence des ambassadeurs de Paris s'inclina devant le fait accompli et, par la convention du 6 mai 1924, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie et le Japon transférèrent à la Lituanie leurs droits sur le territoire de Memel. Un statut signé le même jour, ratifié par la Société des Nations et par le gouvernement lituanien, faisait du territoire une entité autonome membre de l'État lituanien. Le gouverneur était nommé par le gouvernement lituanien sous l'autorité duquel étaient, en outre, placés les transports, les douanes, les postes. Le régime était parlementaire : Landtag élu au suffrage universel devant lequel le gouvernement (Directoire) était responsable. À toutes les élections, les députés allemands furent en majorité. Les conflits furent souvent aigus entre les Landtage et les gouverneurs accusés par les députés allemands, non sans raison, de persécuter l'élément germanique. Après l'admission du Reich à la Société des Nations, la délégation allemande à Genève se fit souvent l'écho de ces récriminations. En 1932, sur la plainte du gouvernement allemand lui-même, la Cour internationale de La Haye condamna le gouvernement lituanien. Tous les partis politiques « allemands » se rallièrent à la position du chef nazi Neumann qui demandait le rattachement au Reich. Dans la nuit du 21 mars 1939, le gouvernement lituanien s'inclinait devant un ultimatum de Berlin. La ville fut prise par les Russes en octobre 1944 et rattachée à la république soviétique de Lituanie ; elle prit le nom de Klaipeda.

Débarquement de Klaipéda

Photographie : Débarquement de Klaipéda

23 mars 1939 : les troupes allemandes débarquent dans le port de Klaipéda, en Lituanie. 

Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Lituanie : carte administrative

Lituanie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Débarquement de Klaipéda

Débarquement de Klaipéda
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Caen

Classification

Autres références

«  KLAIPÉDA, anc. MEMEL  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Extension territoriale »  : […] La population allemande s'est accrue pendant les premières années du régime national-socialiste. Le recensement du 17 mai 1939 fait état de 80,2 millions de Reichsdeutsche. L'accroissement est dû, pour une part, au relèvement du taux de natalité : 18,9 p. 1 000 en 1935, 19,5 en 1938, soit un excédent annuel de l'ordre de 450 000 à 500 000. Mais il s'explique surtout par l'extension territoriale d […] Lire la suite

LITUANIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • D.A. SEALEY
  •  • 8 113 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La République de Lituanie (1920-1940) »  : […] Le premier souci du pouvoir lituanien fut de donner au pays les bases d'un régime démocratique et de se faire reconnaître par les institutions internationales. L'Assemblée constituante vota une série de textes fondamentaux, notamment une Constitution, une réforme agraire, et créa une monnaie nationale convertible, le litas. La nouvelle Constitution de 1922 adopta le principe d'une assemblée unique […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger DUFRAISSE, « KLAIPÉDA, anc. MEMEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/klaipeda/