KITSCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un phénomène historique ?

Si l'origine du mot est connue (apparu en Bavière vers 1870, il est entré dans la langue française près d'un siècle plus tard, au début des années 1960), il est moins aisé de dater la naissance du phénomène lui-même.

Certains n'hésitent pas à le faire remonter à l'Antiquité. D'autres, plus prudents, le voient apparaître après la Renaissance, avec le maniérisme et le baroque. Cependant, la plupart des auteurs (dont Moles, ou l'écrivain autrichien Hermann Broch) s'accordent pour situer son essor au xixe siècle, avec le romantisme, les peintres nazaréens puis les pompiers, et surtout la production d'objets en série, qui annonce le développement de la société de consommation.

La création des grands magasins – en particulier le Bon Marché à Paris, en 1852, dont Émile Zola s'inspirera pour écrire Au Bonheur des dames (1883) – joue un rôle important. En proposant à une vaste clientèle de bourgeois, petits-bourgeois et nouveaux riches des ersatz d'objets et de meubles précédemment réservés à la noblesse ou à la grande bourgeoisie, le grand magasin, dit Moles, « sera le premier et le plus grand serviteur du kitsch ». Le triomphe de ce dernier et celui de la bourgeoisie vont de pair. Au siècle suivant, l'émergence du Prisunic, dès les années 1930, puis celle des supermarchés, à partir de 1960, ne feront qu'épouser le progrès de la démocratisation, qui propose au plus grand nombre un goût moyen, dépourvu d'ambitions autres que le confort et le paraître.

La fascination trouble qu'exerce le kitsch sera aussi exploitée par les régimes autoritaires – fascisme, nazisme, communisme –, qui offrent aux masses une imagerie chargée de symboles et une architecture pompeuse, étrangère à l'idéal fonctionnaliste. « Ce n'est pas un hasard, prétend ainsi Broch, dans une conférence donnée pendant l'hiver 1950-1951 sur « l'art tape-à-l'œil », si Hitler (comme son prédécesseur Guillaume II) a été un partisan absolu du kitsch. »

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en sociologie, professeur honoraire de sociologie de l'image à l'université de Lausanne

Classification


Autres références

«  KITSCH  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le populisme »  : […] L'approche « contexturaliste » de l'urbanisme, proposée par Colin Rowe pendant les quinze dernières années de son enseignement à Cornell University, trouve à la fois complément et concurrence dans un livre d'une grande portée : Complexity and Contradiction in Architecture de Robert Venturi, publié en 1966 par le Museum of Modern Art de New York. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_23118

ART ET CULTURE, Clement Greenberg

  • Écrit par 
  • Patrick de HAAS
  •  • 1 405 mots

Dans le chapitre « La défense de l'avant-garde contre le kitsch »  : […] L'article « Avant-garde et kitsch » a été écrit à un moment historique crucial (1939), celui de la catastrophe annoncée de la barbarie nazie, et publié dans Partisan Review , revue de la gauche intellectuelle antistalinienne marquée par le trotskisme. Clement Greenberg y soutient, dans une approche qui se veut marxiste, que la crise culturelle rés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-culture-clement-greenberg/#i_23118

COHEN STEVEN (1962- )

  • Écrit par 
  • Lise OTT
  •  • 1 155 mots

Dans le chapitre « Les premières œuvres plastiques »  : […] Steven Cohen est né le 11 août 1962 en Afrique du Sud. Dans la première moitié des années 1980, il obtient une licence en arts et psychologie à l’université du Witwatersrand à Johannesburg puis suit les cours de l’école d’art Ruth Prowse de Woodstock au Cap. Durant la même période, il accomplit, à son corps défendant, ses obligations militaires. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steven-cohen/#i_23118

PICABIA FRANCIS (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 881 mots

Dans le chapitre « La peinture : grandeur et servitude »  : […] Plus homogène, l'ensemble de toiles réalistes (des couples érotiques, des nus jeunes et sportifs, quelques scènes de genre...) que Picabia entreprend pendant les années de guerre est celui qui a fait peser les plus graves soupçons sur la valeur du projet artistique de son auteur : soupçon d'attirance inavouée pour certains critères de la peinture a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-picabia/#i_23118

PIERRE & GILLES

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 707 mots

Pierre Commoy (1950) et Gilles Blanchard (1954) ont débuté leur collaboration artistique sous le nom de Pierre & Gilles en 1976. Remarqués par les professionnels de la mode et le monde du spectacle, les portraits photographiques atypiques réalisés par ce duo marquent profondément les années 1980 et influencent l'esthétique de la communauté gay. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-et-gilles/#i_23118

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre KELLER, « KITSCH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kitsch/