KIM JONG-IL (1942-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avant d'être un homme politique nord-coréen, au pouvoir de facto de 1994 à 2011, Kim Jong-il avait comme première « vertu » d'être le fils de son père, Kim Il-sung.

Selon la légende écrite par le pouvoir, il est né le 16 février 1942 dans une cabane en bois située sur le mont Paektu, lieu symbole de l'imaginaire coréen et base de la résistance antijaponaise organisée par son père ; l'heureux événement aurait été accompagné d'une manifestation céleste : la formation d'un double arc-en-ciel et la luminescence exceptionnelle d'une étoile. Dans une version sûrement plus conforme à la réalité, Kim Jong-il est né un an plus tôt en Russie, dans une caserne de Sibérie où sa famille avait trouvé refuge à la suite des menées japonaises en Asie continentale.

Kim Jong-il est envoyé en Mandchourie par son père Kim Il-sung (dirigeant de la Corée du Nord de 1945 à 1994), durant la guerre de Corée. Après avoir suivi des cours de formation de pilote en Allemagne de l'Est pendant deux ans, il s'inscrit à l'université coréenne Kim Il-sung, dont il sort diplômé en économie politique en 1964. Il occupe des postes subalternes au sein du Parti du travail de Corée avant de devenir le secrétaire de son père. Il assiste ce dernier lors des purges de 1967 au sein du parti, et se voit alors confier des fonctions à responsabilité. En septembre 1973, il est nommé au poste influent de secrétaire du parti en charge de l'organisation, de la propagande et des campagnes d'agitation.

Kim Jong-il est officiellement désigné comme successeur de son père en octobre 1980. Il est nommé à la tête des forces armées en 1991, et accède à des fonctions dirigeantes au sein du comité central, soit au bureau politique, soit au secrétariat du parti. À la mort de son père en juillet 1994, Kim Jong-il, qui se fait appeler « Cher Leader », devient de facto le numéro un du pays. L'Assemblée populaire suprême abolit la fonction de président de la République, Kim [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  KIM JONG-IL (1942-2011)  » est également traité dans :

CORÉE - Littérature

  • Écrit par 
  • Ogg LI, 
  • Marc ORANGE, 
  • Martine PROST
  •  • 9 748 mots

Dans le chapitre « L'après-guerre »  : […] La situation confuse engendrée par la guerre, en particulier les nombreuses purges politiques, incitèrent les écrivains à rester dans une prudente expectative et à se garder de toute originalité. Tout au plus adoptèrent-ils, au mois de septembre 1953, la résolution suivante : « Tous nos efforts et notre talent seront consacrés à la reconstruction et au développement de l'économie du peuple d'après […] Lire la suite

CORÉE - Cinéma

  • Écrit par 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Charles TESSON
  •  • 3 526 mots

Dans le chapitre « Le cinéma nord-coréen, de l’expansion à l’abandon »  : […] Le cinéma nord-coréen paraît suivre le destin inverse. Dès la fin de la guerre de Corée, le nouveau régime prend en main le développement du septième art et les studios de Pyongyang sont rapidement reconstruits. Le pays produit sa première fiction en 1949 : Mon pays natal , de Kang Hong-sik. De jeunes cinéastes sont envoyés à Moscou pour y étudier dans les studios russes. Des cinéastes du bloc de […] Lire la suite

CORÉE DU NORD

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jin-Mieung LI
  • , Universalis
  •  • 8 959 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Amorce de relations concrètes »  : […] Les relations entre le Sud et le Nord sont plus actives dans les domaines culturel et économique. Le quotidien sud-coréen Choong'ang Ilbo a pu envoyer quatre missions culturelles en Corée du Nord en 1997-1998. Le fondateur du groupe Hyundai, Chung Ju-yung, originaire d'un village qui se situe juste au nord de la ligne de démarcation, a franchi celle-ci, le 16 mai 1998, pour une visite d'une sema […] Lire la suite

CORÉES - Du rapprochement à la défiance

  • Écrit par 
  • Marie-Orange RIVÉ-LASAN
  •  • 2 909 mots

Dans le chapitre « Pyongyang sans leader ? »  : […] Alors qu'on observe au Sud une alternance au pouvoir, on peut se demander qui dirige la Corée du Nord aujourd'hui. Depuis le mois d'août 2008, le leader de la Corée du Nord Kim Jong-il, que l'on dit malade depuis longtemps, n'a pas été vu en public. Son absence notoire de la cérémonie célébrant le soixantième anniversaire de la fondation de la République démocratique populaire de Corée, le 9 sep […] Lire la suite

Les derniers événements

27 juillet 2021 Corée du Sud – Corée du Nord. Rétablissement des canaux de communication entre Séoul et Pyongyang.

Kim Jong-un du bureau de liaison entre les deux Corées, en juin 2020. Ce geste ouvre la voie à une reprise du dialogue intercoréen qui avait conduit en 2018 à trois rencontres entre les dirigeants des deux pays et à un sommet entre le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump.  […] Lire la suite

10 janvier 2021 Corée du Nord. Nomination de Kim Jong-un au poste de secrétaire général du Parti du travail.

Kim Jong-un au poste de secrétaire général. Ce titre symbolique le place au même niveau que son père Kim Jong-il et que son grand-père Kim Il-sung. Au pouvoir depuis décembre 2011, Kim Jong-un avait été nommé premier secrétaire en avril 2012, puis président du parti en mai 2016, le poste de secrétaire général restant vacant.  […] Lire la suite

9-23 juin 2020 Corée du Nord – Corée du Sud. Destruction du bureau de liaison intercoréen.

Kim Jong-un, en février 2019, à Hanoï. Le 23 toutefois, la commission militaire centrale du Parti du travail présidée par Kim Jong-un décide de suspendre toute action militaire contre la Corée du Sud. […] Lire la suite

16-17 août 2019 Corée du Nord. Rupture du dialogue avec Séoul.

Kim Jong-un critique également la hausse des dépenses militaires sud-coréennes, ainsi que l’absence de progrès dans la coopération économique entre les deux Corées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« KIM JONG-IL (1942-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kim-jong-il/