PYONGYANG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale de la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord), Pyongyang s'étend sur une vaste aire administrative d'environ 2 000 kilomètres carrés dont la population est estimée à moins de trois millions d'habitants en 2008 pour l'ensemble des douze districts qui la composent.

Corée du Nord : carte administrative

Carte : Corée du Nord : carte administrative

Carte administrative de la Corée du Nord. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Située dans une région de plaines fertiles de la basse vallée du fleuve Taedong, Pyongyang débute sa longue histoire au milieu du ve siècle en devenant la capitale de Koguryŏ, le royaume « nordiste » de l'Antiquité coréenne. Organisée selon les canons de la planification chinoise, Pyongyang connaît une première période de rayonnement aux vie et viie siècles de notre ère : avec environ 1 million d'habitants, elle aurait été la seconde ville d'Asie après la capitale chinoise, Xi'an. Devenue « capitale de l'Ouest » (Sŏgyŏng) du royaume médiéval de Koryŏ (xe-xive s.), Pyongyang connaît ensuite une phase de relatif déclin, mais reste longtemps la deuxième ville de Corée après Séoul, avec environ 100 000 habitants à la fin du xixe siècle. La colonisation japonaise (1910-1945) marque une période de forte croissance et d'industrialisation de la ville, mais Pyongyang est ensuite très durement affectée à la libération (1945) par la partition de la péninsule en deux États (1948) qui s'affrontent au cours d'une guerre meurtrière entre 1950 et 1953. Presque rasée par les bombardements, Pyongyang est reconstruite pour être la vitrine du pouvoir nord-coréen, regorgeant de bâtiments ostentatoires à l'architecture monumentale. Une planification urbaine sur le modèle soviétique appliquée dans un contexte de contrôle étendu des populations explique que la ville n'ait pas à souffrir de la congestion urbaine. Compte tenu du trafic, les grands axes de circulation semblent même surdimensionnés.

L'inclusion de districts ruraux et de districts suburbains dans la zone métropolitaine de Pyongyang entraîne l'existence d'une fonction agricole qui s'est renforcée depuis la grande crise du milieu des années 1990 et qui traduit la précarité de la situation alimentaire, même autour de la capitale nord-coréenne qui est pourtant la résidence des élites du pays. Les fonctions principales de la ville sont néanmoins l'industrie, avec des industries lourdes en périphérie et des industries légères (agroalimentaire, petite industrie mécanique, pharmacie, textile) dans la ville même. Le secteur tertiaire est marqué par la prépondérance absolue du tertiaire d'encadrement (politique et administration) : au cœur du centre-ville, une véritable « cité interdite » abrite les bâtiments du parti et les résidences de ses élites suprêmes. À l'exception de cinq grands magasins d'État ou coopératifs, et de quelques grands hôtels internationaux (Koryo Hotel, Yanggak-to Hotel), le centre de Pyongyang offre le visage d'un Central Business District encore sans affaires et sans commerces.

L'évolution de la ville au début du xxie siècle traduit enfin les changements survenus à la suite des réformes de 1998 et de 2002. Certes, les paysages sont toujours massivement investis par l'idéologie socialiste (slogans coiffant les bâtiments, affiches de propagande bordant les larges avenues), qui imprègne aussi les modes de vie d'une ville plutôt sûre et ordonnée, largement entretenue par ses citadins engagés dans des travaux d'intérêt collectif. Mais la crise économique est évidente dans l'état des équipements (dysfonctionnement des transports collectifs), tandis que les réformes ont abouti à l'ouverture de deux marchés, tout en suscitant l'apparition timide d'un petit commerce de rue, encore très fragile, car soumis aux aléas de la politique intérieure.

Statue de Kim Il-sung, Pyongyang

Photographie : Statue de Kim Il-sung, Pyongyang

Prosternation devant la statue de bronze, d'une hauteur de 20 mètres, représentant Kim Il-sung, le «pilier du pays», à Pyongyang. 

Crédits : Tony Waitham/ robertharding/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Corée du Nord : carte administrative

Corée du Nord : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Statue de Kim Il-sung, Pyongyang

Statue de Kim Il-sung, Pyongyang
Crédits : Tony Waitham/ robertharding/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Classification

Autres références

«  PYONGYANG  » est également traité dans :

CORÉE - Géographie

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jacques PEZEU-MASSABUAU
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Relief »  : […] La forme caractéristique de la péninsule résulte d'un jeu de fractures presque parallèles ou, au contraire, perpendiculaires à des plis très anciens dans un matériel plissé et pénéplané ; c'est ainsi que la côte orientale est rectiligne et peu indentée dans le détail, tandis que les côtes méridionale et occidentale mettent en contact avec la mer des blocs soulevés ou affaissés donnant une marquete […] Lire la suite

CORÉE - Cinéma

  • Écrit par 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Charles TESSON
  •  • 3 526 mots

Dans le chapitre « Le cinéma nord-coréen, de l’expansion à l’abandon »  : […] Le cinéma nord-coréen paraît suivre le destin inverse. Dès la fin de la guerre de Corée, le nouveau régime prend en main le développement du septième art et les studios de Pyongyang sont rapidement reconstruits. Le pays produit sa première fiction en 1949 : Mon pays natal , de Kang Hong-sik. De jeunes cinéastes sont envoyés à Moscou pour y étudier dans les studios russes. Des cinéastes du bloc de […] Lire la suite

CORÉE DU NORD

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jin-Mieung LI
  • , Universalis
  •  • 8 959 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les régions de la Corée du Nord »  : […] Articulée sur les hauts plateaux de Kaema et les chaînes de Mach'ŏllyŏng, de Nangnim et de Hamgyŏng, la région centrale (qui couvre la province de Yanggang), aux faibles densités (moins de 50 hab./km 2 ), est principalement vouée à la sylviculture et aux activités minières. Cette région, difficile d'accès, et dont les populations sont terriblement affectées par la crise, s'oppose à deux régions […] Lire la suite

Les derniers événements

4 octobre 2022 Corée du Nord. Tirs d'un missile de portée intermédiaire au-dessus du Japon.

La tension militaire persiste au cours du mois, avec de nouveaux exercices militaires de Séoul et de ses alliés, ainsi que de Pyongyang, y compris d’autres tirs de missiles par la Corée du Nord.  […] Lire la suite

24 mars 2022 Corée du Nord. Tir d'essai d'un missile balistique.

Ce geste constitue une violation supplémentaire du moratoire sur les essais de missiles à longue portée décrété par Pyongyang en avril 2018.  […] Lire la suite

5-20 janvier 2022 Corée du Nord. Nombreux essais de missiles.

Du 5 au 30, Pyongyang procède à sept essais de missiles balistiques et de croisière, à courte et longue portée, dont deux missiles hypersoniques, les 5 et 11. Le 10, le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit à huis clos pour évoquer le tir de missile hypersonique du 5. Pyongyang avait effectué un premier tir de ce type de missile en septembre 2021. […] Lire la suite

20 octobre 2021 Corée du Nord. Annonce du test d'un tir de missile balistique depuis un sous-marin.

Pyongyang affirme avoir testé avec succès, la veille, le tir d’un missile balistique depuis un sous-marin. Si elle était confirmée, cette avancée technologique conférerait au pays une capacité inédite de déploiement et de seconde frappe. Deux précédents essais de tirs sous-marins, en 2016 et 2019, avaient été effectués –mais depuis une plateforme immergée selon des experts occidentaux. […] Lire la suite

11-30 septembre 2021 Corée du Nord. Tirs de missiles.

Du 11 au 30, Pyongyang procède aux tirs de plusieurs missiles de portées et de technologies diverses, démontrant le renforcement de ses capacités offensives. Dans le même temps, le régime de Kim Jong-un fait preuve d’ouverture à l’égard de Séoul en laissant entrevoir la possibilité d’un sommet intercoréen, tout en continuant de rejeter les propositions de rencontres « sans conditions préalables » faites par Washington. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Valérie GELÉZEAU, « PYONGYANG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pyongyang/