KIM YOUNG-SAM (1927-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Kim Young-sam fut président de la Corée du Sud de 1993 à 1998, après avoir été un des principaux leaders de l’opposition modérée sous le régime autoritaire de Park Chung-hee.

Kim Young-Sam est né le 20 décembre 1927 sur l’île de Kŏje, dans la province du Kyŏngsang-Sud, en Corée (aujourd’hui en Corée du Sud), dans une famille prospère de pêcheurs. Diplômé de l’université nationale de Séoul en 1952, il est pour la première fois élu à l’Assemblée nationale en 1954. De tendance centriste libérale, il est réélu à plusieurs reprises jusqu’en 1979, année où il est exclu (le 9 octobre) de l’Assemblée en raison de son opposition au président Park Chung-hee. Cette exclusion provoque des émeutes et des manifestations. En signe de protestation, les soixante-six députés de l’opposition démissionnent de leur siège au Parlement. À la suite de l’assassinat de Park, le 26 octobre 1979, la prise de pouvoir par les militaires sous les ordres du général Chun Doo-hwan, en mai 1980, empêche Kim de se porter candidat à l’élection présidentielle. Peu après le putsch, Chun fait arrêter Kim ; en novembre 1980, ce dernier est interdit d’activité politique pour une durée de huit ans, et son parti est déclaré illégal.

En juin 1983, à l’issue d’une grève de la faim de vingt-trois jours, Kim est libéré et, en 1985, il reprend ses activités politiques. Cette année-là, il réaffirme son rôle de leader de l’opposition modérée au président Chun. Kim échoue à se faire élire à la présidence du pays en 1987, en raison de la division des voix de l’opposition qui se répartissent entre lui et son rival Kim Dae-jung. En 1990, il fait fusionner son Parti démocrate de la réunification avec le Parti démocrate de la justice au pouvoir, conduit par le président Roh Tae-woo, formant ainsi un parti de centre droit, appelé le Parti démocrate libéral (P.D.L.), qui domine la vie politique coréenne. En tant que candidat du P.D.L., Kim remporte l’élection présidenti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  KIM YOUNG-SAM (1927-2015)  » est également traité dans :

CORÉE DU NORD

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jin-Mieung LI
  • , Universalis
  •  • 8 956 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  La question de l'arme nucléaire nord-coréenne »  : […] Ce qui est paradoxal, c'est que le Nord n'a cessé de faire des tentatives d'infiltration de ses agents dans la partie méridionale de la péninsule tandis qu'il négociait avec le groupe Hyundai sur le plan économique, et malgré une certaine bonne volonté du gouvernement de Kim Dae-jung dans le cadre de sa « politique du soleil » vis-à-vis du Nord. Pyongyang n'a jamais abandonné son objectif nucléai […] Lire la suite

CORÉE DU SUD

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Stéphane THÉVENET
  • , Universalis
  •  • 11 360 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La présidence de Kim Young-sam »  : […] Lors de l'élection présidentielle de décembre 1992, Kim Young-sam, candidat du Parti démocrate libéral, fut élu avec 42 p. 100 des suffrages, face à Kim Dae-jung du Parti démocrate pour la paix et à Chung Ju-yung du Parti national pour l'unification. Après cette élection, Kim Dae-jung, opposant de longue date aux régimes militaires, abandonna la politique et son parti fut dirigé par Lee Ki-taek. […] Lire la suite

Les derniers événements

Corée du Nord – Corée du Sud. Destruction du bureau de liaison intercoréen. 9-23 juin 2020

Le 9, alors que les négociations entre Pyongyang et Washington sont au point mort, l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA annonce la décision prise par Kim Yo-jong, sœur et proche conseillère du président Kim Jong-un, de fermer les canaux de communication politique et militaire entre […] Lire la suite

Corée du Nord. Annonce de la fin du moratoire sur les essais nucléaires et balistiques. 31 décembre 2019

Le président Kim Jong-un annonce la fin du moratoire sur les essais nucléaires et balistiques annoncé en avril 2018. En juin 2018, les présidents américain et nord-coréen s’étaient rencontrés à Singapour où ils avaient signé un document relatif à la dénucléarisation de la péninsule coréenne […] Lire la suite

Corée du Nord. Rupture du dialogue avec Séoul. 16-17 août 2019

la poursuite des manœuvres militaires américano–sud-coréennes, malgré la promesse faite par le président Donald Trump, en juin, de les suspendre. Le régime de Kim Jong-un critique également la hausse des dépenses militaires sud-coréennes, ainsi que l’absence de progrès dans la coopération économique entre les deux Corées. […] Lire la suite

Corée du Nord. Tirs de missiles. 24-25 juillet 2019

Le 24, Pyongyang procède au tir de deux missiles de courte portée, le premier depuis la rencontre entre les présidents Kim Jong-un et Donald Trump à Panmunjom en juin. Le 25, Kim Jong-un déclare que ces tirs constituent un « avertissement solennel aux militaires bellicistes sud-coréens » qui doivent participer à des manœuvres militaires annuelles avec les États-Unis en août. […] Lire la suite

Royaume-Uni. Démission de l’ambassadeur à Washington. 7-10 juillet 2019

Le 7, The Mail on Sunday publie des extraits de télégrammes diplomatiques envoyés à Londres depuis 2017 par l’ambassadeur britannique à Washington Kim Darroch. Celui-ci y déclare notamment ne pas penser que l’administration américaine […] Lire la suite

Pour citer l’article

« KIM YOUNG-SAM (1927-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kim/