Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KAWAMATA TADASHI (1953- )

Architecte de l’éphémère

Tragique et militante, l’exposition de Kawamata Tadashi à la galerie Kamel Mennour (Paris), Under the water (2011), quelques mois après le tsunami japonais, transformait les lieux en un océan recouvert de détritus. Les installations in situ produites dans les musées, les lieux de cultes, les centres d'art ou encore les galeries sont subjectives, poétiques et théâtrales, et véhiculent des valeurs symboliques et spirituelles, que le visiteur peut aisément s'approprier. C'est moins l'expérience qui est convoquée ici qu'une véritable prise de conscience aux accents utopiques.

Avec la série des Tours ou des Spirales monumentales élevées in situ, dans la chapelle baroque de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (Passage des chaises, 1997) ou dans les galeries souterraines du domaine de Pommery à Reims (Cathédrale de chaises, 2007) alors qu’il est invité par Daniel Buren, le commissaire de l’exposition L’Empreinte du lieu, Kawamata Tadashi échafaude une structure de dix mètres de hauteur, telle une tour de Babel. Ses œuvres symboliques, qui veulent relier la terre et le ciel, l'individu et la multitude, le vide et l'accumulation déploient une vision spirituelle, cosmique et méditative. Pour Tadashi Kawamata, la survie de l'œuvre ne passe pas seulement par sa présence matérielle, mais cherche à convoquer la mémoire vivante à travers l'oralité et l'expérience de chacun. À la Foire d'art contemporain de Dubaï de 2012, Kawamata Tadashi assemble ChairsforAbuDhabi, une tour qui s’élève sur une structure métallique revêtue de mobiliers de récupération assemblés. Certains bancs et canapés installés à l'intérieur et à l'extérieur de la tour serviront à accueillir le public, soit pour écouter des conférences, soit pour se donner rendez-vous.

Introduire le paysage dans des galeries en construisant des nids aux angles des cimaises, dessiner un ciel de chaises dans un ancien lieu de culte, installer des cascades de cageots comme à la maréchalerie de Versailles (Grandmaison, 2008), autant de gestes qui contribuent à supprimer les limites temporelles, et les frontières entre les civilisations, les barrières entre intérieur et extérieur. L’introduction d’une esthétique des chantiers, du désordre, de la ruine et de l'accident dans l'espace sophistiqué et ordonné du musée d'art moderne, participe de cette volonté de transformer nos points de vue sur ces situations apparemment antinomiques. En provoquant ces collisions formelles et temporelles, Kawamata Tadashi incarne une posture quasi philosophique, une alternative au modernisme occidental en perte de repères. Il propose en même temps une réelle perspective pour l’avenir, que certains intellectuels français internationalement reconnus comme Edgar Morin, Bruno Latour ou Michel Maffesoli ont développé depuis les années 2000 dans leurs écrits.

— Caroline CROS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur du Patrimoine, inspectrice de la création artistique, direction générale des créations, ministère de la Culture et de la communication

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • JAPON (Arts et culture) - Les arts

    • Écrit par François BERTHIER, François CHASLIN, Universalis, Nicolas FIÉVÉ, Anne GOSSOT, Chantal KOZYREFF, Hervé LE GOFF, Françoise LEVAILLANT, Daisy LION-GOLDSCHMIDT, Shiori NAKAMA, Madeleine PAUL-DAVID
    • 56 170 mots
    • 35 médias
    ...l'espace. Art majeur des années 1990, l'installation inspire à Naitō Rei (née en 1961) des espaces poétiques propices au recueillement intérieur, et à Kawamata Tadashi (né en 1953), des dispositifs provisoires qui parasitent façades et intérieurs de bâtiments pour accentuer leur présence dans l'environnement...
  • SCULPTURE CONTEMPORAINE

    • Écrit par Paul-Louis RINUY
    • 8 011 mots
    • 4 médias
    ...l’environnement, toujours valorisé, conduit enfin certains sculpteurs à devenir principalement des architectes, des constructeurs de leurs propres œuvres. Tadashi Kawamata se saisit des éléments à disposition pour créer des sculptures architecturales in situ dans le monde entier, comme Collective folie...

Voir aussi