KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le kannara (kannaḍa) est la langue du Karnāţaka, soit, au sud-ouest de la péninsule du Dekkan, la totalité de l'État de Mysore depuis qu'en 1956 on y a rattaché les districts limitrophes où le kannara était majoritaire. La majorité des quarante-deux millions de locuteurs vit dans le Mysore, le reste dans les États voisins.

Langue dravidienne la plus anciennement attestée après le tamoul, le kannara mêle un élément indigène (deśi) partagé avec les autres langues du sud de l'Inde, et un élément de tradition sanskrite (mārga). Celui-ci, dès l'origine, impose ses thèmes et ses techniques, et deux millénaires de production sanskrite continue doublent et modèlent les genres nobles. Au xviie siècle encore, la langue kannara se défend et s'illustre en sanskrit. Sanskrite pour moitié, la grammaire kannara est, pour l'autre moitié, le code d'une langue archaïsante. Érudits, les auteurs ont pour originalité le raffinement : recherche technique, subtilité de l'intrigue, profondeur de la psychologie. Mais le peuple kannara est poète et sa langue un chant continu : la musique « carnatique » a conquis tout le Sud ; formes du drame et chants populaires sont millénaires, les mètres indigènes s'imposent grâce aux grands poètes, expression naturelle du récit et du chant ; les thèmes panindiens se colorent de la mythologie régionale ; les héros sanskrits renaissent sur le sol kannara, qui a aussi son propre merveilleux. Religieuse et régionale (avec une forte conscience dialectale), parfois bigote et sectaire, la littérature kannara porte aussi une mystique universelle et un humanisme individualiste parfois un peu esthète, très moderne d'accent. Terre de folklore, de penseurs, et de grands rhétoriqueurs, le Karnāţaka a une littérature à la mesure de ses mythes, moulant l'hindouisme tout entier sur chaque repli de son sol.

Émergence et tradition grammaticale

L'épigraphie atteste depuis le ve siècle par les inscriptions d'Halmiḍi (450 apr. J.-C.), de Tamaţakollu (500), de Taţţukōţi (700), de Sravaṇabeḷagoḷa, l'émergence progressive de formes littéraires originales sous la tutelle sanskrite. Mais le premier texte littéraire intégralement conservé est un traité d'ornementation poétique Kavirājamārga (Voie royale des poètes) par lequel on connaît la littérature antérieure. Il suit la métrique sanskrite traduisant le Kāvyādarśa de Daṇḍin parfois de très près ; la matière, la versification en quête de sa forme originale par rapport au sanskrit soulignent la dette du kannara à l'égard du sanskrit dès ses premières productions ; l'érudition jaïna contribue ensuite à conserver cette dépendance. En face, le talent inné de la poésie du peuple kannara est proclamé avec orgueil et les formes indigènes de poésie, bedaṇḍe ou cattāṇa, ont leur place à côté des genres dérivés du sanskrit, ainsi qu'un type de composition dite gadyakathā, mélange de prose et de vers un peu analogue au campu sanskrit, qu'on dit parfois originaire du Karnāţaka. Ainsi est ouvert le fécond dialogue entre les formes deśi et mārga, propre aux littératures dravidiennes.

Le Kavirājamārga crée la tradition très riche de la littérature grammaticale et rhétorique. Son abondance et sa qualité qui n'ont d'égales qu'en sanskrit sont un trait essentiel du kannara à toutes les époques. Sur la fin du xe siècle, Nāgarvarma Ier écrit un Océan de prosodie, le Chandōmbuddhi, où chaque strophe est composée dans le mètre qu'elle définit. Au milieu du xiie siècle, un homonyme, Nāgarvarma II, écrit en kannara un art poétique le Kāvyālōkana et en sanskrit une grammaire kannara, le Bhāṣā-bhūṣaṇa, importante contribution à l'histoire de la langue, avec de larges aperçus sur la rhétorique sanskrite. Kēśirāja est l'auteur du Śabdmaṇidarpaṇa (1250), grammaire kannara qui fait date par l'originalité de la recherche et la richesse de ses citations. Fanatique du style traditionnel, il plaide pour le vieux kannara, fixé autour du xe siècle, et qui n'avait cessé d'évoluer ; les condamnations qu'il prononce sont, sur le kannara médiéval contemporain de son œuvre, un témoignage précis. Enfin le Śabdānuśāsana de Bhaţţākaḷaṅka en 1604, plus scientifique d'esprit, est un exposé exhaustif de la langue, en cinq cent quatre-vingt-douze sūtra sanskrits, avec une glose et un commentaire volumineux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification

Autres références

«  KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE  » est également traité dans :

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Grammaires dravidiennes »  : […] Le tamoul a la littérature la plus ancienne, qui remonte aux environs du début de l'ère chrétienne. Le texte le plus ancien qui nous en soit parvenu est peut-être le Tolkāpiyam , traité de grammaire et de poétique. Cette œuvre très originale, où l'on ne voit que sous forme de traces l'influence de la grammaire sanskrite, a le mérite de dégager des traits propres au tamoul. Des auteurs plus tardifs […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Vijayanagar »  : […] L'Inde du xv e  siècle est fractionnée en États régionaux, qui sont soit des sultanats musulmans issus des provinces du défunt empire, soit des royaumes hindous restaurés par l'aristocratie indigène. Il s'agit principalement, dans ce dernier cas, du Rājasthān, où les Rājpūt reconstituent peu à peu leurs anciennes principautés, et surtout de l'empire de Vijayanagar, qui a grandi à l'extrême sud da […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 176 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les vīraśaiva ou liṅgāyat »  : […] Le nord du Karnāṭaka, dans le sud de l'Inde, a été, lui aussi, le théâtre d'une réforme importante du shivaïsme au xii e siècle. Il s'agit, au départ, d'une réaction rigoriste et morale contre un excès de ritualisme et, peut-être, la richesse, l'influence politique et l'élitisme de religieux pāśupata. L'initiateur de la réforme fut Basava (v. 1130-1168). Il ouvrit la religion à toute la société, […] Lire la suite

TELUGU ou TELOUGOU

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 2 475 mots

Dans le chapitre « Des siècles d'adaptation »  : […] La littérature telugu débute au xi e siècle avec Nannaya (env. 1030). L'épigraphie livre jusqu'au vi e siècle des vocables isolés puis, aux ix e et x e siècles, des fragments en prose. L'inscription de Turimella ( vii e s.) cependant laisse entrevoir un style littéraire telugu, mais le prākrit puis le sanskrit ont gardé longtemps le monopole de l'expression écrite. Nannaya, patronné par le ro […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François GROS, « KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kannara-kannada/