KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge épique

Trois poètes, Pampa, Ponna et Ranna, sont les « trois gemmes » de l'âge héroïque du vieux kannara, dominé par le jaïnisme. Pampa, poète de cour et officier du prince Cālukya, Arikēsari, écrit ses deux œuvres en 941. L'Ādi purāna célèbre en seize chants les neuf vies antérieures et l'ultime vie humaine de Purudēva, le premier tīrthankara (saint jaïna). S'y entremêlent la cosmogonie et le merveilleux jaïna, les leçons morales sur les devoirs d'état, l'apprentissage progressif de l'affranchissement total à l'égard du monde. Cet exposé est racheté par le talent de Pampa : riches descriptions des joies mondaines, amour, danses, musique, hauts faits guerriers ; valeur morale et spirituelle universelle grâce à la justesse psychologique ; sens très sûr de la composition et du drame dans chaque épisode ; et choix rare d'images concrètes. Son second poème, Vikramārjuna Vijaya, ou Pampa Bhārata, est une version dense et colorée du Mahābhārata, dont Arjuna est le héros principal, identifié à Arikēsari, son protecteur. Ponna laisse avec le Śanti Purāṇa une autre vie légendaire d'un beau mouvement, mais un peu froide.

Le coup d'essai de Ranna est l'Ajitapurāṇa, éloquent exposé de principes religieux jaïns, son chef-d'œuvre, le Gadāyuddha, le combat à la massue entre Bhīma et Duryodhana, au dernier jour de la guerre du Mahābhārata. Deux œuvres en prose appartiennent à cette époque. Cāvuṇḍarāya, ministre, patron de Ranna, compile en 978 la vie des soixante-trois grands hommes du calendrier jaïn, le Triṣaṣṭilakṣaṛa-mahāpurāṇa. Vers 1930, on exhuma le Vaḍḍārādhane, important exemple de la prose kannara ancienne, vivante et colorée, malgré les aspects dogmatiques et conventionnels du sujet traité (dix-neuf biographies des grandes âmes du jaïnisme).

Le xie siècle est marqué par une abondante littérature technique versifiée, sans grandes œuvres littéraires sauf la version kannara du Pañchatantra par Durgasim̃ha (1031), une des premières œuvres non jaïn qui nous soit parvenue.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE  » est également traité dans :

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Grammaires dravidiennes »  : […] Le tamoul a la littérature la plus ancienne, qui remonte aux environs du début de l'ère chrétienne. Le texte le plus ancien qui nous en soit parvenu est peut-être le Tolkāpiyam , traité de grammaire et de poétique. Cette œuvre très originale, où l'on ne voit que sous forme de traces l'influence de la grammaire sanskrite, a le mérite de dégager des traits propres au tamoul. De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-grammaire-et-langage-dans-l-inde-ancienne/#i_24338

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 498 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Vijayanagar »  : […] L'Inde du xv e  siècle est fractionnée en États régionaux, qui sont soit des sultanats musulmans issus des provinces du défunt empire, soit des royaumes hindous restaurés par l'aristocratie indigène. Il s'agit principalement, dans ce derniers cas, du Rājasthān, où les Rājpūt reconstituent peu à peu leurs anciennes principautés, et surtout de l'em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_24338

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_24338

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les vīraśaiva ou liṅgāyat »  : […] Le nord du Karnāṭaka, dans le sud de l'Inde, a été, lui aussi, le théâtre d'une réforme importante du shivaïsme au xii e siècle. Il s'agit, au départ, d'une réaction rigoriste et morale contre un excès de ritualisme et, peut-être, la richesse, l'influence politique et l'élitisme de religieux pāśupata. L'initiateur de la réforme fut Basava (v. 11 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siva-shiva-et-shivaisme/#i_24338

TELUGU ou TELOUGOU

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 2 475 mots

Dans le chapitre « Des siècles d'adaptation »  : […] La littérature telugu débute au xi e siècle avec Nannaya (env. 1030). L'épigraphie livre jusqu'au vi e siècle des vocables isolés puis, aux ix e et x e siècles, des fragments en prose. L'inscr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telugu-telougou/#i_24338

Voir aussi

Pour citer l’article

François GROS, « KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kannara-kannada/