KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ferveur et renouveau

Au xiie siècle s'ouvre une ère nouvelle. Le jaïnisme demeure, le vichnouisme se développe, plus volontiers en sanskrit ou en tamoul. Le shivaïsme connaît avec le mouvement viraśaiva une explosion de popularité qui marque la société et le langage même. Sous les Hoysala, les lettres sont à nouveau brillantes dans toutes les confessions et tous les styles. Nāgacandra donne une version jaïn de l'histoire de Rāma (Pampa Rāmāyaṇa), pleine de ferveur religieuse et de psychologie délicate. La tradition savante des jaïns continue en mathématiques, médecine, et dans l'inépuisable domaine de l'hagiographie, et maintenant des controverses. Nēmicandra écrit le premier roman kannara, Līlāvatī, ou comment un prince Kadamba finit par épouser la princesse de ses rêves. Janna domine l'époque, avec le purāṇa d'Anantanātha, et le Yaśōdharacaritre ; à l'exposé de l'éthique jaïn, il joint une franche et subtile peinture de l'amour-passion. Contre le style campu, où la culture sanskrite modèle vocabulaire et figures, il y eut à l'intérieur même du jaïnisme une réaction pour un style plus simple et plus purement kannara avec Nayasēna, et plus tard Aṇḍayya qui entreprit de narrer sans un seul terme sanskrit la lutte de Kama contre Śiva, dans son original Kabbigara Kavya (1235).

Mais c'est surtout le mouvement viraśaiva qui contribua à simplifier la langue et à populariser la littérature, par la prose lyrique des vacana (paroles) destinés à alimenter la dévotion mystique et à répandre la doctrine dans les foules. Le mouvement, réaction mystique contre le formalisme religieux et social, s'adresse volontiers aux plus humbles dans le langage le plus simple et le plus direct. Il commence au xie siècle avec Dāsimayya (1040), et se continue jusqu'au xviiie siècle avec plus de deux cents auteurs recensés, dont plusieurs sont des hommes d'humble origine (tailleur, menuisier, cordonnier...), ou des femmes. Basava (1105-1167) est le plus célèbre, mais sa vie est encombrée de légendes édifiantes ou dénigrée par la contre-propagande jaïn. Brahmane, il sert le prince Kalacuri Bijjala [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification

Autres références

«  KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE  » est également traité dans :

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Grammaires dravidiennes »  : […] Le tamoul a la littérature la plus ancienne, qui remonte aux environs du début de l'ère chrétienne. Le texte le plus ancien qui nous en soit parvenu est peut-être le Tolkāpiyam , traité de grammaire et de poétique. Cette œuvre très originale, où l'on ne voit que sous forme de traces l'influence de la grammaire sanskrite, a le mérite de dégager des traits propres au tamoul. Des auteurs plus tardifs […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 890 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Vijayanagar »  : […] L'Inde du xv e  siècle est fractionnée en États régionaux, qui sont soit des sultanats musulmans issus des provinces du défunt empire, soit des royaumes hindous restaurés par l'aristocratie indigène. Il s'agit principalement, dans ce dernier cas, du Rājasthān, où les Rājpūt reconstituent peu à peu leurs anciennes principautés, et surtout de l'empire de Vijayanagar, qui a grandi à l'extrême sud da […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les vīraśaiva ou liṅgāyat »  : […] Le nord du Karnāṭaka, dans le sud de l'Inde, a été, lui aussi, le théâtre d'une réforme importante du shivaïsme au xii e siècle. Il s'agit, au départ, d'une réaction rigoriste et morale contre un excès de ritualisme et, peut-être, la richesse, l'influence politique et l'élitisme de religieux pāśupata. L'initiateur de la réforme fut Basava (v. 1130-1168). Il ouvrit la religion à toute la société, […] Lire la suite

TELUGU ou TELOUGOU

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 2 475 mots

Dans le chapitre « Des siècles d'adaptation »  : […] La littérature telugu débute au xi e siècle avec Nannaya (env. 1030). L'épigraphie livre jusqu'au vi e siècle des vocables isolés puis, aux ix e et x e siècles, des fragments en prose. L'inscription de Turimella ( vii e s.) cependant laisse entrevoir un style littéraire telugu, mais le prākrit puis le sanskrit ont gardé longtemps le monopole de l'expression écrite. Nannaya, patronné par le ro […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François GROS, « KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kannara-kannada/