KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ère de Vijayanagar

Le royaume de Vijayanagar patronne les arts et favorise tous les credos. Le jaïnisme est doctrinaire, ou continue deux courants, les vies exemplaires de ses héros et les histoires édifiantes à épisodes, comme le jivandharacarite plusieurs fois raconté. Le meilleur poète jaïn est Ratnākaravarṇi dont le Bharateśa vaibava (1557), composé dans un mètre populaire (saṅgatya) auquel il donne aisance et distinction, reste l'un des plus grands poèmes kannara.

Les viraśaiva se réorganisent, plus prêcheurs mais moins incisifs. De nouveaux vacana apparaissent, mais les meilleurs recueils sont les anthologies des auteurs antérieurs (Sūnya Śampādane). Ceux-ci constituent les néo-anciens, dont on détaille sous forme de purāṇa les vies merveilleuses et les miracles. La vie de Basava, narrée d'abord en telugu vers 1200 par Pālkurike Sōmanātha, est traduite en kannara par Bhīma Kavi (1369). Allama Prabhu est célébré dans le Prabhuliṅga līle de Cāmarasa (1430). D'autres purāṇa puisent dans les sources tamoules des vies des soixante-trois saints shivaïtes et dans la mythologie de Śiva. Quelques auteurs s'essaient aussi à des formes littéraires plus neuves.

La dévotion vichnouite s'était jusqu'ici exprimée surtout en sanskrit, malgré quelques essais en kannara comme le Jagannātha Vijaya de Rudrabhaţţa (1180), ou quelques chants dévotionnels. Elle s'impose désormais dans deux domaines. D'abord celui de l'épopée, où les grands poèmes sanskrits trouvent des adaptateurs de génie. Kumāra Vyāsa vers 1430 donne la version la plus populaire des dix premiers chants du Mahābhārata, dans un style direct où brillent les descriptions et la peinture des caractères. L'œuvre sera continuée et imitée. Narahari, du village de Torave près de Bijapur, écrit le Torave Rāmāyaṇa, qui le rendit populaire notamment grâce à la peinture du personnage de Rāvaṇa. Une dizaine d'autres versions apparurent ensuite. Le Bhāgavata inspire d'autres traductions. Mais c'est dans le chant que le vichnouisme laisse des œuvres ori [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE  » est également traité dans :

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Grammaires dravidiennes »  : […] Le tamoul a la littérature la plus ancienne, qui remonte aux environs du début de l'ère chrétienne. Le texte le plus ancien qui nous en soit parvenu est peut-être le Tolkāpiyam , traité de grammaire et de poétique. Cette œuvre très originale, où l'on ne voit que sous forme de traces l'influence de la grammaire sanskrite, a le mérite de dégager des traits propres au tamoul. De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-grammaire-et-langage-dans-l-inde-ancienne/#i_24338

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 498 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Vijayanagar »  : […] L'Inde du xv e  siècle est fractionnée en États régionaux, qui sont soit des sultanats musulmans issus des provinces du défunt empire, soit des royaumes hindous restaurés par l'aristocratie indigène. Il s'agit principalement, dans ce derniers cas, du Rājasthān, où les Rājpūt reconstituent peu à peu leurs anciennes principautés, et surtout de l'em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_24338

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_24338

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les vīraśaiva ou liṅgāyat »  : […] Le nord du Karnāṭaka, dans le sud de l'Inde, a été, lui aussi, le théâtre d'une réforme importante du shivaïsme au xii e siècle. Il s'agit, au départ, d'une réaction rigoriste et morale contre un excès de ritualisme et, peut-être, la richesse, l'influence politique et l'élitisme de religieux pāśupata. L'initiateur de la réforme fut Basava (v. 11 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siva-shiva-et-shivaisme/#i_24338

TELUGU ou TELOUGOU

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 2 475 mots

Dans le chapitre « Des siècles d'adaptation »  : […] La littérature telugu débute au xi e siècle avec Nannaya (env. 1030). L'épigraphie livre jusqu'au vi e siècle des vocables isolés puis, aux ix e et x e siècles, des fragments en prose. L'inscr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telugu-telougou/#i_24338

Voir aussi

Pour citer l’article

François GROS, « KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kannara-kannada/