CABANILLES JUAN BAUTISTA (1644-1712)

Le plus réputé des organistes espagnols de la seconde moitié du xviie siècle naquit à Algemesí (province de Valence) et mourut à Valence, après y avoir exercé les fonctions de maître de chapelle et d'organiste à la cathédrale depuis l'âge de vingt et un ans et jusqu'à sa mort. En 1668, Cabanilles fut ordonné prêtre. Il fut l'élève de Jerónimo de La Torre (organiste à Valence, de 1645 à 1677) et d'Urbano de Vargas (maître de chapelle de la cathédrale de Valence, mort en 1656). Cabanilles cultive le tiento classique et traditionnel, où passe le souvenir d'Antonio de Cabezón. Mais il est franchement moderne dans les autres œuvres (toccatas, pasacalles, gallardas, paseos, jácaras, batallas), où l'art de la variation (diferencia) déploie toutes ses richesses. Il fut souvent appelé à jouer en France, dont il connaissait bien la musique d'orgue. Sa connaissance du répertoire italien est, de même, remarquable ; en revanche, il ignore l'art des organistes allemands et nordiques (surtout dans le genre fugue).

On a pu parler à son propos d'impulsions préromantiques, tant sa fantaisie éclate parfois en accents expressifs inattendus et profondément sensibles. Ses tientos de falsas, où il module dans des tonalités éloignées de celles qui sont couramment utilisées sur les orgues à tempérament inégal, ne peuvent, évidemment, être appréciées dans leur délicatesse, voire leur rudesse d'intonation « fausse », que sur les instruments accordés adéquatement. À côté de pages courtes, simples versets d'orgue entre deux interventions chorales, on lit des compositions plus développées ; ainsi le tiento sur Ave maris stella (du 1er mode), où l'écriture contrapuntique et les talents de « fantaisiste » de la variation se donnent libre cours. Dans telle toccata du 6e mode, en trois mouvements, il utilise le même thème, d'abord en croches, puis en noires, enfin en doubles croches, passant d'un rythme binaire au ternaire, et inversement. Ne pas le confondre avec José Cabanillas (1645-env. 1725), lui aussi organiste, et qui exerça ses fonctions à la cathédrale d'Urgel, de 1670 à sa mort.

—  Pierre-Paul LACAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  CABANILLES JUAN BAUTISTA (1644-1712)  » est également traité dans :

ORGUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 9 729 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre «  Les styles »  : […] contemporains n'ont pas le privilège de la recherche d'effets de déplacement sonore dans l'espace.) Ici, les « batallas » de Juan Cabanilles (1644-1712) sonnent, superbes, et il y a suffisamment de principaux et de flûtes pour que les tientos d'Antonio de Cabezón (1510 env.-1566), Francisco Correa de Arauxo (1584-1654), Tomás de Santa María ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orgue/#i_35079

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « CABANILLES JUAN BAUTISTA - (1644-1712) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-bautista-cabanilles/