NEEDHAM JOSEPH (1900-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le parcours intellectuel de Joseph Needham est marqué par une rupture. Dans un premier temps, ses études le portent vers la médecine, au Caius College de Cambridge, dont il deviendra fellow puis master. Sur ces bases, il s'oriente ensuite vers la recherche en sciences pures, travaillant de 1920 à 1942 au laboratoire de biochimie de la ville universitaire anglaise, qui, à l'époque, compte parmi ses scientifiques Julian Huxley, John Burdon Sanderson Haldane, Conrad Hal Waddington, John Desmond Bernal... En 1931, il donne à sa première spécialité dominante, la biochimie du développement embryonnaire, une œuvre de synthèse, Chemical Embryology (The University Press, Cambridge), avant de se tourner avec Waddington vers des recherches qui seront couronnées par la parution en 1942 de l'ouvrage classique Biochemistry and Morphogenesis (The University Press). Ces travaux lui donnent l'occasion d'effectuer des incursions dans l'histoire de ces disciplines ainsi que dans la philosophie, en particulier du vivant. À ces multiples centres d'intérêt s'ajoute une attention soutenue pour la théologie, qui ne le quittera jamais : on peut en mesurer l'importance au fait qu'il devint pour un temps frère de l'Oratory of the Good Shepherd. Son mariage avec une collègue biochimiste, Dorothy Mary Moyle, marque la fin de l'expérience sous cette forme, mais Needham persistera à se soucier d'une reformulation des doctrines chrétiennes qui tienne compte des acquis scientifiques. Dès cette époque, enfin, ses sympathies pour le marxisme se traduisent par un engagement socialiste.

Sont-ce les tensions résultant des engagements de nature aussi distincte qui l'ont conduit à œuvrer, sa vie durant, à leur synthèse ? Sa carrière va brusquement prendre un nouveau cours à la suite de la rencontre avec trois biochimistes chinois venus étudier à Cambridge en 1937. Sous l'effet, selon ses propres dires, du coup de foudre qu'il en éprouva pour la culture chinoise, le biochimiste qu'il était devint sinologue, historien des sci [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégée de mathématiques, docteur de mathématiques, directrice de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  NEEDHAM JOSEPH (1900-1995)  » est également traité dans :

HISTOIRE DES SCIENCES ARABES (dir. R. Rashed, collab. R. Morelon)

  • Écrit par 
  • Karine CHEMLA
  •  • 1 393 mots

Les traditions scientifiques qui se sont développées hors d'Occident ont été mal traitées, des décennies durant, par la grande majorité des historiens. Cet état de fait fut sans doute induit par une représentation globale de l'histoire des sciences qui a longtemps dominé : les activités scientifiques « à proprement parler » n'auraient débuté qu'avec l'Antiquité grecque et seraient entrées dans un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-sciences-arabes/#i_80811

Pour citer l’article

Karine CHEMLA, « NEEDHAM JOSEPH - (1900-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-needham/