SCALIGER JOSEPH JUSTE (1540-1609)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dixième fils de Jules César Scaliger (humaniste padouan fixé en France et connu pour ses violentes controverses avec Érasme et avec le mathématicien Jérôme Cardan), Joseph Scaliger fit ses humanités à Bordeaux, puis à Paris sous Turnèbe. Devenu précepteur des enfants de l'ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, il voyage à travers la France, l'Europe, et se lie avec ce que le monde compte de talents reconnus. Il se fixe à l'université de Leyde, sur les instances de Henri IV. Il édite et commente un grand nombre d'œuvres antiques, de Varron à Apulée, et compose un important recueil de proverbes grecs : Stromateus proverbiorum graecorum. Son œuvre personnelle, composite, manque souvent d'intérêt autre qu'historique ; ainsi son traité sur la quadrature du cercle (Cyclometrica elementa, 1594) ou ses poésies, souvent médiocres imitations de l'antique (Poemata omnia, 1515). En revanche, l'historien est plus original, même si l'orientation purement chronologique qu'il choisit paraît aujourd'hui désuète (Opus de emendatione temporum, 1593 et le Thesaurus temporum, 1609) en faisant tenir à la continuité des événements un rôle essentiel. Mais, plus encore que ces traités (auxquels il faudrait ajouter ses ouvrages de numismatique), les lettres qu'il échange avec l'intelligentsia européenne retiennent l'attention ; elles témoignent d'une pratique de la conversation qu'on louera plus tard comme une caractéristique de l'honnête homme. Enfin, les recueils d'anecdotes et de bons mots que ses amis et élèves composèrent sous le titre Scaligeriana (1666 et 1669) connurent un grand succès. On appela très tôt le groupe qu'il formait avec Juste Lipse et Isaac Casaubon le triumvirat littéraire du siècle, reconnaissant ainsi aux trois hommes un pouvoir tacite de juridiction et de critique en matière de livres. Le travail de ce groupe constitue, avec celle d'Étienne Pasquier, l'une des premières tentatives de critique littéraire au sens moderne du terme.

—  Bernard CROQUETTE

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  SCALIGER JOSEPH JUSTE (1540-1609)  » est également traité dans :

PHILOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 4 817 mots

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Cette mentalité commence à changer dès le xii e  siècle, en Italie, avec la découverte de la médecine antique (Salerne) et du droit romain (Bologne) : le recours au texte – et à un texte sûr, exigé par ces sciences (et bientôt par d'autres, en un temps où toute science est d'abord livresque) – ramène en partie à l'ancienne attitude philologique. Dès la fin du xiii e  siècle se multiplient les iden […] Lire la suite

SCALIGER PÉRIODE JULIENNE DE

  • Écrit par 
  • Pierre DELIGNY
  •  • 555 mots

Système romain, réforme julienne, années juliennes erronées, réforme grégorienne adoptée à des époques différentes selon les pays : la confusion historique des calendriers est telle que les chronologistes, pour les longues périodes de temps, préfèrent compter en « siècles juliens », qui présentent l'avantage de contenir un nombre constant de jours (36 525). L'humaniste français Joseph Juste Scali […] Lire la suite

VIÈTE FRANÇOIS (1540-1603)

  • Écrit par 
  • Jean GRISARD
  •  • 1 387 mots

Dans le chapitre « Les écrits polémiques »  : […] Un certain nombre d'ouvrages complémentaires ont vu le jour à la suite de polémiques scientifiques. Il s'agit d'abord du Munimen adversus nova cyclometrica (1594) et du Pseudo mesolabum et alia quaedam adjuncta capitula (1595), qui traitent de la quadrature du cercle et de problèmes de « géométrie analytique » en réponse aux hypothèses assez fantaisistes de Joseph Scaliger sur ces divers sujets ; […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « SCALIGER JOSEPH JUSTE - (1540-1609) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-juste-scaliger/