MAISTRE JOSEPH DE (1753-1821)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Projet d'une épistémologie sociale

Maistre a voulu renverser, dans tous les domaines de la connaissance, le « sophisme fondamental de l'orgueil moderne qui confond [...] la découverte ou la génération d'un effet avec la révélation d'une cause ». Il s'agissait tout spécialement de montrer que la vie sociale ne peut être analysée à partir d'une nature immuable de l'homme qu'il serait à la portée de la raison philosophante de reconnaître et de promouvoir contre les accidents de l'histoire. L'analyse du politique, en particulier, montre comment l'expérience des sociétés qui fonctionnent pour le bonheur et les libertés des hommes oblige à un renversement continuel de toutes les évidences immédiates du raisonnement abstrait. C'est l'absurde qui se révèle sensé ; par là, Maistre ouvre la voie à la réflexion politique moderne d'un Tocqueville, d'un Proudhon, d'un Max Weber. Si les sociétés possèdent cette profonde raison, ignorée de la philosophie raisonnante, c'est qu'il y a en elles un savoir primitif d'une déchéance originelle et du devoir d'expiation qui en découle ; mais ce savoir est toujours menacé par l'orgueil, et lorsqu'il se trouve, refoulé, sous leur visée naïve du bien apparent, les sociétés courent vers les plus grands maux.

Entre cette analyse du politique et cette métaphysique de l'existence humaine, il y a place pour une compréhension concrète des sociétés. Maistre s'inspire ici de la théorie catholique de la tradition, telle qu'il pouvait la connaître, par exemple, à travers les Controverses de François de Sales. Comme l'Église, toute société humaine vivante n'est pas une convention entre des hommes individuellement préexistants ; elle naît d'un événement instaurateur qui porte les éléments antérieurement existants à un niveau plus élevé, fondement de tous les développements ultérieurs. Cette fondation, en cela, est « divine » – ce qui ne veut pas dire nécessairement « surnaturelle » –, car les hommes qui la posent s'établissent en même temps au-delà d'eux-mêmes : la nature de l'homme, c'est l'art, selon le mot de Burke que le comte aime reprendre ou parap [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire du christianisme et de théologie au centre Sèvres

Classification


Autres références

«  MAISTRE JOSEPH DE (1753-1821)  » est également traité dans :

CITOYENNETÉ

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 4 676 mots
  •  • 1 média

Le terme de citoyen, dont la Révolution française avait déjà fait un usage enthousiaste et parfois excessif, est revenu à la mode depuis quelques années d'une manière insistante, sinon obsédante, et cela dans tous les pays démocratiques. Le plus souvent, il revient à dire simplement « non professionnel », « social », ou même « amical » ou « sympathique ». Le terme a pourtant une signification préc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/citoyennete/#i_1647

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme ordre de valeurs »  : […] La tentation est certes grande de s'en remettre à l'usage actuel où le mot semble inévitablement renvoyer à un document que chacun présuppose être normatif et contraignant. Il n'en a pas toujours été ainsi, et cela même à l'époque où l'on a commencé à rédiger des constitutions. Autrement dit, le concept de constitution a longtemps évolué entre l'idée d'ordre social et celui de norme juridique fond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution/#i_1647

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « La contre-révolution intellectuelle »  : […] Burke est le premier penseur d'envergure à dénoncer l'influence des idées révolutionnaires. Car c'est d'Angleterre, de cette Angleterre qui avait si fortement influencé Montesquieu et Voltaire, qu'est venue la réfutation la plus approfondie de la Révolution française. Elle vint d'un membre du parti whig, qui avait lutté pour la défense des libertés contre la tentative absolutiste de George III et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-revolution/#i_1647

LES ANTIMODERNES (A. Compagnon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 019 mots

Depuis que l'on a proclamé la fin des avant-gardes, la modernité a été périodiquement l'objet de débats où se mêlent mises en accusation et plaidoyers teintés de nostalgie. Professeur de littérature à la Sorbonne et à Columbia University, Antoine Compagnon a déjà consacré plusieurs essais à cette question, notamment Les Cinq Paradoxes de la modernité (1990), où il s'en prenait aux doctrines qui v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-antimodernes/#i_1647

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La révolution comme catastrophe providentielle »  : […] Le fait que les ruptures provoquées par la Révolution française aient été analysées en même temps qu'elles furent vécues, donne à l'épisode une urgence inhabituelle, amène à donner au concept de révolution son sens actuel de mutation brutale, globale et difficilement réversible, et entraîne un bouleversement dans la manière de penser de l'histoire. Les protagonistes (et avec eux les observateurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_1647

Pour citer l’article

Pierre VALLIN, « MAISTRE JOSEPH DE - (1753-1821) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-de-maistre/