MARTÍ JOSÉ (1853-1895)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'action, intellectuel aux talents multiples, penseur politique aux accents prophétiques, Martí fut considéré, un siècle après la guerre d'indépendance de 1868, comme l'apôtre de la jeune révolution cubaine.

Nombre de critiques compétents voient dans Martí le principal précurseur du mouvement littéraire appelé modernismo et dirigé par l'écrivain Rubén Darío. Les rapports entre Martí et Darío constituent, sans nul doute, un dialogue essentiel dans la littérature latino-américaine du xixe siècle ; il n'en reste pas moins qu'il faut détacher l'œuvre de Martí du courant moderniste si l'on veut en découvrir la véritable originalité. C'est d'abord au regard de son inlassable activité révolutionnaire qu'il faut tenter d'en éclairer les thèmes fondamentaux : « Il est un fondateur, un poète, un savant parce qu'il est un dirigeant révolutionnaire. »

L'homme d'action

José Martí est né à La Havane où son père était un modeste sergent d'artillerie. Pour subvenir aux besoins familiaux, Martí devient, très jeune, commis d'épicerie, en même temps qu'il poursuit ses études. Il est l'élève très brillant de Rafael María Mendive, son père spirituel et, dès 1867, la presse cubaine se fait l'écho de ses remarquables succès scolaires.

En 1869, sous la direction de Mendive, Martí fait paraître le premier numéro de La Patrie libre : la révolution de 1868 vient d'éclater. Martí a seize ans lorsqu'il se fait arrêter et condamner à six ans de travaux forcés pour avoir tourné en dérision les « volontaires » de l'armée coloniale et insulté le drapeau espagnol. Il bénéficie, en 1871, d'une mesure de grâce et il est déporté en Espagne. Il poursuit ses études à l'Université centrale de Madrid et termine une licence de droit ainsi qu'une licence de philosophie.

En 1875, Martí revient en Amérique latine : il vivra au Mexique, au Guatemala et au Venezuela. Journaliste et enseignant, il multiplie les voyages et fait de courts séjours à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur au département des sciences politiques de l'université de Paris-I

Classification


Autres références

«  MARTÍ JOSÉ (1853-1895)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le modernisme »  : […] Parmi les personnalités littéraires qui côtoyèrent le mouvement moderniste sans s'y rattacher, le Cubain José Martí (1853-1895) occupe une place éminente. Engagé dès avant l'âge d'homme dans la lutte pour l'indépendance de son île natale, il succomba prématurément à la répression espagnole, non sans avoir prodigué ses talents de polémiste, d'orateur et de poète, simple et grand, au service de son […] Lire la suite

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cuba et Mexique »  : […] À Cuba, les problèmes du mouvement ouvrier sont étroitement liés à la cause de l'indépendance nationale. Héritier de la Sociedad de tabaqueros de La Havane, créée en 1868 par des émigrés espagnols, et des sociétés anarcho-syndicalistes de dockers et de producteurs de tabac, le Congrès régional ouvrier de La Havane (1892), d'orientation libertaire, revendiqua simultanément la journée de huit heures […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 809 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « José Martí »  : […] La grande figure littéraire et politique de la fin du siècle est le Cubain José Martí (1853-1895), qui militera toute sa vie en faveur de l'indépendance nationale ; il sera l'un des premiers à dénoncer la menace de l'hégémonie du « Nord convulsif et brutal » et à prôner l'idéal d'une Amérique hispanique faisant entendre sa voix propre. En plus d'innombrables chroniques journalistiques, d'admirable […] Lire la suite

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 403 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La guerre révolutionnaire »  : […] José Martí, Antonio Maceo et les autres chefs du Parti révolutionnaire cubain ont élaboré une théorie politique de la guerre du peuple, qu'ils expérimentent, en s'appuyant sur une stratégie de guerre « inextinguible », sur les masses cubaines, en particulier sur la population afro-cubaine qui a l'expérience de la résistance des negros cimarrones , et sur les cadres du parti formés à l'extérieur. […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-12 décembre 1989 • Salvador • Condamnation de la guérilla salvadorienne par cinq chefs d'État centraméricains.

Le 10, les cinq chefs d'État centraméricains se retrouvent à San José (Costa Rica) pour tenter de donner un nouveau souffle au plan de paix pour la région, ébranlé par l'offensive déclenchée par la guérilla salvadorienne du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.) le 11 novembre [...] Lire la suite

8-19 mars 1989 • Salvador • Élection du candidat d'extrême droite Alfredo Cristiani à la présidence.

Le 8, la guérilla d'extrême gauche du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.), qui avait, le 24 janvier, pour la première fois depuis le début de la guerre civile en 1980, proposé de participer aux élections si la date en était reculée de six mois, rompt les négociations [...] Lire la suite

8-23 octobre 1984 • Salvador • Rencontre entre le président José Napoleón Duarte et la guérilla

Le 8, José Napoleón Duarte prononce un discours devant l'Assemblée générale des Nations unies : il propose aux dirigeants de la guérilla de le rencontrer, « seul » et « sans arme », dans la localité de La Palma (6 000 habitants), située à 80 kilomètres au nord de San Salvador dans une région [...] Lire la suite

6-25 mai 1984 • Salvador • Élection de José Napoleón Duarte à la présidence de la République

Le 6, a lieu au Salvador le second tour de l'élection présidentielle. À la différence du premier tour, le 25 mars, aucun incident n'est à signaler et les Salvadoriens votent massivement. José Napoleón Duarte, le candidat de la Démocratie chrétienne, est proclamé élu le 11 : il obtient 53,6 p. 100 [...] Lire la suite

2-28 février 1982 • Amérique latine - États-Unis • Intensification des combats au Salvador et initiatives diplomatiques

dans le territoire de Morazán, de Chalatenango et d'Usulután, zones très largement contrôlées par la guérilla, est considérée comme une menace contre les élections, fixées au 28 mars. Le Front démocratique révolutionnaire, expression politique du Front Farabundo Martí de libération nationale, a décidé [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Evelyne PISIER, « MARTÍ JOSÉ - (1853-1895) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-marti/