ZOETEMELK JOOP (1946- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Coureur cycliste néerlandais né le 3 décembre 1946 à La Haye. Même s’il s’est construit un palmarès plus qu’honorable, Joop Zoetemelk connut la déveine de débuter alors qu’Eddy Merckx commençait à exercer son hégémonie sur le peloton et de l’achever quand Bernard Hinault venait de mettre un terme à sa carrière. Il eut donc à se confronter à deux des plus grands champions de l’histoire du cyclisme.

Chez les amateurs, Joop Zoetemelk est champion olympique du contre-la-montre par équipes en 1968 à Mexico. Il fait ses débuts chez les professionnels en 1970. Pour ses débuts sur le Tour de France, il prend déjà la deuxième place, sans avoir jamais menacé Eddy Merckx. En 1971, le Néerlandais est de nouveau deuxième derrière le « Cannibale » que Luis Ocaña a fait vaciller. Nouvelle deuxième place en 1976. Mais, là, Joop Zoetemelk semble avoir montré ses limites. Par manque d’audace, il laisse la victoire à Lucien Van Impe. En effet, dans les Pyrénées, il n’ose pas répondre à une attaque du Belge, encouragé par Cyrille Guimard, malgré les exhortations de son directeur sportif, Louis Caput. En 1978, Joop Zoetemelk fait illusion jusqu’à la vingtième étape, lors de laquelle il concède plus de 4 minutes à Bernard Hinault, qui remporte son premier Tour de France. En 1979, le Néerlandais établi à Germiny-l’Évêque fait enfin preuve de panache, mais le Breton d’Yffignac est trop fort ; deuxième victoire pour Hinault, nouvelle deuxième place pour Zoetemelk. En 1980, Bernard Hinault domine de nouveau le début du Tour mais, blessé, doit renoncer à Pau. Joop Zoetemelk hérite du maillot jaune et va s’en montrer digne. Il remporte enfin, après des années d’échecs, le Tour de France, devant Hennie Kuiper et Raymond Martin. Quatrième en 1981, Joop Zoetemelk est de nouveau deuxième du Tour en 1982, toujours derrière Bernard Hinault. En 1985, le Néerlandais va couronner sa carrière de manière inattendue. À Giavera del Montello, lors du Championnat du monde sur route, il surprend Greg LeMond et Moreno Argentin à un kilomètre du but, et conquiert le maillot arc-en-ciel.

Joop Zoetemelk compte également à son palmarès Paris-Nice (1974, 1975 et 1979), la Flèche wallonne (1976), le Grand Prix d’automne (Blois-Chaville, 1977 et 1979), la Vuelta (1979), le Critérium international (1979) et l’Amstel Gold Race (1987). Il fut champion des Pays-Bas en 1971 et 1973. À quarante ans, Joop Zoetemelk met fin à sa carrière, d’une extrême longévité, marquée par la persévérance, ce qui lui aura permis de gagner le respect de tous.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « ZOETEMELK JOOP (1946- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joop-zoetemelk/