LEMOND GREG (1961- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 26 juin 1961 à Lakewood (Californie), l'Américain Greg LeMond joue un rôle essentiel dans l'évolution de l'idée que se fait le grand public du sport cycliste. Assumant parfaitement son rôle de professionnel, y compris en dehors des courses, il se montre toujours disponible vis-à-vis des médias et donne de lui-même une image sympathique. C'est également sous son impulsion que les sommes proposées aux coureurs vont considérablement augmenter.

Greg LeMond

Greg LeMond

photographie

En 1989, le coureur cycliste américain Greg LeMond, premier non-Européen vainqueur de la Grande Boucle en 1986, remporte la deuxième de ses trois victoires dans le Tour de France. Le Français Laurent Fignon (à gauche) est deuxième alors que l'Espagnol Pedro Delgado (à droite) monte sur la... 

Crédits : Jean-Yves Ruszniewski/ Corbis/ VCG/ Getty Images

Afficher

Champion du monde en 1983, Greg LeMond se classe deuxième du Tour de France 1985, semblant laisser la victoire – comme il avait été entendu avec Bernard Tapie, sponsor de l'équipe – à son leader, Bernard Hinault. En 1986, le classement est inversé. En avril 1987, l'existence de Greg LeMond bascule : victime d'un accident de chasse, il reste un moment entre la vie et la mort et semble perdu pour le sport.

À force de volonté, il va reprendre la compétition et retrouver son niveau d'antan. Il s'impose de nouveau dans le Tour de France en 1989, lors d'une édition de la Grande Boucle indécise jusqu'au dernier jour, puisque, devancé de 50 secondes avant l'ultime étape contre la montre Versailles-Paris par Laurent Fignon, l'Américain, en partie grâce à un guidon utilisé par les triathlètes qu'il a adapté à son vélo, remporte l'épreuve pour 8 secondes ! La même année, il est de nouveau champion du monde. En 1990, il contrôle le Tour qu'il gagne devant l'Italien Claudio Chiappucci. En 1991, décroché dans l'ascension du Tourmalet, Greg LeMond ne se classe que septième d'un Tour qui voit la victoire d'un certain Miguel Indurain. Il met un terme définitif à sa carrière en 1994.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  LEMOND GREG (1961- )  » est également traité dans :

HINAULT BERNARD (1954- )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 881 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une seconde carrière »  : […] Du statut d'équipier, Fignon est ainsi propulsé en un été à celui de rival : il semble évident que deux champions de cette trempe ne pourront pas cohabiter au sein de la même formation. En outre, les relations entre Hinault et Guimard se sont distendues, si bien que Hinault lance un ultimatum aux responsables de la Régie Renault : « L'an prochain, ce sera Guimard ou moi. » La réponse est nette : c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-hinault/#i_98558

SPORT (Disciplines) - Le cyclisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 181 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La mondialisation du Tour de France »  : […] En 1984, déjà, des coureurs venus d'horizons extra-européens, en l'occurrence les Colombiens et notamment Luis Herrera, s'étaient mis en évidence lors du Tour de France, dans la montagne. En 1985, l'Américain Greg LeMond rejoint Bernard Hinault au sein de la formation La Vie claire. Le sort du Tour est dès lors déterminé par Bernard Tapie, même s'il s'en défend : la victoire pour Hinault en 1985, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-disciplines-le-cyclisme/#i_98558

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « LEMOND GREG (1961- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/greg-lemond/