JONSON BENJAMIN dit BEN (1572-1637)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À côté de Shakespeare, son émule et son rival, Ben Jonson est le plus important dramaturge de la Renaissance anglaise. Il naquit à Westminster School, sous la férule de l'humaniste Camden (1551-1623). Sa mère s'étant remariée à un maçon, il exerça ce métier quelque temps, puis partit guerroyer dans les Flandres (1591-1592 ?). À son retour à Londres, il se mêle au monde des théâtres, et travaille pour Philip Henslowe (1550 env.-1616), directeur du théâtre de la Rose, qui avait sa compagnie et ses auteurs. Sa vie fut fertile en tribulations : il connut la prison, pour avoir tué un confrère acteur en duel, et pour avoir raillé les Écossais dans Eastward Hoe, pièce écrite en collaboration avec George Chapman (1560-1634) et John Marston (1576-1634) ; il faillit être arrêté lors de la conspiration des Poudres (1605) et, après des années de succès, et même de gloire (il fit publier en un volume in-folio ses œuvres complètes l'année où il reçut le titre de poète lauréat, en 1616), il mourut dans la pauvreté.

L'œuvre de Ben Jonson est considérable. Il écrivit de nombreux poèmes, fit jouer près de cinquante pièces de tous les genres, comédies satiriques, tragédies classiques et pièces lyriques, appelées « masques », qui sont des divertissements de cour à grand spectacle, sur des thèmes mythologiques, accompagnés de chansons et de danses, auxquels les grands seigneurs prennent part en présence des souverains, vers qui converge l'action. À la fin de sa carrière, Ben Jonson n'écrivit plus que des « masques », nostalgiques élans vers une splendeur poétique qui allait être bientôt dépassée.

Les tragédies de Ben Jonson : La Chute de Séjan (Sejanus, his Fall, 1605) ; La Conspiration de Catilina (Catiline, his Conspiracy, 1611), pièces romaines, ne mettent pas, comme c'est le cas chez Shakespeare, le héros au centre de l'intérêt. Elles sont de structure rigoureuse (Ben Jonson était classique en la matière), mais, malgré de belles scènes, elles restent abstraites et glacées, bien que décrivant un corps politique et social corrompu qui semble se détruire de lui-même. Il leur manque la chaleur de l'imagination qui rend les passions réelles dans les pièces de Shakespeare.

Les comédies sont tout autre chose. Ben Jonson est l'inventeur et le promoteur sans rival du genre appelé « la comédie des humeurs », opposée à la comédie romanesque si brillante de Shakespeare. Les humeurs sont les quatre fluides de la vieille physiologie (sang, phlegme, bile et atrabile) dont la prédominance dans le corps détermine le tempérament. Lorsque l'équilibre est rompu, l'individu devient bizarre, baroque, pour tout dire il cultive quelque folie. Ainsi se développent les manies, les passions, les obsessions — et les porteurs de ces germes se muent en personnages de comédie. Mais cette comédie est grinçante. Satirique au plus haut point, elle n'est plus imitatio vitæ, mais la caricature de la vie. Elle fustige, elle fait souffrir, elle fait parfois horreur. Volpone (1606) en est le chef-d'œuvre. Cette comédie inhumaine, qui provoque un rire plus amer qu'amusé, est bien connue du public français. Elle a eu un succès considérable et soutenu dans l'adaptation de Jules Romains, faite d'après la version de Stefan Zweig, mise en scène de façon incomparable par Charles Dullin qui jouait Volpone, un de ses meilleurs rôles. En 1939, Maurice Tourneur l'adapta au cinéma. Louis Jouvet et Harry Baur tenaient les rôles principaux, le parasite Mosca et Volpone, le renard.

La précision des détails, la vivacité du style, l'habileté souveraine de la construction, la richesse d'une langue toute populaire, tout cela force l'admiration. Le génie robuste de Ben Jonson est parfaitement à l'aise avec ses personnages : il les manipule à son gré et leur fait porter, parfois contre le leur, la cruelle responsabilité des vices et des aspirations de la société de son temps. Il est élisabéthain par ses excès, son courage et ses rigueurs, moraliste jusqu'à la moelle, mais, par cela même, il offre à l'esprit moderne un champ singulièrement vaste de réflexions.

Voici la liste de ses comédies les plus significatives : Chacun dans son humeur (Every Man in his Humour, 1599) ; Volpone (1606), la plus connue de ses comédies ; La Femme silencieuse (Epicoene, or the Silent Woman, 1610) ; L'Alchimiste (The Alchemist, 1610). Parmi ses quelque trente « masques » Le Masque de noirceur (The Masque of Blackness), donné pour l'Épiphanie en 1605, avec costumes et décors d'Inigo Jones (1573-1652), architecte et décorateur, qui était le fournisseur de la cour ; Le Masque des reines (The Masque of Queens, 1610) ; Chloridia (1630). Mentionnons l'excellente monographie critique de Mme M. T. Jones-Davies, Ben Jonson, 1973 — ouvrage le plus moderne, le plus succinct, et le plus complet consacré à cet auteur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification

Autres références

«  JONSON BENJAMIN dit BEN (1572-1637)  » est également traité dans :

VOLPONE, Ben Jonson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 877 mots

Volpone ou le renard, joué pour la première fois en 1606, est l'une des comédies les plus brillantes de Ben Jonson (1572-1637), poète et dramaturge dont la réputation fut équivalente à celle de Shakespeare en son temps. Il s'agit de sa comédie peut-être la plus exubérante, où il donne libre cours à son génie satirique pour montrer les eff […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le drame élisabéthain »  : […] Le goût populaire avait conservé au théâtre anglais l'aspect moyenâgeux de successions de tableaux, comme dans les mystery plays , de sorte que les unités de temps, de lieu et d'action ne purent pas s'acclimater en Angleterre. Pour différents que soient les auteurs dramatiques qui élevèrent le théâtre anglais des imitations de Sénèque à la splendeur d'une floraison qui n'a pas d'égal en dehors de […] Lire la suite

CAVALIERS POÈTES

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 435 mots

Par une distinction sociale et politique plutôt que littéraire, on nomme poètes cavaliers, au milieu du xvii e siècle, les poètes profanes, antipuritains, qui ont appartenu au parti royaliste. Successeurs de Ben Jonson, ils tirent de lui des exemples de sobriété et de régularité qui préparent le classicisme ; ils continuent aussi la tradition pétrarquiste et élisabéthaine par leur goût de la musi […] Lire la suite

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La comédie des humeurs »  : […] Alors que la comédie romanesque va briller de tout son éclat avec Shakespeare, un autre genre comique, nourri de réalités plus terre à terre, d'observation impitoyable et plus soucieuse de fustiger que d'amuser, s'installe solidement sur la scène grâce à la plume précise et mordante de Ben Jonson. Ce fils de maçon est le grand rival de Shakespeare par l'ampleur et la diversité de son œuvre, la fo […] Lire la suite

MARSTON JOHN (1575?-1634)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 847 mots

Né à Coventry, d'une mère italienne, John Marston fut inscrit sur les registres de Brasenove College (Oxford) en février 1592 et s'inscrivit au Middle Temple, à Londres, plus par déférence envers son père, qui y était légiste, que par goût pour les études juridiques. Il s'en détourna pour la poésie, où il se signala en premier lieu par un poème narratif érotique à la mode du jour, La Métamorphose […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « JONSON BENJAMIN dit BEN - (1572-1637) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jonson-benjamin-dit-ben/