MAYNARD SMITH JOHN (1920-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie des jeux et évolution

Les premiers travaux scientifiques de Maynard Smith portent sur la biologie du vieillissement chez la mouche Drosophila subobscura. Ils montrent que, si l’on réduit artificiellement l’énergie dépensée par les femelles pour la reproduction, leur durée de vie est considérablement accrue. Cette étude, pionnière pour l’époque, fait écho aux recherches qui interprètent le vieillissement en termes de coûts biologiques engendrés lors de la période de reproduction.

À partir des années 1960, il commence à développer ses travaux théoriques qui feront sa notoriété. La contribution la plus importante est sans doute l’application de la théorie des jeux au domaine de l’évolution. Dans Game Theory and the Evolution of Fighting (La théorie des jeux et l’évolution du combat, 1972), il montre que l’évolution par sélection naturelle ne favorise pas systématiquement les individus les plus agressifs. En fait, un animal qui se montre agressif dans un but de pouvoir (en l’occurrence, l’accès aux femelles) met sa vie en péril et prend le risque de ne pas transmettre ses gènes. Il en résulte des stratégies comportementales de compromis qui limitent ce risque et se traduisent par des rituels qui préviennent un affrontement physique à l’issue fatale. L’originalité de Maynard Smith est d’avoir offert une modélisation mathématique de ce genre de spéculation avec l’aide de la théorie des jeux. Un autre exemple d’utilisation de cette méthode est connu sous l’expression « modèle des faucons et des colombes ». Une population animale entièrement constituée de « colombes » (dans le sens d’individus pacifiques) est instable, car un seul mutant « faucon » (dans le sens d’un individu agressif) dominerait vite et répandrait ses gènes dans la population. Mais une population entièrement composée de « faucons » sera désavantagée, en ter [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MAYNARD SMITH JOHN (1920-2004)  » est également traité dans :

POPULATIONS ANIMALES (DYNAMIQUE DES)

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT, 
  • Jean-Dominique LEBRETON
  •  • 12 014 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'approche comparative et les modèles d'optimisation »  : […] La prodigieuse diversité des cycles de vie des espèces animales et végétales, et donc des solutions évolutives trouvées aux compromis discutés ci-dessus, a poussé divers auteurs à distinguer quelques grands types de stratégies biodémographiques. L'initiative la plus marquante a été celle de l'écologiste et évolutionniste américain Robert MacArthur en 1962. Partant de l'hypothèse que le modèle log […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-dynamique-des-populations/#i_55679

Pour citer l’article

Jean GAYON, « MAYNARD SMITH JOHN - (1920-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-maynard-smith/