Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NEWMAN JOHN HENRY (1801-1890)

Le converti

Au terme de ces réflexions sur la croyance, Newman tenait pour une évidence que le protestantisme est dans l'erreur en récusant la tradition comme telle, et qu'il y a des raisons positives d'adhérer au catholicisme plutôt qu'à aucune autre forme de confession de foi. Autrement dit, l'idéal de la via media entrevu dans les débuts du « mouvement des Tracts » ne lui apparaissait plus guère défendable. La véritable Église doit être constituée par un peuple unanime sur toute la terre : seule l'Église catholique peut fournir ce critère. Une forte présomption l'inclinait donc à rencontrer cette Église catholique dans la grande Église traditionnelle qui a son centre à Rome. Cependant, des obstacles le retenaient encore : il y a eu des scandales dans l'histoire de l'Église, des affrontements entre papes et antipapes, entre conciles et anticonciles (c'était l'objection de l'historien Chillingworth). L'Église a résolu les oppositions en promulguant sa doctrine. Il reste donc à examiner si les développements de cette doctrine sont légitimes. Une dernière objection était enfin soulevée parmi les anglicans : il y a des exagérations dans la doctrine que Rome professe ; elle ne saurait les imposer à ses fidèles en vertu de son autorité canonique (c'était l'objection du tractarien J. B. Mozley) : le vrai développement que Newman cherche à reconnaître et à mettre en évidence doit donc être assuré d'une cohérence, d'une continuité à travers l'histoire, et il doit se signaler, par conséquent, par l'existence d'invariants, de critères de fidélité aux origines. Pour reconnaître la vérité et se frayer une voie au milieu de ces objections, il faut commencer par poser l'hypothèse du développement et reconnaître les vrais développements dans la vie de l'Église. Tel est le propos de l'Essay on the Development of Christian Doctrine (Essai sur le développement de la doctrine chrétienne) que Newman rédigea d'un trait en 1845 et à la suite de quoi il fit son entrée dans l'Église catholique.

Newman montre dans cet ouvrage que la marque du catholicisme, c'est son historicité. Il est une religion réelle, historique, et non pas une théorie, un système. « Le monde est sa patrie ; pour savoir quel il est, nous devons le chercher dans le monde et écouter le témoignage que le monde porte sur lui. » Bref, le catholicisme – c'est le mot clef du livre – est une « idée », comme on parle d'une idée-force. Bien qu'il ait emprunté cette terminologie à F. Guizot, Newman ne l'explique jamais complètement. L'idée, pour Newman, concerne principalement le réel d'où elle jaillit, mais peut aussi parfois s'en distinguer. Elle est le principe spirituel animateur du réel. Elle est une réalité à la fois individuelle et sociale, immanente et transcendante. Elle se traduit au dehors par une institution, un corps de doctrine, un processus historique, un ethos ou une idée (au sens, ici, où l'on parle d'une « grande idée »). L'idée est « la somme de tous les aspects qui la révèlent », parce que son but est de démontrer que tous les aspects de l'idée doivent finalement être développés (chap. i).

La première partie de l'Essai est consacrée à montrer que l'hypothèse du développement est probable, c'est-à-dire qu'elle s'impose à l'esprit non certes par des arguments démonstratifs, mais peu à peu et par une série de probabilités convergentes. Que le christianisme soit appelé à se développer, la symphonie de ses doctrines y incline, et globalement l'idée est cohérente. Le caractère positif, thétique du catholicisme contraste avec l'attitude réflexive, critique de ses opposants, et c'est l'indice d'une vraie idée. Le monde lui-même établit une présomption en sa faveur,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur du Centre d'études Istina et de la revue Istina

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par Elisabeth ANGEL-PEREZ, Jacques DARRAS, Jean GATTÉGNO, Vanessa GUIGNERY, Christine JORDIS, Ann LECERCLE, Mario PRAZ
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    Le mouvement d'Oxford et son représentant majeur, John Henry Newman (1801-1890), réagirent contre la tentative de traiter la religion scientifiquement et se firent les promoteurs d'un retour à la tradition médiévale et au ritualisme. Matthew Arnold (1822-1888) attaqua le « philistinisme »...
  • APOLOGÉTIQUE

    • Écrit par Bernard DUPUY
    • 3 535 mots
    ...William Paley, Tableau des évidences du christianisme (1790), qui adopte un point de vue plus rationnel. Les deux ouvrages ont servi de point de départ à John Henry Newman dans ses Sermons sur la croyance (1843) et dans son Essai pour aider à une grammaire de l'assentiment (1870), analyse magistrale...
  • OXFORD MOUVEMENT D'

    • Écrit par Maurice NÉDONCELLE
    • 1 540 mots

    Mouvement d'idées qui s'est produit dans l'Église anglicane au xixe siècle et qui a eu pour but d'y raviver les éléments catholiques de sa tradition sans lui retirer pourtant son indépendance à l'égard de la papauté.

    Inauguré en 1833, ce mouvement a été appelé « tractarien...

Voir aussi