FLETCHER JOHN (1579-1625)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de Fletcher reste associé à celui de Francis Beaumont, qui fut son collaborateur assidu de 1606 à sa mort (1616). Son père avait assisté Marie Stuart à son exécution (1587), avant de devenir évêque de Bristol, puis de Londres. John Fletcher fit ses études à Cambridge et, sans faire vraiment partie des university wits, il prit une part active à la vie théâtrale de Londres, dont il infléchit le cours vers la comédie romanesque et la tragi-comédie et, peut-être, vers la décadence. L'accent fletchérien est, en effet, perceptible dans les pièces de la dernière période : il consiste en un alanguissement du vers, un goût pour le ton élégiaque et les sortilèges mélodieux de la langue. La prosodie, comme les personnages, a perdu de sa robustesse, mais gagné en élégance. On ferait volontiers de Fletcher l'antithèse de Ben Jonson.

Fletcher a collaboré non seulement avec Beaumont mais avec Massinger (1583-1640), Rowley (1585-1642) et même Shakespeare (Henry VIII, écrit en 1613, publié en 1623 ; The Two Noble Kinsmen, comédie écrite en 1613, publiée en 1634). Il a cependant écrit seul une quinzaine de pièces, dont les principales sont : sa célèbre pastorale, La Bergère fidèle (The Faithful Shepherdess, publiée en 1610) ; Valentinian (1610-1614), tragédie historique aux accents lyriques ; Le Lieutenant bizarre (The Humorous Lieutenant, 1619), tragi-comédie ; une comédie, Monsieur Thomas (1619, publiée en 1639) ; La Chasse aux chimères (The Wild-Goose Chase, 1621, publiée en 1652).

Les pièces écrites avec les collaborateurs précités sont encore plus nombreuses. Versatile et inlassable, Fletcher est un des auteurs les plus prolifiques de cette période. Il a abordé tous les genres — tragédie, tragi-comédie, comédie romanesque et satirique — avec la même aisance, sinon toujours le même succès. Mais c'est vers l'avenir qu'il se tourne, et, d'une certaine manière, il clôt la grande période, que les séductions de son style ne parviennent pas à nous faire oublier.

—  Henri FLUCHÈRE

Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  FLETCHER JOHN (1579-1625)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le poème héroï-comique et la satire »  : […] Dans la seconde moitié de ce siècle, Samuel Butler (1612-1680) s'essaya au poème héroï-comique avec Hudibras qui fustige l'hypocrisie puritaine dans la grotesque figure de Hudibras (le type du presbytérien) et de son écuyer Ralph (le non-conformiste). Satires et poèmes héroï-comiques s'inspiraient de modèles français, car les courtisans de Charles II rapportèrent de leur exil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5908

BEAUMONT FRANCIS (1584-1616)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 324 mots

Le nom de Francis Beaumont est indissolublement lié à celui de John Fletcher dont il fut le collaborateur constant, de 1606 jusqu'à sa mort. D'abord étudiant à Oxford, il vint faire du droit au Middle Temple à Londres, vers 1600, où il ne manqua pas de rencontrer les brillants esprits de l'époque, entre autres Ben Jonson, Michael Drayton (1563-1631), John Fletcher, qui l'entraînèrent dans le tourb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-beaumont/#i_5908

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le drame jacobéen »  : […] Si, comme on vient de le voir, la comédie se voue, plutôt qu'à la liesse et au rire joyeux, assez férocement à la satire et au sarcasme contre une société de transition à laquelle ses conquêtes n'épargnent ni le vice ni le désarroi, la tragédie, qui se nourrit de désespoir et de mort, malgré les aspirations de ses héros à se surpasser, offre un cruel tableau des doutes, des passions et des imperf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_5908

MESSINGER ou MASSINGER PHILIP (1583-1639/40)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 518 mots

Fils d'un serviteur de la famille des Pembroke, Philip Messinger fait des études à Oxford. Il connaît ensuite une période obscure de misère (il fera même de la prison pour dettes) et d'apprentissage : venu tardivement au théâtre, il travaille d'abord à la solde de l'entrepreneur de théâtre Philip Henslowe, et s'associe, à partir de 1613, avec d'autres auteurs, surtout avec John Fletcher, dont il f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/messinger-massinger/#i_5908

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « FLETCHER JOHN - (1579-1625) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-fletcher/