MESSINGER ou MASSINGER PHILIP (1583-1639/40)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un serviteur de la famille des Pembroke, Philip Messinger fait des études à Oxford. Il connaît ensuite une période obscure de misère (il fera même de la prison pour dettes) et d'apprentissage : venu tardivement au théâtre, il travaille d'abord à la solde de l'entrepreneur de théâtre Philip Henslowe, et s'associe, à partir de 1613, avec d'autres auteurs, surtout avec John Fletcher, dont il fut à la fois l'élève et le second. De cette collaboration, qui durera douze ans, naîtront dix pièces, dont Messinger ne réclamera jamais la paternité, bien que sa contribution ait, sans nul doute, considérablement dépassé la tâche subalterne de rédiger la préparation et les scènes de conclusion des drames.

Le goût de Messinger pour la morale et pour les scènes de dialectique, son talent de manieur d'idées équilibrent avec bonheur la verve aisée de Fletcher, comme en témoignent les deux tragédies de Thierry et Théodoret (1617) et de La Traîtresse (The False One, 1620), sur le même thème que La Mort de Pompée de Corneille. Autre pièce importante, également le fruit d'une collaboration : La Vierge Martyre (The Virgin Martyr, 1620), écrite avec Thomas Dekker, drame historique décrivant la persécution des chrétiens sous l'empereur Dioclétien. Enfin, vers 1620, Messinger commence, sous son nom seul, une carrière indépendante d'auteur dramatique. Des trente-huit pièces qui lui sont attribuées, seize seulement ont été conservées ; les dates en sont souvent incertaines. Parmi les tragédies, il faut citer : Le Duc de Milan (The Duke of Milan, 1620) ; Le Combat dénaturé (The Unnatural Combat, 1621) ; Croyez ce que vous écoutez (Believe as You List, 1631) — où s'exprime particulièrement le goût de l'auteur pour les scènes et discussions de tribunaux ; L'Acteur romain (The Roman Actor, 1626), qui est considéré comme le meilleur des drames sérieux de Messinger (qui, lui-même, l'appelait « l'enfant le plus parfait de sa Minerve ») et qui traite des amours de l'empereur Domitien et de Domitia, femm [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MESSINGER ou MASSINGER PHILIP (1583-1639/40)  » est également traité dans :

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La comédie bourgeoise »  : […] La comédie bourgeoise est appelée city comedy en anglais, parce qu'elle met en scène, comme la comédie benjonsonienne d'ailleurs, le peuple de la Cité de Londres et qu'elle constitue, mise à part sa valeur littéraire, variable certes mais jamais négligeable, un copieux ensemble de documents sociologiques. Toutes les classes de la société y sont représentées, les artisans, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_5897

Pour citer l’article

Nicole QUENTIN-MAURER, « MESSINGER ou MASSINGER PHILIP (1583-1639/40) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/messinger-massinger/