BEAUMONT FRANCIS (1584-1616)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de Francis Beaumont est indissolublement lié à celui de John Fletcher dont il fut le collaborateur constant, de 1606 jusqu'à sa mort. D'abord étudiant à Oxford, il vint faire du droit au Middle Temple à Londres, vers 1600, où il ne manqua pas de rencontrer les brillants esprits de l'époque, entre autres Ben Jonson, Michael Drayton (1563-1631), John Fletcher, qui l'entraînèrent dans le tourbillon poétique du temps. On sait que les fournisseurs de pièces aux théâtres collaboraient alors activement entre eux, et les problèmes soulevés par ces collaborations sont très délicats à résoudre. À défaut de preuves matérielles concrètes, on se fonde sur des impressions de style ou de construction pour déterminer la part de chacun. On s'accorde à dire que Beaumont écrivit seul une seule pièce : Le Misogyne (The Woman-Hater, 1607) ; pour le reste, c'est avec Fletcher qu'il travailla le plus souvent. On attribue à leur collaboration quatorze ou quinze pièces dont Le Chevalier au pilon ardent (The Knight of the Burning Pestle, écrite en 1609 et publiée en 1613), comédie satirique qui parodie les romans de chevalerie et la pièce de Thomas Heywood (1574-1641), Les Quatre Apprentis de Londres (The Four Prentices of London, 1600, publiée en 1615) ; La Dédaigneuse (The Scornful Lady, 1610, publiée en 1616), comédie bourgeoise ; Philaster (1610, publiée en 1620), tragi-comédie romanesque proche des dernières pièces de Shakespeare ; La Tragédie de la vierge (The Maid's Tragedy, 1611, publiée en 1619), la plus pathétique de leurs tragédies ; La Vengeance de Cupidon (Cupid's Revenge, 1612, publiée en 1615), inspirée par un épisode de L'Arcadie de sir Philip Sidney (1554-1586), le célèbre auteur des sonnets à Stella (1580, publiés en 1591).

—  Henri FLUCHÈRE

Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  BEAUMONT FRANCIS (1584-1616)  » est également traité dans :

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le masque »  : […] Il convient de dire quelques mots du masque, divertissement très élisabéthain sous la forme d'un poème dramatique qui procède de la pantomime et du ballet, et donne la préséance à la poésie, à la musique et aux costumes sur l'intrigue et les personnages . Sans doute faut-il y voir l'ancêtre des opéras (dont The Siege of Rhodes , 1656, de William Davenant [1606-1668], est le p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_6126

FLETCHER JOHN (1579-1625)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 364 mots

Le nom de Fletcher reste associé à celui de Francis Beaumont, qui fut son collaborateur assidu de 1606 à sa mort (1616). Son père avait assisté Marie Stuart à son exécution (1587), avant de devenir évêque de Bristol, puis de Londres. John Fletcher fit ses études à Cambridge et, sans faire vraiment partie des university wits , il prit une part active à la vie théâtrale de Lond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-fletcher/#i_6126

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « BEAUMONT FRANCIS - (1584-1616) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-beaumont/