Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FLAXMAN JOHN (1755-1826)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

L'Anglais John Flaxman fut à la fois un sculpteur et un dessinateur de grand talent. Son œuvre gravé, plus que sa sculpture, eut une action déterminante sur la formation et le rayonnement européen de l'esthétique néo-classique.

Né dans le Yorkshire, John Flaxman a eu la carrière internationale typique des artistes à la fin du xviiie siècle. Après des études à Londres à la Royal Academy, où il rencontra William Blake et Romney, Flaxman poursuivit sa formation à Rome ; il y résida huit ans et s'y imposa comme une des personnalités les plus influentes du milieu artistique international. C'est en Italie, pendant les années 1790, que Flaxman publia ses séries d'illustrations gravées au trait dont la vogue fut considérable. Illustrant les grands auteurs de l'Antiquité classique, Homère, Hésiode, Eschyle, mais aussi, innovation notoire, Dante, Flaxman popularisa un style de dessin incisif où la représentation se réduit à l'abstraction née de la ligne. Le style de Flaxman permit à la tendance primitiviste et puriste du néo-classicisme européen de s'identifier. Réduisant ses compositions et ses figures à de simples contours, favorisant des effets dépouillés et une gestuelle expressive, renonçant aux effets illusionnistes traditionnels, aux jeux du clair-obscur et de la mise en perspective, Flaxman atteint une pureté d'exécution et d'expression dans laquelle artistes classiques — et romantiques — se plurent longtemps à reconnaître la simplicité « sublime » de l'art grec. Ses compositions gravées furent immédiatement publiées et imitées dans l'Europe entière.

L'activité du sculpteur fut aussi intense que celle du dessinateur, mais elle se cantonna aux commandes du mécénat anglais : elle eut donc peu de retentissement hors de son pays. Elle comprend surtout des ouvrages de sculpture funéraire monumentale, genre dans lequel, autour de Flaxman, les sculpteurs anglais excellèrent aux environs de 1800. Dans ses monuments ambitieux et à figures multiples, Monument du Lord Chief Justice Mansfield, 1801 (abbaye de Westminster), ou dans le Monument à lord Nelson, 1808-1818 (cathédrale Saint Paul, Londres), Flaxman travailla dans la veine sévère de ses contemporains. Dans des œuvres plus intimes, dans lesquelles il représente la femme ou l'enfant, il sut exprimer une émotion aux accents romantiques, Monument à Agnes Cromwell, 1800 (cathédrale de Chichester), Monument du docteur Warton, 1804 (cathédrale de Winchester).

Artiste cultivé, Flaxman enseigna à la Royal Academy après 1810. Un recueil important de textes théoriques fut publié après sa mort, sous le titre Lectures on Sculpture (Londres, 1838).

— Jacques de CASO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Californie, Berkeley (États-Unis)

Classification

Pour citer cet article

Jacques de CASO. FLAXMAN JOHN (1755-1826) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • DANNECKER JOHANN HEINRICH (1758-1841)

    • Écrit par
    • 792 mots
    • 1 média

    Parmi les plus importants sculpteurs des années 1800, époque que l'on appelle, dans la culture allemande, le classicisme romantique, Johann Heinrich Dannecker développa son art dans le climat éclairé mais insulaire de la cour de Wurtemberg pour laquelle il travailla presque exclusivement...

  • NÉO-CLASSICISME, arts

    • Écrit par et
    • 8 074 mots
    • 13 médias
    On retrouve cette tendance dans le dessin au trait adopté par Asmus Jakob Carstens et John Flaxman : le pur contour des lignes, que n'estompe aucun clair-obscur, était ce que l'on admirait le plus dans les statues antiques, avant même la « noble simplicité et la calme grandeur » exaltées par ...
  • ROME, CAPITALE ARTISTIQUE AU XVIIIe SIÈCLE - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 616 mots

    1701 Un décret du pape Clément XI interdit l'exportation des statues, bronzes et gemmes, afin de protéger le patrimoine antique des États pontificaux. Un autre décret, en 1704, protégera les stucs, les mosaïques, les documents et les inscriptions. Cela n'empêchera pas la vente, tout au...