FISCHER JOHANN MICHAEL (1692-1766)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Église d'Ottobeuren

Église d'Ottobeuren
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Intérieur de l'église d'Ottobeuren

Intérieur de l'église d'Ottobeuren
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Le Bavarois Johann Michael Fischer fut l'un des architectes allemands les plus productifs et les plus originaux du xviiie siècle. Fils d'un maître maçon d'une petite bourgade proche de Ratisbonne, on le trouve à Munich en 1718, après qu'il eut travaillé en Moravie. Il s'établit définitivement dans cette ville, où il est maître maçon en 1723. Son mariage le lie aux Gunetzrhainer, famille de maçons dont un membre, Johann Baptist, est assistant de l'architecte de la cour Josef Effner et lui succédera en 1745. Cependant, Johann Michael Fischer n'a pas travaillé pour le prince électeur de Bavière, même s'il a reçu du frère de ce dernier, l'électeur de Cologne Clemens August, commande de la petite église de Berg am Laim, dans l'actuelle banlieue de Munich ; il eut pour clientèle ordinaire des communautés religieuses et des abbés. En cela, sa carrière est semblable à celle de son contemporain le Bavarois Dominikus Zimmermann.

Pour ses deux premières églises importantes, celle de l'abbaye d'Osterhofen (1727-1731) et celle de Sainte-Anne « am Lehel » à Munich (1727-1729, consacrée en 1739, décor détruit en 1944), il a collaboré avec les frères Asam, auteurs de la décoration. Si la première est construite sur le plan basilical, celle de Munich, commencée à la même date que l'église construite par Dominikus Zimmermann à Steinhausen, offre au problème de la combinaison entre les possibilités du plan central et du plan longitudinal, primordial pour l'architecture religieuse en Europe centrale au xviiie siècle, une solution originale assez complexe, où l'on décèle, dans la disposition des piles et la tendance à l'interpénétration des volumes intérieurs, une influence des églises construites en Bohême par Christoph Dientzenhofer.

Par la suite, Johann Michael Fischer utilise avec prédilection un plan carré à angles coupés par des chapelles, auquel succède pour le chœur un second carré plus étroit. Cette disposition, qui était celle de l'église des Franc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification


Autres références

«  FISCHER JOHANN MICHAEL (1692-1766)  » est également traité dans :

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 280 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Abbayes baroques en Autriche et en Allemagne du Sud »  : […] Les abbayes baroques de l'Autriche et de l'Allemagne du Sud occupent une place à part dans l'architecture européenne. Sans doute sont-elles dues au grand élan constructeur provoqué par la Contre-Réforme, mais il ne faut pas les confondre avec les établissements des Jésuites, qui sont loin d'avoir laissé dans l'art une empreinte aussi considérable. Les plus impressionnantes sont situées au bord du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-monastique/#i_24965

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « FISCHER JOHANN MICHAEL - (1692-1766) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-michael-fischer/