Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ZIMMERMANN DOMINIKUS (1685-1766)

Église de Steinhausen, Souabe

Église de Steinhausen, Souabe

Stucateur et architecte allemand, Dominikus Zimmermann est le frère du stucateur et fresquiste Johann Baptist Zimmermann (1680-1756). Originaire de Wessobrunn, village de Haute-Bavière spécialisé dans le travail du stuc, il fut d'abord fabricant de retables et ne se tourna que tardivement vers l'architecture. Installé à Landsberg-sur-le-Lech en 1716, il y demeura jusqu'en 1753, date à laquelle il vint se fixer près de l'église de pèlerinage qu'il achevait à Wies, dans les Préalpes bavaroises. Au contraire de son frère, établi à Munich, il se tint toute sa vie à l'écart de la cour de Bavière et ne travailla que pour le clergé. Il a construit un certain nombre d'églises, mais sa renommée ne repose que sur trois d'entre elles, qui suffisent à faire de lui l'un des architectes les plus originaux de sa génération : l'église de pèlerinage de Steinhausen (Souabe), édifiée de 1727 à 1733 pour l'abbé de Schussenried, l'église Notre-Dame de Günzburg (Bavière, 1736-1741) et l'église de pèlerinage de Wies (Bavière, 1745-1754), commande de l'abbé de Steingaden. Son frère, auquel il doit peut-être sa familiarité avec l'ornementation de style rocaille, a participé à la décoration du premier et du troisième édifice, où les fresques sont de sa main. Le parti adopté à Steinhausen, un espace central de plan ovale entouré de bas-côtés presque aussi élevés, séparés de lui par des colonnes, est nouveau dans l'histoire de l'architecture religieuse, même si Zimmermann a pu s'inspirer de recherches antérieures, en particulier des plans de chœur ovale dus à Caspar Moosbrugger, moine d'Einsiedeln originaire du Vorarlberg (1656-1723). Les bas-côtés font défaut à l'église de Günzburg, dont la nef s'inscrit dans le rectangle formé par les murs extérieurs ; mais la structure et le décor de l'espace intérieur, couvert par une coupole ovale, tendent à créer la même impression qu'à Steinhausen ; le chœur, par contre, qui était un ovale transversal à Steinhausen, est à Günzburg un long rectangle plus étroit que la nef et orné de tribunes, disposition reprise à la Wies et qui confère à l'ensemble de la composition un caractère théâtral très accentué. On retrouve en revanche à la Wies les bas-côtés de Steinhausen, avec une disposition des supports qui renforce le caractère central du plan. Ces trois créations, d'une remarquable originalité, correspondent à l'intérêt porté par les architectes allemands de la première moitié du xviiie siècle à l'emploi de l'ovale dans les édifices religieux, compromis entre le plan longitudinal traditionnel et le plan central circulaire dont les théoriciens italiens de la Renaissance avaient affirmé la supériorité. Autant que par leurs dispositions architecturales, les églises de Zimmermann s'imposent par la richesse et l'harmonie de leur décor de stucs et de fresques. Les tons clairs y jouent sur un fond blanc, qui assurent à l'espace une grande luminosité. Le répertoire ornemental, sensiblement le même à Steinhausen et à Günzburg, est inspiré à la Wies, où Johann Baptist a dirigé les travaux de décoration, du répertoire de la rocaille ; les motifs, traités avec une exubérance rare, envahissent tout l'intérieur de l'édifice.

— Pierre VAISSE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Église de Steinhausen, Souabe

Église de Steinhausen, Souabe

Autres références

  • ROCOCO

    • Écrit par Georges BRUNEL, François H. DOWLEY, Pierre-Paul LACAS
    • 21 059 mots
    • 14 médias
    ...relié aux parois par une voussure que découpent de multiples pénétrations. À l'église de la Wies en Bavière, édifiée et décorée par les frères Zimmermann entre 1745 et 1754, la voûte surbaissée ne repose pas sur un entablement continu ; des ouvertures chantournées en découpent la base, au-dessus...
  • WIES ÉGLISE DE LA

    • Écrit par Georges BRUNEL
    • 398 mots
    • 2 médias

    De toutes les églises de pèlerinage qui furent construites entre 1700 et 1770 en Allemagne du Sud, celle de la Wies passe à juste titre pour l'une des plus réussies et des plus belles. Elle est l'œuvre des frères Zimmermann, Johann Baptist, le peintre (1680-1758), et Dominikus, l'architecte (1685-1766),...

Voir aussi