JIN [CHIN], dynastie chinoise (265-419)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dynastie chinoise des Jin comprend deux phases distinctes : les Jin occidentaux ou Xi Jin (265-316) et les Jin orientaux ou Dong Jin (317-419).

En 265, Sima Yan (234 ou 236-290), prince de la famille Sima, dépose le dernier empereur Cao et fonde la dynastie des Jin occidentaux. Ce monarque dynamique et aux innombrables concubines est connu sous le nom dynastique de Wudi. Sa cour instaure l'un des premiers codes juridiques de la Chine en 268. Il renverse le souverain du royaume de Wu en 280, réunifiant ainsi la Chine. Wudi maintient l'unité du royaume et devient si célèbre qu'il reçoit la visite d'envoyés venus d'aussi loin que l'Empire romain d'Orient. La civilisation de la dynastie qu'il fonde est influencée par la philosophie, l'art et l'architecture bouddhiques.

Après la mort de Wudi le 17 mai 290, ses successeurs, incompétents, plongent l'empire dans la guerre civile. Le pays est alors divisé entre différents membres de sa famille, tandis que les princes régionaux se comportent en satrapes autonomes. Les régicides et les abdications deviennent monnaie courante après l'an 300. L'empire en ruine connaît le même déclin que les dynasties précédentes. La société est organisée en fiefs contrôlés par de grandes familles de propriétaires terriens possédant des hordes de serfs et une armée privée. Les Xiongnu et d'autres tribus nomades du Nord profitent de l'instabilité du gouvernement pour attaquer la frontière chinoise. En 311, les Xiongnu mettent à sac la capitale des Jin, Luoyang, et tuent l'empereur Huaidi (règne 306-311, nom de naissance Sima Chi). Le pouvoir Jin se réorganise sous un nouvel empereur dans l'ancienne capitale, Chang'an (auj. Xi'an), mais le répit n'est que de courte durée. La ville tombe en 316, lorsque l'empereur Mindi (règne 313-316, nom de naissance Sima Ye), un petit-fils de Wudi, se rend à un chef Xiongnu et abdique avant d'être mis à mort.

La prise et la destruction des capitales Jin sème le trouble dans tout le monde chin [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  JIN [CHIN], dynastie chinoise (265-419)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 672 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « La Chine du Sud du IVe au VIe siècle »  : […] Pendant que se poursuivait en Chine du Nord cette évolution, cinq dynasties d'origine chinoise se succédaient à Nankin : ce sont les Jin orientaux (317-419), ainsi qualifiés à partir de la retraite des Jin vers le bas Yangzi en 316, les Song de famille Liu (420-479), les Qi (480-502), les Liang (502-556) et les Chen (557-589). Un certain nombre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_93414

FOTUDENG [FO-T'OU-TENG] (mort en 348)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 230 mots

Missionnaire bouddhique d'origine kouchan, Fotudeng s'installe en 310 à Luoyang, capitale de la Chine des Jin occidentaux (265-316), qui, l'année suivante, est conquise et mise à sac par des envahisseurs hunniques. Fotudeng se rallie à leur chef, Shi Le, et le convertit par des prouesses magiques. Celui-ci, qui fondera par la suite la dynastie éphé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fotudeng-fo-t-ou-teng/#i_93414

LUOYANG [LO-YANG]

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Deuxième ville de la province chinoise du Henan (1 059 000 hab. selon les estimations de 2002), Luoyang est située sur la rive nord de la Luo à environ 60 kilomètres de son confluent avec le fleuve Jaune. C'est au ~ xi e siècle, juste après avoir imposé leur domination sur la grande plaine du Nord, que les Zhou choisissent le site pour y établir l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luoyang-lo-yang/#i_93414

TELESIO BERNARDINO (1509-1588)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 373 mots

Né à Cosenza, où il devait mourir accablé de maux après une longue vie de recherches, le philosophe Telesio étudie d'abord à Milan, sous la direction de son oncle Antonio, savant lettré. Appelé à enseigner la jeunesse romaine, il perd, au moment du sac de Rome en 1527, tout ce qu'il possède. À Padoue, où il étudie l'optique, les mathématiques et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernardino-telesio/#i_93414

TROIS ROYAUMES LES & DYNASTIES DU NORD ET DU SUD LES (220-589), Chine

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 992 mots
  •  • 2 médias

Les appellations de Trois Royaumes et de Dynasties du Nord et du Sud (respectivement sanguo et nanbeichao ) s'appliquent à la période de fragmentation de la Chine allant de 220 à 589. Héritage de la désagrégation des Han, la division tripartite du début oppose le Wei (220-265) en Chine du Nord (famille Cao, capitale Luoyang), le Shu, ou Shu Han ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-royaumes-et-dynasties-du-nord-et-du-sud/#i_93414

Pour citer l’article

« JIN [CHIN], dynastie chinoise (265-419) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jin-chin-dynastie-chinoise/