TELESIO BERNARDINO (1509-1588)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Cosenza, où il devait mourir accablé de maux après une longue vie de recherches, le philosophe Telesio étudie d'abord à Milan, sous la direction de son oncle Antonio, savant lettré. Appelé à enseigner la jeunesse romaine, il perd, au moment du sac de Rome en 1527, tout ce qu'il possède. À Padoue, où il étudie l'optique, les mathématiques et la philosophie, il commence à combattre les opinions des philosophes anciens, et surtout Aristote, qui règne alors en maître. Docteur en philosophie en 1535, il retourne à Rome, puis revient dans sa patrie et se retire pour méditer dans un couvent de bénédictins. À Naples, vers 1545, il commence à écrire ; mais ses scrupules de chercheur lui font retarder jusqu'en 1565 la publication de son œuvre majeure, La Nature (De natura rerum libri II), qui connaîtra de son vivant plusieurs éditions augmentées. Sa réputation philosophique l'accompagne partout ; il est célébré en vers ; ses doctrines sont défendues à Bologne, à Venise et à Padoue ; Pie IV lui offre, en 1564, l'archevêché de Cosenza, qu'il refuse ; mais Telesio accepte la chaire que Grégoire XIII lui propose. La mort de deux de ses fils et de sa femme, des difficultés économiques et l'acharnement des aristotéliciens troublent son existence, mais ne le font pas dévier de la voie qu'il s'est tracée : rejeter la théorie aristotélicienne de la forme et de la substance et tout principe transcendant au nom d'un naturalisme immanentiste fondé sur le double principe matériel et antithétique du chaud et du froid. À la hiérarchie ontologique d'Aristote il substitue une conception continuiste des phénomènes de la nature, dont la différence et le développement ne sont que l'effet des divers degrés de chaud et de froid, conception qui n'introduit aucune distinction qualitative entre l'homme et l'animal. Ces idées, qui heurtaient de front les conceptions philosophiques et religieuses traditionnelles, valurent à Telesio d'être mis à l'Index cinq ans après sa mort, mais d'être honoré par Patrizzi, par Gassendi et surtout par Campanella.

—  Jean-Claude MARGOLIN

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Tours, directeur du département de philosophie et histoire de l'humanisme au Centre d'études supérieures de la Renaissance, Tours

Classification

Autres références

«  TELESIO BERNARDINO (1509-1588)  » est également traité dans :

CAMPANELLA TOMMASO (1568-1639)

  • Écrit par 
  • Michel-Pierre LERNER
  •  • 2 010 mots

Dans le chapitre « Le réformateur des sciences »  : […] « Réformer toutes les sciences en conformité avec la Nature et l'Écriture » – tel est l'ambitieux programme que le Campanella de la maturité s'est fixé pour répondre aux besoins d'un temps dont il décrira l'avènement avec de fortes connotations messianiques dans une lettre célèbre de 1632 à Galilée : « Ces nouveautés de vérités antiques, de nouveaux mondes, de nouvelles étoiles, de nouveaux systèm […] Lire la suite

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et traités au Moyen Âge »  : […] L'introduction des tons de bleu en Occident et les premières indications techniques sur leur fabrication se trouvent dans un recueil de recettes artisanales, les Compositiones ad tingenda musiva ..., manuscrit probablement rédigé à l'époque de Charlemagne, découvert à Lucques et publié seulement au xviii e  siècle à Milan par Ludovico Antonio Muratori. Il s'agit là du texte résumant le mieux le d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude MARGOLIN, « TELESIO BERNARDINO - (1509-1588) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bernardino-telesio/