STOETZEL JEAN (1910-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De famille lorraine et alsacienne, normalien, agrégé de philosophie, Jean Stoetzel est né à Saint-Dié le 23 avril 1910. Après un détachement à l'université Columbia à New York et une guerre menée comme officier de liaison auprès de l'armée britannique, il enseigne dans le secondaire, puis, après son doctorat obtenu en 1943, dans le supérieur, successivement à Bordeaux, où il occupe la chaire de sciences sociales, et à la Sorbonne, de 1955 à 1978, où il devient titulaire de la première chaire française de psychologie sociale. Élu en 1977 à l'Académie des sciences morales et politiques, il meurt à Paris le 21 février 1987.

S'inspirant de recherches américaines antérieures, il est l'instigateur en France d'une discipline nouvelle, au confluent de la psychologie et de la sociologie, la psychologie sociale. Il en définit le domaine propre et met en lumière la notion fondamentale d'« attitude ». À la source des comportements individuels, considérés isolément ou en masse, l'observateur aperçoit une représentation du monde, des valeurs, qui disposent chacun à réagir aux événements d'une manière déterminée, et constituent des « attitudes ». Non nécessairement conscientes, celles-ci s'expriment sous forme verbale dans les opinions formulées au gré des circonstances. Or, conséquence méthodologique essentielle, les opinions sont mesurables, ce qui permet de construire des échelles sur lesquelles les sujets sont situés les uns par rapport aux autres. La mesure peut être étendue de petits groupes à des collectivités entières, comme des nations, en recourant à la méthode représentative.

Les opinions ne peuvent être saisies hors des individus qui les formulent. Elles reflètent la personne elle-même, non pas isolée, atome suspendu dans le vide, mais membre du corps social, auquel la rattache tout un réseau d'appartenances, âge ou sexe, milieu professionnel, confession religieuse par exemple. La personne et la manière dont elle est perçue au-cours du temps dans les diverses sociétés sont au cœur de la psychologie sociale, qui revêt [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université René-Descartes-Sorbonne, conseiller scientifique à l'Institut national d'études démographiques

Classification


Autres références

«  STOETZEL JEAN (1910-1987)  » est également traité dans :

ATTITUDE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 4 164 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Définitions opérationnelles »  : […] La définition de G. W. Allport est déterminée en d'autres termes par un certain contexte scientifique : il s'agit pour lui de donner à la notion d'attitude sa place dans l'arsenal des concepts psychologiques prévalents à l'époque où il écrit. Plus tard, lorsque la psychologie sociale prend une autonomie plus grande par rapport à l'appareil conceptuel de la psychologie expérimentale, lorsque les re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attitude/#i_89889

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Le temps de la reconstruction »  : […] Quels que soient les pays, l'après-guerre annonce une nouvelle donne. En France, alors que l'influence de l'école durkheimienne est en déclin, la discipline se reconstruit sur de nouvelles bases. Jean Stoetzel, qui a créé l'Institut français d'opinion publique en 1938, collabore un temps avec le tout jeune Institut national des études démographiques fondé au sortir de la guerre, tout comme l'Ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_89889

Pour citer l’article

Alain GIRARD, « STOETZEL JEAN - (1910-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-stoetzel/