PAULHAN JEAN (1884-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éminence grise des lettres ? Puisqu'il n'y a pas d'histoire sans légende, replaçons la légende dans la vérité de l'histoire. Elle explique l'image d'un critique éminent, singulièrement actif et secret, paralysant les uns, éveillant les autres, Socrate paradoxal qui aurait refusé d'argumenter en forme sur l'agora pour ne travailler à rien d'autre, chaque matin, devant sa table. D'ordinaire un critique en vue a sa place marquée sur l'estrade de quelque journal, d'où il juge au petit bonheur de son goût. Jean Paulhan fuyait l'estrade et étudiait en coulisses les machineries du jugement.

Sa vie : l'illustration de sa pensée

Qu'importe l'homme à ceux qui ne l'ont pas connu ? Déconcertant pour les ambitieux ; beau, dur, noueux, délicat – un olivier ! – à ceux qui l'aimaient assez pour « ne pas compter sur lui ». Né à Nîmes, fils du philosophe Frédéric Paulhan, le voici jeté dans le pittoresque : une enfance pas comme les autres, Madagascar (instituteur, gymnasiarque, chercheur d'or : mais il apprend le malgache et, à partir de cette langue, le malais et le javanais), professeur aux Langues orientales, guerrier appliqué (et en zouave !) de 1914 à 1918, secrétaire de La Nouvelle Revue française, résistant qui s'insurge lorsque les résistants retournent contre leurs adversaires certaines de leurs méthodes, académicien, etc. Il meurt le 10 octobre 1968. Le plus important, dans cet intervalle, est peut-être, avant 1914, l'imago bouleversante d'un père mutilé dont il fallait continuer l'œuvre : observer et trouver des lois. Dans l'illusion rétrospective, la vie de Jean Paulhan n'est que l'illustration de sa pensée.

Si discret, Jean Paulhan, que l'on n'en voyait plus que la N.R.F., monument collectif dont il était le maître d'œuvre. Sa propre œuvre se cachait presque – quelles revues ? quels éditeurs ? quels pseudonymes ? –, semblait dispersée en notices, articles, opuscules, rarement un livre ! Les cinq volumes enfin rassemblés – du conte au pamphlet politique, des hain tenys à Fénéon, de Benda à l'Histoire d'O, de Braque au fait divers, etc. – montrent dans la diversité l'unité de l'enquête. Il faut ajouter les nombreuses notes critiques de Jean Guérin, les textes oubliés dans des publications comme Commerce, une énorme correspondance dont la publication se poursuit dans les Cahiers Jean Paulhan depuis 1980.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I-Sorbonne

Classification


Autres références

«  PAULHAN JEAN (1884-1968)  » est également traité dans :

AURY DOMINIQUE (1907-1998)

  • Écrit par 
  • Frédéric BADRÉ
  •  • 977 mots

qu'elle était l'auteur d'Histoire d'O, qui paraît en 1954 avec une préface du destinataire de cette « lettre d'amour », Jean Paulhan : « Du bonheur dans l'esclavage ». Dans Une fille amoureuse, préambule à Retour à Roissy (1969) et dans ses entretiens avec Régine Desforges, O m'a dit (Pauvert, 1975), Pauline Réage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-aury/#i_1159

BELAVAL YVON (1908-1988)

  • Écrit par 
  • Michel FICHANT
  •  • 1 982 mots

réflexions sur le langage. » C'est ainsi que, au-delà de la jonction du mot et de l'idée, Jean Paulhan avait envisagé de prolonger Les Fleurs de Tarbes par la mise en évidence d'un système à trois faces conjuguant cette fois le mot, l'idée et la chose. Nulle part, peut-être, Yvon Belaval n'a été plus près de confier un élément d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yvon-belaval/#i_1159

BOUSQUET JOË (1897-1950)

  • Écrit par 
  • Marc BLOCH
  •  • 584 mots

Né à Narbonne, au pays des cathares, Joë Bousquet est une sorte de cathare lui-même, c'est-à-dire un « pur ». Poète de la nuit, du vent et du silence, de tout ce qui est désespoir, il compose une œuvre abondante, constituée essentiellement de poèmes en prose. À sa souffrance, physique et morale, il oppose une infatigable curiosité intellectuelle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joe-bousquet/#i_1159

CENTENAIRE DE LA N.R.F.

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 043 mots

justice au type de discours critique produit par la revue. On assiste dès lors à ce qui pourrait s'appeler « la revanche de Jean Paulhan ». Le plus fameux directeur de La N.R.F. avait une véritable religion de la note critique ; il s'inventa un double (Jean Guérin) afin de poursuivre en toute tranquillité – et non sans perversité – une tâche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centenaire-de-la-n-r-f/#i_1159

CHAISSAC-DUBUFFET (expositions et livre)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 023 mots

Dans le chapitre « Des échanges épistolaires »  : […] Gaston Chaissac écrivait beaucoup. On lui répondait peu. Cependant, l’un de ses interlocuteurs, Jean Paulhan, – directeur de la Nouvelle Revue française – joue les passeurs, et le met en contact en 1946 avec Jean Dubuffet, alors en quête d’un art hors normes, qu’il qualifiera d’« art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaissac-dubuffet/#i_1159

INFORMEL ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 3 500 mots

Dans le chapitre « Un art autre ? »  : […] peut paraître justifier le recours à l'étiquette « informel ». C'est, comme l'observe Jean Paulhan, une précipitation dans l'exécution, un brouillage, un renversement du sens (de la direction) dans lequel procédait la création traditionnelle (« les anciens peintres commençaient par le sens, et lui trouvaient des signes. Mais les nouveaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-informel/#i_1159

MADAGASCAR

  • Écrit par 
  • Marie Pierre BALLARIN, 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, 
  • Paul LE BOURDIEC, 
  • David RASAMUEL
  • , Universalis
  •  • 35 099 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Littérature coulant de source »  : […] merveilles poétiques n'étaient pas dues tout entières à un poète caché qui se donnait pour leur traducteur, si Jean Paulhan, en somme, n'avait pas réussi ce que le Pierre Louýs des Chansons de Bilitis avait autrefois manqué. Tangible, irrécusable aboutissement, pensais-je, d'une méditation sur le langage poétique et comme l'incarnation, ou la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madagascar/#i_1159

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Sémantique et logique de la métaphore »  : […] exemples ; l'un des plus éclairants peut-être serait à voir dans L'Expérience du proverbe de Jean Paulhan, qui, devant les proverbes malgaches, découvre (peu à peu) qu'un même énoncé change totalement de sens selon qu'on l'entend comme proverbe ou comme métaphore, d'où des malentendus et des embarras […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphore/#i_1159

MICHAUX HENRI (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Robert BRECHON, 
  • Pierre ROBIN
  •  • 3 506 mots

Dans le chapitre « De la révolte à l'aventure »  : […] et des textes poétiques en prose où l'imagination cocasse et le style percutant révèlent déjà sa profonde originalité. Venu à Paris, il se lie avec Jean Paulhan, qui est le premier à comprendre et à apprécier son génie. Son premier livre, Qui je fus (1927), passe à peu près inaperçu. Un voyage en Amérique du Sud lui inspire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-michaux/#i_1159

N.R.F. (Nouvelle Revue française)

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 917 mots

De toutes les revues, La Nouvelle Revue française fut certainement la plus convoitée et la plus imitée. Réussite suprême, ses seules initiales, N.R.F., sont devenues familières et suffirent longtemps à désigner une haute ambition littéraire. À la fois revue de création et revue de critique, La N.R.F. s'est d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-revue-francaise/#i_1159

REFUS ET VIOLENCES (J. Verdès-Leroux)

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 648 mots

de grands écrivains, les uns toujours glorieux comme Paul Claudel, les autres oubliés comme Georges Duhamel, ont fait preuve de la plus grande dignité. À nos yeux, plus exemplaire encore serait la conduite de Jean Paulhan, qui intrigue notre historienne alors qu'il constitue le meilleur exemple à l'appui de sa thèse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refus-et-violences/#i_1159

SUPERVIELLE JULES (1884-1960)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 1 851 mots

s'était réjoui de pouvoir lire votre livre : Le Voleur d'enfants. » Quelle pitié que les circonstances actuelles de l'édition ne permettent pas la publication in extenso de ce qui subsiste de la correspondance entre Supervielle et Paulhan. Pilar Supervielle l'avait confiée à Jeannine Kohn-Etiemble, afin qu'elle pût l'éditer avec le soin qu'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-supervielle/#i_1159

Pour citer l’article

Yvon BELAVAL, « PAULHAN JEAN - (1884-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paulhan/