PAULHAN JEAN (1884-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éminence grise des lettres ? Puisqu'il n'y a pas d'histoire sans légende, replaçons la légende dans la vérité de l'histoire. Elle explique l'image d'un critique éminent, singulièrement actif et secret, paralysant les uns, éveillant les autres, Socrate paradoxal qui aurait refusé d'argumenter en forme sur l'agora pour ne travailler à rien d'autre, chaque matin, devant sa table. D'ordinaire un critique en vue a sa place marquée sur l'estrade de quelque journal, d'où il juge au petit bonheur de son goût. Jean Paulhan fuyait l'estrade et étudiait en coulisses les machineries du jugement.

Sa vie : l'illustration de sa pensée

Qu'importe l'homme à ceux qui ne l'ont pas connu ? Déconcertant pour les ambitieux ; beau, dur, noueux, délicat – un olivier ! – à ceux qui l'aimaient assez pour « ne pas compter sur lui ». Né à Nîmes, fils du philosophe Frédéric Paulhan, le voici jeté dans le pittoresque : une enfance pas comme les autres, Madagascar (instituteur, gymnasiarque, chercheur d'or : mais il apprend le malgache et, à partir de cette langue, le malais et le javanais), professeur aux Langues orientales, guerrier appliqué (et en zouave !) de 1914 à 1918, secrétaire de La Nouvelle Revue française, résistant qui s'insurge lorsque les résistants retournent contre leurs adversaires certaines de leurs méthodes, académicien, etc. Il meurt le 10 octobre 1968. Le plus important, dans cet intervalle, est peut-être, avant 1914, l'imago bouleversante d'un père mutilé dont il fallait continuer l'œuvre : observer et trouver des lois. Dans l'illusion rétrospective, la vie de Jean Paulhan n'est que l'illustration de sa pensée.

Si discret, Jean Paulhan, que l'on n'en voyait plus que la N.R.F., monument collectif dont il était le maître d'œuvre. Sa propre œuvre se cachait presque – quelles revues ? quels éditeurs ? quels pseudonymes ? –, semblait dispersée en notices, articles, opuscules, rarement un livre ! Les cinq volumes enfin rassemblés – du conte au pamphlet politique, des hain tenys à Fénéon, de Benda à l'Histoire d'O, de Braque au fait divers, etc. – montrent dans la diversité l'unité [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I-Sorbonne

Classification


Autres références

«  PAULHAN JEAN (1884-1968)  » est également traité dans :

AURY DOMINIQUE (1907-1998)

  • Écrit par 
  • Frédéric BADRÉ
  •  • 977 mots

Anne Desclos est née le 23 septembre 1907. Elle est morte le 26 avril 1998. Connue dans le monde entier sous le pseudonyme de Pauline Réage, auteur d' Histoire d'O , c'est sous celui de Dominique Aury que cette femme secrète devint l'une des figures importantes de la vie littéraire française, durant plus d'un demi-siècle. Fille d'un professeur d'anglais, Auguste Desclos, dipl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-aury/#i_1159

BELAVAL YVON (1908-1988)

  • Écrit par 
  • Michel FICHANT
  •  • 1 982 mots

Yvon Belaval exerce plusieurs métiers (marin, contrôleur des douanes) avant d'être reçu, en 1941, à l'agrégation de philosophie. Professeur au lycée du Mans, puis au lycée Lakanal, il est ensuite détaché au C.N.R.S. (1951-1955) ; chargé de cours, puis maître de conférences aux facultés des lettres de Strasbourg et de Lille, il devient professeur après la soutenance de sa thèse (1960) et est nommé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yvon-belaval/#i_1159

BOUSQUET JOË (1897-1950)

  • Écrit par 
  • Marc BLOCH
  •  • 584 mots

Né à Narbonne, au pays des cathares, Joë Bousquet est une sorte de cathare lui-même, c'est-à-dire un « pur ». Poète de la nuit, du vent et du silence, de tout ce qui est désespoir, il compose une œuvre abondante, constituée essentiellement de poèmes en prose. À sa souffrance, physique et morale, il oppose une infatigable curiosité intellectuelle, une pensée aiguë, toujours sur le qui-vive. Lorsque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joe-bousquet/#i_1159

CENTENAIRE DE LA N.R.F.

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 043 mots

La Nouvelle Revue française , cette revue que Mauriac, avec un mélange de cruauté et de tendresse, appelait « la vieille dame de la rue Sébastien-Bottin », a fêté son centenaire en 2009, et l'anniversaire fut dignement célébré. Les éditions Gallimard n'avaient certes pas attendu cet âge canonique pour faire revivre, notamment avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centenaire-de-la-n-r-f/#i_1159

CHAISSAC-DUBUFFET (expositions et livre)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 023 mots

Dans le chapitre « Des échanges épistolaires »  : […] Gaston Chaissac écrivait beaucoup. On lui répondait peu. Cependant, l’un de ses interlocuteurs, Jean Paulhan, – directeur de la Nouvelle Revue f rançaise  – joue les passeurs, et le met en contact en 1946 avec Jean Dubuffet, alors en quête d’un art hors normes, qu’il qualifiera d’« art brut ». Chaissac, qui se voit en « peintre rustique moderne », donne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaissac-dubuffet/#i_1159

SUBLIME, littérature

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 351 mots

Dans le chapitre « Une poétique de l'enthousiasme »  : […] Redécouvert par les érudits italiens de la Renaissance, le Traité du sublime atteint un large public européen à partir de sa traduction française due à Nicolas Boileau et publiée à la suite de son Art poétique , en 1674. Le militant de la doctrine classique se faisait ainsi le relais d'une poétique de l'enthousiasme et, se refusant à son tour à identif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime-litterature/#i_1159

INFORMEL ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 3 500 mots

Dans le chapitre « Un art autre ? »  : […] À en croire Jean Paulhan, le terme aurait été introduit, en 1951, dans le lexique de la critique, par Michel Tapié, à propos de dessins de Camille Bryen qui lui paraissaient « transcender l'informel » : ce même Michel Tapié qui devait bientôt se faire le propagandiste d'un « art autre », un art qu'il voulait ordonné à d'autres valeurs, répondant à une autre définition, obéissant à une autre logiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-informel/#i_1159

MADAGASCAR

  • Écrit par 
  • Marie Pierre BALLARIN, 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, 
  • Paul LE BOURDIEC, 
  • David RASAMUEL
  • , Universalis
  •  • 35 096 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Littérature coulant de source »  : […] « J'avais lu, lycéen, Les Hainteny et, sais-je pourquoi ? je doutai longtemps (j'aime à douter encore) si les Malgaches avaient eu vraiment tant de chance, si ces merveilles poétiques n'étaient pas dues tout entières à un poète caché qui se donnait pour leur traducteur, si Jean Paulhan, en somme, n'avait pas réussi ce que le Pierre Louýs des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madagascar/#i_1159

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Sémantique et logique de la métaphore »  : […] Ces glissements témoignent bien qu'il fallait envisager une autre façon de considérer le terme, et en particulier qu'il était aberrant de réduire la métaphore à une substitution d'un mot à un autre. Il fallait donc reprendre la question du « sens propre » (dont Aristote dit qu'il est κ́υριος : maître...). C'est ce qu'a tenté I. A. Richards dans The Philosophy of Rhetorics (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphore/#i_1159

MICHAUX HENRI (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Robert BRECHON, 
  • Pierre ROBIN
  •  • 3 506 mots

Dans le chapitre « De la révolte à l'aventure »  : […] Poète et peintre, Henri Michaux n'a quitté définitivement sa Belgique natale qu'à vingt-cinq ans et n'a été naturalisé français qu'à cinquante-cinq ans. Il est né le 24 mai 1899 à Namur dans une famille bourgeoise ardennaise et wallonne. Enfant et adolescent maladif, rêveur, révolté contre son milieu familial, il « boude la vie », existe « en marge », s'évade dans la lecture. Il découvre les mysti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-michaux/#i_1159

N.R.F. (Nouvelle Revue française)

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 917 mots

De toutes les revues, La Nouvelle Revue française fut certainement la plus convoitée et la plus imitée. Réussite suprême, ses seules initiales, N.R.F., sont devenues familières et suffirent longtemps à désigner une haute ambition littéraire. À la fois revue de création et revue de critique, La N.R.F. s'est d'emblée imposée comme une revue ouverte, nota […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-revue-francaise/#i_1159

REFUS ET VIOLENCES (J. Verdès-Leroux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 648 mots

Il faut d'abord saluer le travail énorme, méthodique et maîtrisé de Jeannine Verdès-Leroux, qui entreprend, avec Refus et violences (Gallimard), de brosser le tableau d'une génération d'écrivains d'extrême droite. Personne, avant elle, n'avait inventorié cette masse de revues et de journaux, proliférant dans une période où un seul média, la presse, régnait sans partage. On é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refus-et-violences/#i_1159

SUPERVIELLE JULES (1884-1960)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 1 851 mots

L'Uruguay a donné coup sur coup trois poètes aux lettres françaises : Laforgue, Lautréamont, Supervielle. Trois hommes que tourmente une inquiétude métaphysique. De quoi imaginer quelque genius loci , ou jurer par Taine. Mais ce troisième Uruguayen était du Pays basque. Et, s'il est vrai que Paulhan , dans une lettre inédite à Supervielle, déplore que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-supervielle/#i_1159

Pour citer l’article

Yvon BELAVAL, « PAULHAN JEAN - (1884-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paulhan/