JEAN PAUL, JOHANN PAUL FRIEDRICH RICHTER dit (1763-1825)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'impossible synthèse du rêve et de la réalité

Les premières années du siècle voient naître les trois enfants du jeune couple, et les deux plus grands romans de Jean Paul, les plus riches aussi, tout nourris par l'élaboration intellectuelle et affective d'expériences que l'auteur entend considérer comme désormais révolues. C'est d'abord le volumineux Titan (1800-1803), qui met en scène, critique et veut condamner l'individualisme exacerbé en « titanisme » génial, sous les doubles espèces du viveur cynique Roquairol (qui finit par se donner la mort sur scène) et du véritable héros de « roman d'éducation » qu'est Albano (qui apprend progressivement les vertus de la mesure), mais aussi du personnage féminin de l'exaltée Linda (sans doute inspirée par Charlotte von Kalb). Située dans une Italie de convention qui donne lieu à quelques descriptions somptueuses et justement célèbres, l'intrigue romanesque est d'une complexité qui fait plus que friser la confusion, les caractères sont déchirés par des aspirations contraires, et le récit est surchargé non seulement de péripéties invraisemblables, mais d'une multitude d'épisodes accessoires, d'intermèdes, de hors-d'œuvre en tout genre. Le style en est pathétique, subtil et chatoyant. Mais le public réagit fraîchement, et même un auteur lui-même aussi prolixe que Ludwig Tieck déclarera qu'à tout prendre ce n'était là qu'un roman populaire, « en plus gonflé ».

L'autre fruit romanesque de la maturité de Jean Paul, ce sont les Flegeljahre (1804-1805), les « années où jeunesse se passe ». Ce roman reprend une esquisse figurant dans le premier appendice du Titan, et aussi le motif des « doubles ». L'auteur voulait tout d'abord le rédiger à la première personne et l'intituler « histoire de mon jumeau ». Les personnages de Walt et de Vult y représentent deux pôles antagonistes, complémentaires et inséparables de la même personnalité, de la même existence. C'est l'œuvre du romancier qui reste la plus accomplie, et la plus célèbre : celle aussi où la confession personnelle est le plus profon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JEAN PAUL, JOHANN PAUL FRIEDRICH RICHTER dit (1763-1825)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Indépendants et marginaux »  : […] Les rubriques « classique » et « romantique » sont loin d'enfermer toute la réalité littéraire allemande du tournant des xviii e et xix e  siècles. Il se trouve même que la plupart de ceux que l'âge présent a redécouverts échappent à ce classement sommaire. À Weimar, où règne Goethe, terminent aussi leur vie, à l'écart et quelque peu aigris, deux témoins du passé : Wieland et Herder. Pas si loin […] Lire la suite

QUINCEY THOMAS DE (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 011 mots

Dans le chapitre « Une conscience coupable »  : […] Dès l'enfance, De Quincey semble accablé par un fort sentiment de culpabilité qui le pousse à accomplir des actes suspects comme l'épisode qu'il confie dans ses Confessions d'une lettre reçue par erreur contenant une somme de quarante guinées dont il est probable qu'il la jeta dans un fleuve, se sentant coupable « à l'avance ». On se demande ce qui fut déterminant dans la formation de cette consc […] Lire la suite

RAABE WILHELM (1831-1910)

  • Écrit par 
  • Catherine KOENIG
  •  • 1 276 mots

Dans le chapitre « Les distances du récit, du passé et de l'humour »  : […] « Raabe, écrit Georges Lukács, ne trouve que des issues individuelles à ses dilemmes. » Et certes, aucune dénonciation précise, aucune critique systématique ne transparaît dans ses récits et ses romans. Veut-il glorifier la bourgeoisie protestante ? Il le fait en transposant ses personnages au xvi e  siècle à Magdebourg, dans La Chancellerie du Bon Dieu ( Unseres Herrgotts Kanzlei , 1851). Cette t […] Lire la suite

TITAN, Jean Paul - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 970 mots

Publié en quatre volumes de 1800 à 1803, Titan est souvent considéré comme le chef-d'œuvre de Jean Paul (1763-1825). L'écrivain allemand, de son vrai nom Johann Paul Friedrich Richter, jouissait au moment de la publication de ce roman d'une renommée certaine : Hespérus , un ouvrage dont la structure et la thématique préfigurent Titan , mais sur un mode excessivement sentimental, connut en 1795 un […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard LORTHOLARY, « JEAN PAUL, JOHANN PAUL FRIEDRICH RICHTER dit (1763-1825) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-richter/