JEAN PAUL, JOHANN PAUL FRIEDRICH RICHTER dit (1763-1825)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme beaucoup de personnages de ses romans, Jean Paul fut assurément un original, et c'est bien à ce titre qu'il fut alternativement dédaigné ou adulé, tant par la postérité que par ses contemporains. Original, il l'est déjà en prétendant, à cette époque, vivre exclusivement de sa plume. Ensuite, en n'écrivant quasiment que des romans. Il l'est encore en n'étant attiré (ni accepté) par aucune des deux grandes tendances antagonistes qui fleurissent de concert en cette « époque de Goethe », le classicisme et le romantisme. Jean Paul semble bien plutôt participer d'une autre durée, plus longue, qui relie l'Europe prérévolutionnaire (érudition optimiste des Lumières et romanesque « sentimental », religiosité piétiste et préciosité « rococo », sensibilité larmoyante et verve humoristique) à des moments et des mouvements bien ultérieurs, qui comprennent aussi bien le roman réaliste que les expériences surréalistes... Mais toutes les étiquettes qu'on a pu coller ainsi sur les nombreuses facettes de son œuvre ne sauraient rendre compte encore ni des multiples tensions qui écartelèrent l'homme, ni du talent foisonnant qui les exprima. Ce cosmopolite de culture et de conviction, assez républicain au demeurant, reste un provincial, voire un villageois bien allemand, sujet tranquille de principautés obscures. Cet amoureux de l'amitié et de l'amour est tout bridé de pudibonderie. Ce chrétien confiant pousse aussi parfois jusqu'à l'athéisme une sorte de théologie négative, bourrelée de doutes et d'angoisse. Cet exalté se fait le chantre des vertus médiocres, ce rêveur est un bourreau de travail, ce lyrique est un éblouissant virtuose de la prose narrative. Sans doute est-ce dans son tempérament d'humoriste que réside la cause de ces contradictions, mais aussi le secret de leur résolution dans des textes qui sont parmi les plus originaux de la littérature allemande.

Un génie de la digression

Johann Paul Friedrich Richter (qui signera plus tard Jean Paul, sans doute en mémoire de Jean-Jacques) naît et grandit dans des bourgades du nord-es [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JEAN PAUL, JOHANN PAUL FRIEDRICH RICHTER dit (1763-1825)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Indépendants et marginaux »  : […] Les rubriques « classique » et « romantique » sont loin d'enfermer toute la réalité littéraire allemande du tournant des xviii e et xix e  siècles. Il se trouve même que la plupart de ceux que l'âge présent a redécouverts échappent à ce classement sommaire. À Weimar, où règne Goethe, terminent au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_979

QUINCEY THOMAS DE (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 011 mots

Dans le chapitre « Une conscience coupable »  : […] Dès l'enfance, De Quincey semble accablé par un fort sentiment de culpabilité qui le pousse à accomplir des actes suspects comme l'épisode qu'il confie dans ses Confessions d'une lettre reçue par erreur contenant une somme de quarante guinées dont il est probable qu'il la jeta dans un fleuve, se sentant coupable « à l'avance ». On se demande ce qui fut déterminant dans la for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-de-quincey/#i_979

RAABE WILHELM (1831-1910)

  • Écrit par 
  • Catherine KOENIG
  •  • 1 276 mots

Dans le chapitre « Les distances du récit, du passé et de l'humour »  : […] « Raabe, écrit Georges Lukács, ne trouve que des issues individuelles à ses dilemmes. » Et certes, aucune dénonciation précise, aucune critique systématique ne transparaît dans ses récits et ses romans. Veut-il glorifier la bourgeoisie protestante ? Il le fait en transposant ses personnages au xvi e  siècle à Magdebourg, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-raabe/#i_979

TITAN, Jean Paul - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 970 mots

Publié en quatre volumes de 1800 à 1803, Titan est souvent considéré comme le chef-d'œuvre de Jean Paul (1763-1825). L'écrivain allemand, de son vrai nom Johann Paul Friedrich Richter, jouissait au moment de la publication de ce roman d'une renommée certaine : Hespérus , un ouvrage dont la structure et la thématique préfigurent Titan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titan/#i_979

Pour citer l’article

Bernard LORTHOLARY, « JEAN PAUL, JOHANN PAUL FRIEDRICH RICHTER dit (1763-1825) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-richter/