LE CLÉZIO JEAN-MARIE-GUSTAVE (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La quête et le secret

Car le détour par l'écriture sacrée des civilisations archaïques a révélé à l'écriture même des puissances cachées : celles de l'initiation. Dès lors, le roman de Le Clézio retrouvera les ressources narratives traditionnelles de ce qu'il faut bien appeler une « quête initiatique ». Tantôt il s'agit de découvrir la lagune (ou la langue ?) où se cachent les baleines, et c'est dans Pawana. Tantôt, de reprendre la recherche d'un trésor déjà localisé par le père, et c'est toute la geste du Chercheur d'or. Quête chaque fois décevante : l'objet se dérobe sans fin ; ou s'il se donne, comme le spectacle réel des baleines, c'est pour s'enfouir aussitôt dans une histoire sanglante. Bref, au fil des pages, le chercheur découvre que le trésor gît dans l'univers même, dans sa beauté, dans sa puissance de destruction (celle de l'ouragan final du Chercheur d'or, par exemple) et dans sa permanence.

Pour mener à bien une telle entreprise, l'imaginaire romanesque dispose d'une figure privilégiée : celle de l'initiée-initiatrice. De fait, c'est presque toujours à la femme, et plus précisément à la jeune fille, que revient le don du passage, l'art des Voyages de l'autre côté. Déjà Naja Naja, l'héroïne énigmatique de ce roman, détenait son secret : un pouvoir d'absence issu de la contemplation des choses. Mais l'attrait pour le mystère et la magie de l'adolescente se fait plus précis dans Désert, Printemps et autres saisons, Étoile errante, dans les nouvelles de « La Ronde et autres faits divers », enfin dans Le Chercheur d'or. Là, c'est vraiment Ouma, la jeune manaï descendante des anciens esclaves noirs, qui enseigne au héros le mépris de l'or et la connaissance de la beauté. Ainsi toujours, à la frénésie possessive (et guerrière) de l'Occidental, Lalla, Ouma, Zobéïde, Zinna et tant d'autres opposent, au sein du plus grand dénuement, leur noblesse et leur liberté souveraines. En elles se déploie la mémoire de lointains fabuleux, l'Orient ou l'Afrique (vers laquelle il revient dans L'Africain, un beau texte autobiographique), qui font de leurs paroles, et plus encore de leurs silences, de leurs simples gestes, bref de leur être entier, un témoignage abrupt sur notre monde.

Il était naturel que, dans cette quête d'un secret originel, le roman lui-même rencontrât des formes ancestrales. Certains diront que l'œuvre de Le Clézio s'éloigne, avec le temps, de ses audaces et de ses inventions initiales. Et, de fait, ses formes les plus brèves (les nouvelles) ne conservent plus guère que l'originalité d'une thématique certes nettement reconnaissable, mais incapable de répondre à ce qui apparaît bien comme l'ambition la plus profonde de l'entreprise le clézienne : la réparation du monde. C'est au contraire aux amples constructions narratives que paraissent vouées de nature et cette ambition et l'écriture qui la nourrit. Une écriture dont l'idéal est d'abord d'évidence. Le style, souvent presque parlé, affecte la transparence. À travers lui, on sent le monde comme une grosse chose proche, dont la présence impose une émotion où l'on reconnaîtrait volontiers les traits d'une conscience primitive ou enfantine.

Une telle attitude face au langage définit moins la position du romancier que celle, archaïque, du conteur. Cette position d'où il importe de renouer d'anciennes histoires à une autre, toute neuve, qui s'invente sous nos yeux parce qu'elle est tout simplement celle d'une vie orientée par les histoires. Pour Geoffroy, l'un des trois personnages centraux d'Onitsha, le présent n'a de sens que par les liens qu'il tisse avec la très vieille histoire de la reine Méroé et de sa fille Arsinoé. Le Chercheur d'or se réfère, lui, à la légende de Jason et des Argonautes. Ainsi s'en va le conte, infini en ce qu'il ne fait que relier, et merveilleux en ce qu'il épouse toujours d'un peu plus près la beauté du monde.

Mais conte obscur aussi, parce que jamais il ne livre clairement son sens – ce serait sa mort. « Je voudrais faire un livre qui soit aussi clair que la vie, qui soit un double de la vie mais je n'y suis jamais arrivé », dit Le Clézio. Seule la vie vécue est simple. Dès que l'écriture s'en empare, elle y introduit la traînée opaque de la méduse, la « poudre aux yeux » : elle aveugle. « Écrire m'aveugle. Or je suis partisan de l'aveuglement », dit encore Le Clézio. C'est que, pour lui, évidence et complexité ne sont [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres, docteur ès lettres, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université Stendhal, Grenoble

Classification

Autres références

«  LE CLÉZIO JEAN-MARIE-GUSTAVE (1940- )  » est également traité dans :

RITOURNELLE DE LA FAIM (J.-M.-G. Le Clézio)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 176 mots

Un mois après la parution de Ritournelle de la faim (Gallimard, Paris, 2008), J. M. G. Le Clézio s'est vu attribuer le prix Nobel de littérature 2008 pour l'ensemble de son œuvre. Né à Nice en 1940, d'une famille bretonne émigrée à l'île Maurice, Le Clézio est une figure littéraire aussi célèbre qu'inclassable de notre paysage hexagonal (depuis son premier roman […] Lire la suite

BARBEY BRUNO (1941-2020)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 792 mots

Bruno Barbey est un photographe français, né le 13 février 1941 à Rabat. Troisième des cinq enfants d'un contrôleur civil du protectorat français au Maroc, il passe sa jeunesse entre les villes de Rabat, Salé, Marrakech et Tanger. Ses lectures de Saint-Exupéry l'incitent à se présenter au brevet de pilote d'avion à l'âge de seize ans avant d'achever à Paris ses études secondaires. En compagnie d […] Lire la suite

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 233 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite

LE PROCÈS-VERBAL, Jean-Marie-Gustave Le Clézio - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 860 mots

Jean-Marie-Gustave Le Clézio se fait connaître en 1963 à l'âge de vingt-trois ans, à l'occasion de la sortie de son premier livre, Le Procès-verbal . Cette œuvre, où s'amorce la volonté d'une écriture audacieuse, reçoit le prix Renaudot. Depuis, les romans alternent avec les recueils de nouvelles et les essais. D'autres textes, proches du conte ( Voyages de l'autre côté , 1975), du journal ( Le L […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian DOUMET, « LE CLÉZIO JEAN-MARIE-GUSTAVE (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marie-gustave-le-clezio/