PEYRON JEAN FRANÇOIS PIERRE (1744-1814)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réputation et le génie de David ont précipité dans des ténèbres, à peine dissipées aujourd'hui par la curiosité des historiens d'art, plusieurs peintres français, relevant du néo-classicisme ; Peyron est l'un d'eux. « Il m'a ouvert les yeux », devait pourtant dire David de celui qui, en 1773, obtint contre lui le prix de Rome et put passer pour un des grands maîtres de la nouvelle école, de celui avec lequel on ne cessera de le comparer et de l'opposer, d'autant plus que leurs sujets furent souvent les mêmes et, qui plus est, exposés aux mêmes Salons. Il faut ajouter pour souligner la différence qui existe entre les deux peintres, que la Révolution ne fut pas favorable à Peyron qui y perdit ses protecteurs et son poste d'inspecteur des Gobelins ; il reste en fait, malgré quelques commandes officielles, à l'écart de la vie artistique. La conjoncture politique aida, peut-être trop brutalement, à rétablir la hiérarchie des talents, autant qu'elle favorisa les davidiens. Si, par rapport à David, l'antériorité de Peyron dans les voies du retour à l'antique n'est pas niable, il est plus intéressant pour nous de comprendre ce qui lui reste propre et l'éloigne de l'art de son rival : un goût, pourrait-on dire, du clair-obscur et de la couleur dense, un soin du détail et un métier lisse qui pouvaient sembler un peu appliqués et faibles à côté de l'héroïsme et de la simplicité davidienne, mais qui aujourd'hui séduisent par une qualité presque hollandaise du rendu.

Les Funérailles de Miltiade (1782, Louvre, autre version à Guéret, dessins à Alençon) et surtout La Mort d'Alceste (1785, Louvre), peut-être le chef-d'œuvre du peintre, ne permettent pas de douter de ses dons. Si la composition frontale du Miltiade est toute classique, la lumière, en faisant ressortir les bras de ceux qui emportent le cadavre du père et en tombant sur le fils qui prend sa place dans la prison, ne peut que faire penser au caravagisme raffiné d'un Orazio Gentileschi. Dans La Mort d'Alceste, le jeu précieux des draperies qui relient les personnages dans un net [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PEYRON JEAN FRANÇOIS PIERRE (1744-1814)  » est également traité dans :

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Piranèse et l'influence d'Herculanum »  : […] Si, selon la critique moderne, les fondements du néo-classicisme se trouvent dans les phénomènes que l'on vient d'esquisser, il faut reconnaître aussi l'importance de facteurs auxquels on attribuait autrefois la paternité du style néo-classique, notamment les fouilles d'Herculanum entreprises en 1748 par Charles III de Bourbon, roi de Naples, dont les résultats furent publiés dans les huit magnif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/#i_23523

Pour citer l’article

Bruno FOUCART, « PEYRON JEAN FRANÇOIS PIERRE - (1744-1814) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-pierre-peyron/