NOLLET JEAN ANTOINE (1700-1770)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien français, l'abbé Jean Antoine Nollet est né à Pimprez (Oise) le 18 novembre 1700 et mort à Paris le 24 avril 1770.

Après avoir collaboré avec Charles Dufay, il publia en 1746 une Théorie des affluences et effluences simultanées dans laquelle il considérait l'électricité comme un fluide pénétrant dans les corps par des pores. Sa controverse avec Benjamin Franklin sur la nature de l'électricité fut célèbre.

En 1743, Nollet montra que les signaux sonores étaient transmis par l'eau. Après s'être plongé dans la Seine, il constata qu'il y percevait les sons avec une même hauteur mais une amplitude modifiée. En employant de l'eau débarrassée de l'air dissout, il prouva que ce n'était pas cet air dissout qui était responsable de la propagation. Nollet réalisa en 1747 le premier électroscope composé de deux balles de sureau supportées par des fils de lin, puis trois ans plus tard un électroscope à feuilles d'or. Il décrivit le premier la pression osmotique, pression qui apparaît dans une solution séparée d'un solvant par une membrane perméable au seul solvant.

Professeur au collège de Navarre, il y inaugura un enseignement de physique expérimentale décrit dans ses Leçons de physique expérimentale et l'Art des expériences, publiés respectivement en 1743 et 1770. Membre de l'Académie des sciences dès 1739, il popularisa dans les salons et à la cour la nouvelle science de l'électricité. Il fit ainsi sursauter, grâce à l'emploi de la nouvelle bouteille de Leyde, 180 gardes royaux puis 700 moines se tenant par la main.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  NOLLET JEAN ANTOINE (1700-1770)  » est également traité dans :

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Découverte de la pile »  : […] Alessandro Volta (1745-1827) dépassa en les rejetant les idées de Galvani : il remarqua, à la suite d'expériences faites par Sulzer en Suisse, que, si l'on place la langue entre deux rondelles constituées par deux métaux différents reliés par un fil conducteur, on éprouve une sensation acide ou alcaline suivant l'ordre dans lequel sont placés les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_10406

MEMBRANES, transferts

  • Écrit par 
  • Michel RUMEAU
  •  • 5 887 mots
  •  • 10 médias

Si les propriétés des membranes sont connues depuis le début du xviii e  siècle, leurs applications ne sont apparues, en laboratoire, que vers le milieu du xix e  siècle et, dans l'industrie, dans la seconde moitié du xx e  siècle. Philippe de La Hire (1640-1718) est le premier à montrer que la vessie de porc est plus perméable à l'eau qu'à l'alcoo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membranes-transferts/#i_10406

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 830 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le thermomètre Réaumur »  : […] En France, les thermomètres utilisés au xvii e  siècle étaient à esprit-de-vin, et durent attendre jusqu'à 1730 pour être bien définis. Ce fut à cette date que Réaumur (1683-1757) communiqua à l'Académie royale des sciences ses Règles pour construire des Thermomètres dont les degrés soient comparables, et qui donnent une idée d'un Chaud ou d'un Fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_10406

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « NOLLET JEAN ANTOINE - (1700-1770) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-antoine-nollet/