Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JAPON (Arts et culture) La langue

Le japonais, langue commune de quelque cent vingt millions de locuteurs, emprunte au chinois une partie importante de son vocabulaire et la base de son écriture, mais ses caractéristiques fondamentales sont totalement étrangères à celles du chinois. En revanche, le japonais présente des ressemblances frappantes avec le coréen et avec le groupe des langues dites altaïques, qui comprend notamment le mongol, le mandchou, de nombreuses langues de Sibérie et de l'Asie centrale, ainsi que le turc. On a cru également y trouver quelques substrats malayo-polynésiens.

Le japonais est caractérisé d'une part par un système phonétique simple (syllabes ouvertes du type « une consonne + une voyelle »), d'autre part par une règle syntaxique parfaitement constante : le déterminant (élément qualifiant) précède toujours le déterminé (élément qualifié), aussi bien à l'intérieur d'une phrase simple que pour la structure d'une phrase complexe. L'élément verbal, ainsi que tout élément de caractère prédicatif, se place après tous les compléments (parmi lesquels le sujet, qui n'est qu'un élément facultatif), et l'expression du temps et de nombreux autres aspects s'effectue par une succession de particules, dans un procédé de suffixation qui s'observe dans les langues dites agglutinantes.

Structure de la phrase

La phrase est constituée par un ou plusieurs groupes, définissables par des critères formels. Chaque groupe commence par un mot, simple ou composé, et ce mot peut être suivi d'une ou plusieurs particules. Grosso modo, le mot exprime un sens, tandis que chacune des particules est la marque d'une fonction.

Phonologie

Phonologie

Par exemple, Kodomo-ga kinō koko-e ko-nakatta-deshō-ka (« Un enfant ne serait-il pas venu ici hier ? ») est une phrase analysable en quatre groupes (cf. tableau).

Comme on le voit, le groupe verbal (« ne serait-il pas venu ? ») peut présenter une véritable suite de particules (quelquefois amalgamées) et exprimer un nombre considérable de fonctions, souvent intraduisibles. Le groupe verbal apparaît toujours après les autres groupes qui s'y rapportent. En revanche, l'ordre des groupes régis (1, 2 et 3 de l'exemple) est libre, grâce à la présence des particules enclitiques, qui marquent le rapport qu'ils peuvent avoir avec d'autres groupes. Même en cas de permutation, le changement : « Pierre bat Paul » → « Paul bat Pierre » n'est pas possible. Les groupes régis sont tous autonomes. On peut également ne pas les prononcer : par exemple, s'il est évident que l'on parle de « l'enfant », on peut éliminer de l'énoncé le groupe sujet (kodomo-ga), tout comme on peut le faire pour les autres compléments.

Si, au contraire, il s'avère nécessaire d'ajouter des précisions complémentaires sur « l'enfant », il suffit de les exprimer avant le mot kodomo, en application de la règle fondamentale qui veut que l'élément déterminant précède toujours l'élément déterminé. On peut dire par exemple : chiisai kodomo (« petit enfant »), yoku [1] jitensha-de [2] kuru [3] kodomo [4] (« enfant [4] qui vient [3] souvent [1] à bicyclette [2] »), etc. Le pronom relatif est inconnu, et le rapport logique entre le déterminant et le déterminé ne peut être précisé que grâce au contexte et à la situation.

En japonais, la forme finale d'un énoncé est nettement différente de celle qui marque une pause orale momentanée, laquelle indique que l'énoncé est simplement « suspendu ». Le groupe dit « suspensif-connectif » peut comporter des particules qui, à leur tour, désignent le rapport de celui-ci avec le segment suivant.

Ces processus d'enchaînement des segments confèrent au locuteur japonais une facilité surprenante pour employer des énoncés très longs et très complexes, mais, en même temps, le système[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Phonologie

Phonologie

Langue japonaise : système phonologique

Langue japonaise : système phonologique

Langue japonaise : formation des kana

Langue japonaise : formation des kana

Voir aussi