Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JAPON (Arts et culture) La langue

Caractéristiques morphosyntaxiques

Les mots peuvent être classés en deux grandes catégories : mots variables (yōgen) et mots invariables (taigen).

Les mots variables. Aspects et fonctions

Les mots variables sont de deux sortes : verbaux et qualificatifs. Ces derniers peuvent constituer à eux seuls le « groupe conclusif » sans l'aide d'un verbe ou d'une copule, contrairement à ce qui se passe dans les langues européennes. Aoi (bleu) est un énoncé complet qui correspond à peu près à : « C'est bleu. »

Si un mot est variable, ce n'est nullement pour exprimer une fonction quelconque, comme dans la flexion ou dans la conjugaison d'une langue européenne. En effet, les fonctions ne sont jamais représentées par le mot en tant que tel, mais par les particules qui le suivent (ou éventuellement par leur absence). La succession des particules obéit à un ordre fixe :

– Suffixes formatifs, assurant la « dérivation » pour définir les aspects les plus immédiats (potentiel, factitif, passif ; ce dernier indique traditionnellement que le locuteur « subit » une action faite par un autre : lorsque, par exemple, quelqu'un meurt et que cette perte vous touche, on emploiera le passif de « mourir »).

– Suffixes fonctionnels, exprimant d'autres fonctions très variées (« politesse », négatif, perfectif, conjectural, etc.). Ils sont combinables entre eux selon une règle précise et forment un véritable système marquant le procès et les modalités d'expression. Il est à noter que ce système repose sur un choix essentiellement binaire, étant donné que le choix s'opère entre la présence et l'absence de la particule correspondante : perfectif contre non-perfectif (donc atemporel), conjectural contre non-conjectural (donc assertif), etc.

– Particules connectives, marques du rapport logique du segment précédent avec le reste de l'énoncé, ou particules finales, qui actualisent la phrase tout en exprimant la nuance de l'énoncé (étonnement, doute, interrogation, demande de consentement, persuasion, etc.).

Les mots invariables

Le japonais comprend un nombre considérable de classes de mots invariables, entre autres celles des qualificatifs invariables et éléments nominaux. Ces derniers ne comportant ni nombre ni genre, et l'article n'existant pas, toute précision de cette nature s'exprime par adjonction d'autres éléments, mais seulement en cas de nécessité. Les équivalents des pronoms personnels possèdent le même comportement syntaxique que les éléments nominaux ordinaires. Tous ces éléments, pour être intégrés dans une phrase, doivent en principe être suivis d'une ou plusieurs particules enclitiques, marquant leur rapport avec d'autres éléments de l'énoncé.

Notons aussi une richesse exceptionnelle de mots assimilables aux onomatopées, qui suggèrent non seulement les sons, mais aussi les manières, l'état, l'impression ou les sensations, ajoutant ainsi à la langue parlée et même à la langue purement littéraire un pouvoir évocateur surprenant. En outre, tout vocable d'emprunt (chinois ou occidental) passe systématiquement dans la classe des mots invariables, quelle que soit sa catégorie d'origine, avec un sens souvent différent de son emploi initial : start (de l'anglais, transcrit sutāto) signifie « départ » (des athlètes) ou « mise en route » (du moteur ) ; avec (du français, transcrit abekku) désigne « un couple d'amoureux ». Pour que ces mots soient intégrés dans la phrase, il est nécessaire de les combiner avec des éléments japonais : sutāto-suru (suru : « faire ») correspond à « partir » ; abekku-de aruku (de marque l'état, aruku : « marcher ») signifie « se promener à deux ». Ces quelques exemples montrent que la langue japonaise, malgré l'importance des apports étrangers, garde intactes[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Phonologie

Phonologie

Langue japonaise : système phonologique

Langue japonaise : système phonologique

Langue japonaise : formation des kana

Langue japonaise : formation des kana

Voir aussi